11/07/2012

Des démons aux jurons de Haddock

Le salon littéraire La Plume Vagabonde - auquel j'ai été invitée à présenter mon ouvrage - recevait Luc Beyer de Ryke pour son dernier livre La Belgique et ses démons paru aux éditions Mols. Il est vrai qu'en ces temps où des courants sous-jacents menacent la continuité de notre Royaume, je souhaitais rencontrer le célèbre journaliste et politicien belge. Sa carrière de présentateur du journal télévisé belge fut particulièrement longue, comme celle de Patrick Poivre d'Arvor à la télévision française.

LB1 10-5-2012.jpg

Luc Beyer de Ryke est bien connu dans le monde de Hergé. Lorsque Georges Rémi s'était rendu en Chine en 1973 dans l'espoir d'y retrouver Tchang, il était accompagné du journaliste et futur député européen Luc Beyer ! 

Bien informée de ses contacts étroits avec Hergé, Véronique Flabat-Piot, la présidente-fondatrice du salon La Plume Vagabonde, a tenu à me présenter à l'issue de la soirée à l'auteur invité:

LB2 10-5-2012.jpg

Photo Roland Flabat

 

Au moment où cette photo a été prise, Luc Beyer me parlait d'Edgar P. Jacobs qui, d'après les dires de Hergé, aurait inspiré le capitaine Haddock. Je lui ai répondu que, si c'était vrai puique Hergé l'avait également confié à son collaborateur, Edgar Jacobs prétendait ne pas réellement se reconnaître dans le personnage, à part quelques postures caractéristiques. C'était principalement l'abus d'alcool du capitaine Haddock qui l'embêtait. Jacobs ne buvait qu'en des circonstances bien particulières et s'est toujours limité dans la quantité. Il tenait à garder l'esprit le plus clair possible.  

Le capitaine est aussi réputé pour ses jurons et là l'influence de Jacobs a trouvé sa source. Je me suis rendue sur le site Wikipédia y relever le vocabulaire du capitaine Haddock. Voici quelques termes ou expressions que j'ai pu moi-même entendre de la bouche du créateur de Blake et Mortimer:

animal, bande de..., bandit, blague, bougre de..., brigand, brute, canaille, chauffard, énergumène, espèce de..., gaillard, zouave,...

Mais on est bien loin de l'imagination de Hergé qui a certainement donné plus d'ampleur au personnage qu'à son modèle. Jacobs aimait se défouler en lançant des termes forts lorsqu'une occasion se présentait et Hergé l'a certainement remarqué. Il lâchait ses mots en restant très sérieux. Cela me faisait sourire, non pas que je n'étais pas d'accord avec ses pensées, mais le côté burlesque et inattendu de ses réactions était un gag réussi.

Dans son ouvrage La Belgique et ses démonsLuc Beyer trace les débuts de l'histoire de la Belgique. La propension à se référer à César pour célébrer la Gaule résistante, puis pacifiée et civilisée se retrouve jusque dans la bande dessinée, peut-on lire à la page 15 de son dernier livre. Luc Beyer fait allusion à Alix créé par Jacques Martin. Il brosse un court portrait du dessinateur né à Strasbourg : "...naturalisé belge, c'est au Journal de Tintin dans l'entourage d'Hergé, d'Edgar P. Jacobs*, de Bob de Moor et d'autres artistes belges qu'il (Martin) réalisa l'essentiel de son oeuvre". 

BEYERdeRYKE-C-avecbandeau-BAT-web.jpg

Luc Beyer de Ryke fut à deux reprises parlementaire européen. Francophone de Flandre, il fut élu au conseil provincial et municipal de la ville de Gand, à l'époque où l'on comptait encore des représentants francophones au sein de la cité gantoise. Aujourd'hui, il n'y en a plus guère. Les temps ont bien changé ! Quand on pense que mon arrière-grand-père François Faignart, père de Jeanne qui devint l'épouse d'Edgar P. Jacobs, s'était marié à Gand. Son livret de mariage avait été rédigé en français !


* mis en évidence en caractères gras par moi.

30/07/2009

Sur les Chemins de l'Imaginaire

Roger Leloup a parlé de sa fresque lors de la présentation du projet "sur les Chemins de l'Imaginaire" à Wavre. On le voit devant sa fresque miniature cachée par des ballons. A droite, la réplique enfin dévoilée.

Roger Leloup

Présentation de la fresque de Roger Leloup à Wavre

 

 

(Photos Viviane Quittelier)

 

 

 

C'était peu de temps avant l'inauguration officielle. La véritable fresque de 17 mètres de long se trouve rue des déportés 82, parking du Pont Neuf, à Wavre. Elle constitue le point de départ du circuit BD du Brabant Wallon "sur les Chemins de l'Imaginaire".



Tombe d'Edgar P. Jacobs à Lasne

La tombe de Jacobs à Lasne (rue du Champ des Vignes) est un autre lieu de rendez-vous du circuit BD du Brabant Wallon. (Photo Viviane Quittelier)

 

 

Un autre point incontournable du circuit s'adressant à tout "jacobsphile" : le musée Hergé à Louvain-la-Neuve. On peut en effet y repérer certains travaux de la main de Jacobs.

Ci-dessous : quelques photos prises peu de temps avant le lâcher des ballons à Wavre.

Viviane et Roland Francart avant le lâcher de ballons © MTABJuste avant le lâcher de ballons © MTABViviane et Roland Francart.

(Photos : MTAB)

18:38 Écrit par Viviane Quittelier dans A la mémoire d'Edgar P. Jacobs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : herge, roland francart |  Facebook |

14/06/2009

Musée Hergé

Musée Hergé à Louvain-la-NeuveJ'ai visité le nouveau musée Hergé à Louvain-la-Neuve. Le voici vu depuis la passerelle. On y entre par la gauche, par la porte donnant accès à la librairie.
(Photo Viviane Quittelier) 

Chacun le sait - la presse en a suffisamment parlé -, il est défendu de photographier à l'intérieur du musée...

"C'est Top Secret" aurait dit le créateur de Blake et Mortimer !

A propos de la salle ayant pour thème les “Studios Hergé”, Benjamin Roure a écrit ceci :
"Trop peu d’explications, à part un vieux reportage télé en noir et blanc, sur ce qu’étaient réellement les Studios Hergé. On comprend bien que l’auteur ne dessinait pas tous les détails de ses planches, mais que faisait-il concrètement? Et surtout, que faisaient exactement ses collaborateurs? Car si les spécialistes sauront reconnaître les pages dessinées par Edgar P. Jacobs, les néophytes passeront à côté de cette information."
Extrait de Visite guidée du musée Hergé (toujours sans photo) - www.boboi.info
.

Je ne pourrai donc pas vous montrer ces pages dessinées par Edgar P. Jacobs, ni les cartes postales d'Hergé envoyées à un certain Monsieur Edgar Jacobs... Pour les voir ? Se rendre au musée, mille sabords ! 

11:00 Écrit par Viviane Quittelier dans Edgar P. Jacobs et Hergé | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : expo, herge |  Facebook |

10/03/2009

Réunion 2009 des Amis de Hergé

La réunion annuelle des Amis de Hergé se tenait le 7 mars 2009 à Nivelles, une réunion bien sympathique au cours de laquelle quelques personnalités répondent aux questions de Stéphane Steeman.

Je ne vais pas faire ici un résumé de la réunion, mais qui parle de Hergé passe immanquablement par Edgar P. Jacobs et il fut, encore une fois, question du créateur de Blake et Mortimer.

Jean-Pol Stercq et Stéphane Steeman aux ADH 2009Jean-Pol Stercq a expliqué les débuts de sa carrière de photographe dans les années 1970. Après Hergé, il s'était adressé à Edgar P. Jacobs qui a bien sûr accepté, mais ne l'a pas autorisé à monter dans son atelier. Edgar avait ses petits secrets qu'il ne voulait pas divulguer, privant Jean-Pol Stercq de le photographier assis à sa table à dessin...

Quelques personnes seulement pouvaient accéder au "Saint des saints" d'E. P. Jacobs et j'en faisais partie ainsi que mon père, Jacques Van Melkebeke et Evany.

Edgar P. Jacobs - photo de Jean-Pol Stercq

 

 

Edgar P. Jacobs
(photo de Jean-Pol Stercq)

11:01 Écrit par Viviane Quittelier dans Edgar P. Jacobs et Hergé | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : herge |  Facebook |

21/12/2008

Le quartier des artistes

Le quartier de Jacques Laudy à Woluwe-Saint-Lambert, commune à l'est de Bruxelles, était bourré d’artistes.

Le musicien François Faignart (père de ma grand-mère Jeanne et peintre amateur) s’installait avec son chevalet devant l’église Saint-Lambert.

Eglise Saint-Lambert par Henri Quittelier - 1929Le peintre Henri Quittelier (mon arrière-grand-père) venait faire des croquis de la même église dont il réalisa une gouache en 1928 et une eau-forte l’hiver suivant. De temps en temps, la reine Elisabeth de Belgique se rendait sur les lieux pour encourager les artistes dont elle était amie et mécène.

Fermes-Demeures dans la vallée de la Woluwe (living d'Edgar P. Jacobs)Grand admirateur de l’art sous toutes ses formes, Edgar P. Jacobs s'est laissé tenter et a aussi fait quelques croquis de l’église et des ruelles alentour. Puis, au fil des promenades, il a découvert d’autres beautés de la commune qu’il a peint sans les signer vers 1922-1923 : des fermes-demeures de la vallée de la Woluwe et, un peu plus haut, la chapelle gothique Sainte-Marie-la-misérable datant du 14e siècle. Par contre, en 1924, il a signé "EPJacobs" une magnifique aquarelle intitulée « ruelle de Woluwe-Saint-Lambert » sur laquelle on peut apercevoir l’église romane à l’arrière-plan.

En 1938 se fonda le cercle Les Artistes de Woluwe-Saint-Lambert. Parmi les membres de l'association vouée à la promotion des arts, relevons les peintres Edgard Tytgat, Jacques Laudy..., les musiciens Philippe Declerck (mon premier professeur de piano à l'académie de Woluwe-St-Lambert)..., un folkloriste et des écrivains.

 

L'ancien In de Kwak accroché dans le hall d'Edgar P. JacobsLes premières rencontres entre Edgar P. Jacobs et ma grand-mère ont eu lieu dans la commune de Woluwe-St-Lambert. Ils se sont désaltérés dans l'ancienne taverne "In de Kwak" (peinture à la gouache). Ils se sont mariés dans la commune, au château Malou.

 

Hergé et Dino Attanasio font partie des artistes qui, un moment au moins, ont eu un point d'attache dans la commune.

12/05/2008

Hergé, Lignes de Vie

Hergé Lignes de Vie, Philippe Goddin, éditions Moulinsart, 2007.

Hergé Lignes de Vie

Edgar P. Jacobs affirmait qu'à la fin de 1943 il était le tout premier collaborateur d'Hergé en qualité de décoriste et de coloriste (Un opéra de papier, Gallimard 1981, p. 75).

Il ignorait l’existence d’Alice Devos et savait encore moins qu’elle l’avait précédé en tant que coloriste en 1941.

Dans sa biographie de 1006 pages publiée à l'occasion du centenaire de la naissance du créateur de Tintin, Philippe Goddin confirme qu'Alice Devos était la première coloriste d'Hergé. Dans son ouvrage, au moins une cinquantaine de références sont faites à Edgar P. Jacobs !
Voir la présentation de cette 
biographie impressionnante sur le site actuabd.

10:28 Écrit par Viviane Quittelier dans Livres sur Edgar Jacobs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : herge, biographie |  Facebook |

02/05/2008

Le parc de Wolvendael

Parc de WolvendaelParc de Wolvendael à Uccle (traduction : vallée des loups).
Le parc se trouve au sud de Bruxelles.

Le peintre Henri Quittelier habitait à Uccle, au numéro 57 du chemin du Crabbegat.


1954 Pavillon Louis VX au Parc de WolvendaelEau-forte du peintre Henri Quittelier représentant le pavillon Louis VX dans le parc de Wolvendael (réalisée en 1954). 
Un travail de précision dans les moindres détails avec respect de la perspective, la même minutie qu'Edgar P. Jacobs. 

Il s'agit bien d'une oeuvre gravée. En agrandissant la photo, vous pouvez repérer les quatre personnes attablées devant le pavillon ainsi que les parasols à l'extrême droite.

Plaques des allées Henri Quittelier et Edgar P. Jacobs dans le Parc de Wolvendael :

Allée Henri Quittelier dans le Parc de Wolvendael Allée Edgar P. Jacobs dans le parc de Wolvendael

René Quittelier au Parc de Wolvendael dans l'allée Edgar P. Jacobs

Photos Viviane Quittelier.

Edgar P. Jacobs n'a jamais habité à Uccle.
Il s'est rendu plusieurs fois chez le peintre Henri Quittelier et s'est aussi promené dans le parc.

Je vous invite à (re)lire le témoignage de mon père concernant les échanges entre les deux maîtres.


Pour trouver facilement les allées du Parc de Wolvendael, il est conseillé d’entrer dans le parc par le haut, par le Dieweg. Je vous souhaite une agréable visite. Viviane.

Voir un plan pour situer le parc.
Voir des photos du parc
Voir un plan interactif du parc.

Voir la plaque de l’allée Hergé.
Voir la statue de Tintin et Milou érigée autrefois dans le parc de Wolvendael.
Voir la tombe d'Hergé au vieux cimetière du Dieweg.

22:05 Écrit par Viviane Quittelier dans A la mémoire d'Edgar P. Jacobs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : herge, sos meteores, wolvendael |  Facebook |

17/04/2008

Les secrets de Moulinsart

Le château de Cheverny (Loir-et-Cher, au sud-ouest de Blois) a servi de modèle à Hergé pour dessiner le château de Moulinsart.

Escalier menant à l'exposition Les secrets de MoulinsartL’exposition permanente "Les secrets de Moulinsart" vient d’être mise à jour. Elle est enrichie d’une salle supplémentaire dans les dépendances du château de Cheverny. Edgar P. Jacobs a travaillé pour Hergé à partir de décembre 1943. Il a commencé par Tintin au Congo et terminé par Les 7 Boules de Cristal. Il a mis en couleurs Le Trésor de Rackham Le Rouge dont on peut découvrir la crypte dans l’exposition.

Photos prises par Viviane Quittelier à l'intérieur de l'exposition.

Muskar XIILors de la refonte du Sceptre d’Ottokar, Edgar P. Jacobs a réalisé les décors et les coloriages. Il avait dit à Hergé qu’il aurait aimé être colonel. Hergé dessinait les personnages. N’aurait-il pas pris Edgar comme modèle pour dessiner S. M. Muskar XII en uniforme de colonel de la Garde ? Edgar prenait la pose dans certains cas. Ici, Hergé l'a rajeuni.

Voir les salles de l'exposition et le Château de Cheverny

10:38 Écrit par Viviane Quittelier dans Edgar P. Jacobs et Hergé | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : herge, tintin, expo, moulinsart |  Facebook |

22/01/2008

Festival BD d'Angoulême

Le saviez-vous ?

Quatre pages d'Edgar P. Jacobs sont exposées en permanence à Angoulême dans les "musées imaginaires de la bande dessinée" au CNBDI, musée des Sciences et Techniques :

1) Deux pages tirées du journal Bravo : une de Gordon l'Intrépide et une du Rayon U.

2) Deux pages tirées du journal Tintin : une couverture du Secret de l'Espadon et une page du Secret de l'Espadon.

D'autre part, le CNBDI possède une salle de réunion "Edgar P. Jacobs" (Voir des photos de la salle).
Habituellement, la salle "Edgar
P. Jacobs" n'est pas accessible aux visiteurs du festival.

Voici mes principaux souvenirs du festival d'Angoulême 2007 :

Angoulême 2007Des chutes de neige le mercredi soir et du verglas le lendemain matin. Difficile de marcher dans les rues en pente de la cité charentaise ainsi que sur certains trottoirs !
(Photo Roland Francart)

 Moments importants :

Débat sur Hergé le 27-01-071) Les tables rondes sur le thème de Tintin et Milou.
Y ont participés, entre autres, de gauche à droite, Dominique Petitfaux, Daniel Couvreur, journaliste au Soir, et Patrick Gaumer. (Photo Viviane Quittelier)
Débat hautement intéressant. Dominique Petitfaux a évoqué Edgar Jacobs à plusieurs reprises. Grâce aux vignettes d'Hergé projetées sur un écran, j'ai pu me souvenir d'une révélation de Jacobs que je me suis empressée d'ajouter dans mon livre. Ce sera un inédit de plus...

Dominique Petitfaux et Patrick Gaumer sont membres du jury oecuménique ainsi que Roland Francart et moi-même.

2) La remise du prix du Jury Oecuménique 2007 :

Un homme est mort, Étienne Davodeau sur un scénario de Kris, Éditions Futuropolis, octobre 2006.

Edgar P. Jacobs
m'avait raconté le fait tragique dont il est question dans cette bande dessinée !

Pour en savoir plus : http://juryoecumenique.free.fr/

(Photo Viviane Quittelier)
Rue d'Angoulême le 27-01-07Je n'irai pas au festival d'Angoulême cette année. La cause ?
L'arrivée de l'ADSL dans mon quartier. Eh oui, 5 % de la population belge francophone se trouvait dans mon cas !
Lors de la connexion, un téléphone non débranché a provoqué un court-circuit ! Conséquence : perte informatique dont la fin de la rédaction de mon livre sur Jacobs. Un mois pour recommencer le travail...

Un avantage et non des moindres : la création de ce blog...

J'attire votre attention sur cet événement :

Lors de la 35ème édition du Festival d'Angoulême, le Jury Oecuménique de la BD proclamera dans la Cathédrale d'Angoulême son Prix et une mention spéciale le Jeudi 24 Janvier 2008 à 15 heures.

Le Jury Oecuménique compte 14 membres, parmi lesquels des spécialistes de la bande dessinée, auteurs et journalistes.

Une pensée ira bien sûr à Annie Baron-Carvais, auteur du Que sais-je sur la bande dessinée. Annie est décédée à New York en août 2007.  Elle faisait partie du jury oecuménique.

Prix 2008 :

En Tchétchénie, Chroniques du proche étranger, Rash & Tamada, Vertige Graphic
Mention Spéciale : Là où vont nos pères, Shaun Tan, Dargaud

http://juryoecumenique.free.fr/

Le prix du meilleur album 2008 du festival de la bande dessinée d'Angoulême a été attribué à :

Là où vont nos pères de l'australien Shaun Tan.

L'album Là où vont nos pères a donc été doublement primé à Angoulême en 2008 :

Meilleur album du festival 2008
et Mention Spéciale du Jury Oecuménique !

+++ 

Egalement dans la Cathédrale le jeudi 24 janvier à 15 h :
remise du Prix de la BD chrétienne.