22/12/2014

Beaux Arts met Jacobs à la une

Vient de paraître :

Jacobs hors série Beaux Arts.jpg

E. P. Jacobs y est mis à l'honneur à trois reprises : en couverture et pour deux albums : Le Lotus bleu et Le Mystère de la grande pyramide. Du grand Art...

Il est déjà cité dans la légende d'une photo du père de Tintin, "L'influence de Jacobs sur Hergé", au bas de la page 11 du hors-série. Il l'est encore dans le texte principal et indirectement par le biais des reproductions de planches colorisées. Nicolas Verstappen rappelle, dans son article sur Le Lotus bleu, que Jacobs a contribué à la mise en couleurs et à l'enrichissement des décors de l'album en 1946.

16 pages consacrées au Lotus bleu, 16 pages au Mystère de la grande pyramide.

La BD, c'est du sérieux! peut-on lire à côté d'une photo de Jacobs (page 27 du hors-série). Romain Brethes souligne dans son article les recherches sérieuses réalisées par l'auteur du Mystère de la grande pyramide. J'ajouterais que, sans cela, Jacobs n'aurait pas porté la BD là où elle se trouve et certainement pas en écrivant seulement des histoires de science-fiction sans fondements d'ordre historique, scientifique, archéologique, artistique, et j'en passe...

Plus on avance dans le temps, plus on découvre la richesse de l'oeuvre de Jacobs au travers des résultats découlant de nouvelles recherches.

"L'artiste du Bois des Pauvres a bien travaillé. L'histoire a dépassé la fiction" peut-on lire à la page 27 du hors-série.

Le dossier est tout aussi sérieux et les illustrations raviront les fans : deux reproductions de crayonné et l'histoire complète Le Trésor de Toutânkhamon (4 pages couleurs d'Edgar P. Jacobs), sans compter les vignettes, des photographies d’œuvres d'art, etc.

24/10/2011

Sato II planche 1 versions

La planche essai de Jacques Martin était mise en vente dernièrement. Il m'a paru intéressant de la juxtaposer au-dessus de la planche crayonnée originale d'Edgar P. Jacobs parue dans le Dossier Sato tome II, Mortimer contre Mortimer et celle de Bob De Moor placée plus bas. Ceci afin de vous permettre de mieux apprécier ou non les ressemblances et les dissemblances des détails :

  

Capture1Sato2JMartin.jpg

 

Sato II EPJ 001.jpg

 

Sato II B De Moor 001.jpg

 

17:42 Écrit par Viviane Quittelier dans Oeuvres d'E. P. Jacobs | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/09/2011

Hangar n°7, Jacobs, Steed et Cie

Le moteur de recherche Google m'a amenée sur un article intéressant intitulé Edgar P. Jacobs, fan de Chapeau Melon. L'auteur et webmaster, Jocelyn Lecocq, y fait référence à mon ouvrage et j'en profite ici pour le remercier.

J'avais en effet annoncé dans mon livre l'intérêt d'Edgar P. Jacobs pour la série Chapeau Melon et Bottes de Cuir, qu'il en était un téléspectateur assidu - il n'aurait pour rien au monde manquer un épisode - et qu'il découpait les résumés des programmes télévisés pour les archiver. Jacobs, d'après ses dires, souhaitait ainsi s'aider à remémorer les détails de chacun des épisodes vus.

Aussitôt l'article lu, je me suis empressée de prendre contact avec son auteur. Jocelyn Lecocq m'a gentiment répondu pour m'apprendre qu'il s'intéressait depuis longtemps à l'oeuvre de mon grand-père et qu'il avait également créé un autre blog dédié à E. P. Jacobs : Hangar n° 7, les révélations de Mr Smith. Curieusement, mon moteur de recherche avait oublié de me renseigner ce deuxième blog !

J'ai donc été y jeter un coup d'oeil. Le blog m'a semblé fort intéressant. Je suis aussi une passionnée de voitures.

Une des réflexions de l'auteur concernant L'affaire du taxi 404, posté le 27 août 2011, m'a rappelé des souvenirs :

"On sait qu'E.P. Jacobs fit appel à son confrère Gérald FORTON pour assurer le dessin des premières planches de "l'Affaire du Collier"...

67722022.jpgEn tant qu'amateur de voitures, j'ai toujours été choqué par une case de la 1ère page, où le contraste entre les vues latérales (très correctes) du taxi qui transporte Blake et Mortimer dans Paris, une Peugeot 404, et la vue de face qui évoque plus une 403 :

- forme trop arondie de la calandre

- capot qui apparaît bombé, alors que celui de la 404 qui est plat et plongeant, et dont on discerne les contours qui convergent, contrairement à celui de la 404 qui suit les ailes -, sans parler de la forme spécifique des phares de la 404, en ogive...)

A noter d'ailleurs que l'auto à côté ne ressemble à rien de précis !"

 

67721237.jpg


Je ne suis pas étonnée, car j'ai entendu exactement les mêmes réflexions de la bouche de mon grand-père lorsqu'il m'a expliqué cette planche !

Quant à savoir qui de Jacobs ou Forton a dessiné telle ou telle voiture, ma mémoire ne se souvient pas de ce petit détail. Il est fort probable que Jacobs ait entamé la planche - il ne commençait pas nécessairement par la case 1 - et que la voiture bien faite serait de sa main.

Ce qui est certain, c'est qu'en regardant cette planche, mes yeux se dirigent naturellement vers la case 4 avec la 404 bien faite, preuve que Jacobs a dû attirer tout particulièrement mon attention vers cette case, bien plus que la case 1 où les personnes de la famile y sont mal dessinées (cf. ma grand-mère et la dame bleue). Il m'a aussi montré la voiture mauve (derrière le bras droit de l'agent de police) en insistant qu'elle ne ressemblait à aucun modèle connu. Il a encore pointé du doigt la mauvaise calandre du taxi, tout en m'expliquant ce qu'étaient les phares en ogive.  

Je vous invite à mon tour à découvrir ces deux blogs intéressants :

http://steedsecrets.canalblog.com/

http://hangar7.canalblog.com/

 


19:06 Écrit par Viviane Quittelier dans Oeuvres d'E. P. Jacobs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : l'affaire du collier |  Facebook |

18/04/2011

Villa du Dr. Grossgrabenstein

Au sujet de la villa du Dr. Grossgrabenstein...

 

Message reçu de Fred.M. :

"Bonsoir, je connais votre site depuis qq temps déjà. J´ai attendu (assez longtemps) avant de me décider à vous contacter. Voila, j´ai découvert EPJ avec le "Mystère de la grande pyramide" dans les revues "tintin" de mon père. Donc ce fût bien sur mon premier album, acheté en 1986 et reste mon préféré y compris parmi les reprises modernes. Je réalise des modèles - à titre privé et personnel, sans idée de revente- des lieux et architectures des aventures. Umino ie me prend plus de temps qu´escompté mais c´est bon. Mon problème et de ce fait ma question, concerne la villa du Dr. Grossgrabenstein en banlieue du Caire. Dans le livre "le monde d Edgar P Jacobs" de Claude le Gallo, page 112, il est écrit qu il s´agit de la maison de Melle Ceres Wissa Wassef. Or les documents trouvés sur internet (fenêtres arrondies, dômes) ne correspondent pas avec les dessins de EPJ (perron, fenêtres rectangulaires).  Auriez-vous l´amabilite de vérifier parmi vos docs perso ou lettres ce qu il en est ? J´aime réaliser des modèles à partir des dessins mais je n´aime pas "inventer" pour recréer. Il s agit de réaliser la villa du Dr. Grossgrabenstein de EPJ et non la mienne ! Je vous remercie d avance. meilleures salutations, FMD" 

 

VQ : Tout d'abord, merci Fred pour votre courrier. Hélas, je ne possède pas de documents personnels sur le sujet. 

La maison de Melle Cerès Wissa Wassef, présentée par Edgar P. Jacobs dans "Un Opéra de papier", Gallimard 1981, page 121, montre le côté Ebn Bakil en 1952. Le perron correspond au dessin en situation repris dans l'album du Mystère de la Grande Pyramide. Cette photo aurait donc bien servi de modèle. Cependant, comme l'a mentionné Claude Le Gallo dans son livre "Le monde d Edgar P. Jacobs", page 112, il "lui arriva (à Jacobs) de commettre quelques erreurs..."

La photo, provenant du site internet (voir le lien plus haut), montre une maison de Wissa Wassef à Harrania. Or je pense savoir que Wissa Wassef possédait plusieurs maisons. A mon avis, il ne s'agit pas de celle du Dr. Grossgrabenstein ou bien ce serait une vue prise d'un autre côté que le perron. 

N'ayant jamais eu la chance de me rendre en Egypte, pas plus qu'Edgar P. Jacobs d'ailleurs, je n'ai pas pu faire des recherches sur le terrain.

En espérant qu'un visiteur puisse nous apporter plus d'explications.
Je le remercie déjà !

12:32 Écrit par Viviane Quittelier dans Oeuvres d'E. P. Jacobs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : grande pyramide |  Facebook |

09/02/2011

Voyage sous Paris

National Geographic France présente ce mois-ci Paris souterrain : fêtes, cérémonies et lieux secrets. On n'y relève aucune allusion à Blake et Mortimer, mais, dès les premières phrases de l'article, le lecteur peut faire un rapprochement avec L'Affaire du Collier

"CE SAMEDI MATIN, LE TAXI ROULE LENTEMENT sur les grandes avenues endormies quand, à un feu rouge, un vague mouvement attire mon attention : un homme en bleu de travail sort d'un trou dans le trottoir." (M 04020 - 137, National Geographic, férvrier 2011, page 6.)

Ce n'est certes pas tout-à-fait le début de l'histoire conçue par Edgar P. Jacobs, mais l'article de Neil Shea nous emmène dans les souterrains parisiens. Les plans détaillés permettent de bien comprendre l'histoire des lieux, celle des catacombes, des effondrements dont celui de 1961 entre Clamart et Issy-les-Moulineaux. On peut comparer et se rendre compte de ce que E. P. Jacobs a pu savoir au sujet des carrières parisiennes et les éléments qui lui manquaient, faute de n'avoir pu retourner sur place. Car la carrière dessinée dans l'album ne correspond pas à celle de Paris (cf. mon ouvrage p 283-285).

"... personne n'a jamais pénétré dans le présent puisard. L'eau y est immobile. La lumière de notre lampe se réfracte sur un vide vert émeraude." (National Geographic, férvrier 2011, p. 22-23.) Jacobs savait que la couleur régnant près des puits était d'un vert émeraude (L'Affaire du Collier, éditions du Lombard, p. 44-45).

Lorsqu'il a réalisé le shéma page 51, il s'est reporté aux cartographies des souterrains. Passionné d'Histoire, il y a représenté quelques Allemands et résistants de la Seconde Guerre mondiale. La chambre de garde serait celle des Allemands dans leur bunker. On peut reconnaître (d'après le croquis de la page 14, National Geographic, février 2011) le puits d'accès de l'IGC (Inspection Générale des Carrières) dans lequel une échelle mène au poste de guêt (L'Affaire du Collier, p. 51).  Gros Louis, Jo ou encore Herman pourraient être des résistants.
"Au bas de l'échelle, nous nous accroupissons dans un passage étroit..." (
National Geographic, férvrier 2011, page 6.) On peut remarquer l'espace restreint dans lequel Herman est assis !

L'inspiration du bain de Duranton dans un puits est certainement un amalgame entre ses joies de la baignade (plaisir du bain scolaire hebdomadaire du jeune Jacobs) et une allusion aux bains publics romains dont les vestiges dans le quartier latin en attestent l'existence.

Dans son article, Neil Shea fait référence à des oeuvres bien connues du créateur de Blake et Mortimer : Les Misérables de Victor Hugo, Le Fantôme de l'Opéra. Il y est aussi question d'une armée d'ouvriers qui, dans les années 1920, créèrent à plus de 40 m sous la banque de France un espace unique en son genre abritant les quelque 2.600 t de réserves d'or du pays. On y relève encore que des égouttiers affirment avoir trouvé des bijoux, portefeuilles, armes...

Olrik pensait avoir volé le vrai collier de la Reine, mais il s'était fait rouler comme un débutant... 

 

 

 

 

22:17 Écrit par Viviane Quittelier dans Actualité, Oeuvres d'E. P. Jacobs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : l'affaire du collier |  Facebook |

20/10/2008

Blanche Neige ou Blake et Mortimer ?

RANGE_TA_CHAMBRE (Copains comme cochons)

Blanche Neige et les sept nains ou Blake et Mortimer ?

Il s'agit du dessin de la case 1, page 6, du Piège Diabolique. Le texte a été modifié par "Copains comme cochons".

Les personnages de Walt Disney sont absents, mais ils étaient bien présents dans l'esprit d'Edgar P. Jacobs, lorsqu'il a réalisé cette case !

11:22 Écrit par Viviane Quittelier dans Oeuvres d'E. P. Jacobs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : le piege diabolique |  Facebook |

10/07/2008

Originaux d'Edgar P. Jacobs

J'ai appris incidemment que des planches originales d'Edgar P. Jacobs sont mises en vente dans la région parisienne.


Voici le témoignage de mon père, René Quittelier, légataire universel :


« Lorsqu’Edgar a pu louer un grand coffre dans une banque bruxelloise, je l’ai aidé à faire le transport des planches originales depuis chez lui. Edgar a ensuite acheté des fardes et je lui ai encore donné un coup de main pour y glisser les planches afin qu’elles soient mieux protégées. Au décès d’Edgar, toutes les planches devaient se trouver dans le coffre.

 

Si des planches de Jacobs circulent aujourd’hui, ce sont soit des copies, soit des originaux volés. Pour rappel, ces documents n’ont aucune valeur marchande, puisque la signature de l'auteur n'y figure pas. Ils peuvent exclusivement être destinés à des rééditions ou être mis en valeur dans des expositions. Les possesseurs de tels documents font l'objet de documents volés.


Concernant des croquis non signés mis en vente (il y en a déjà eu en Belgique), ces croquis sont soit des belles imitations, soit des originaux volés. Tous les croquis, à l'exception de ceux qu'Edgar m'a donnés avant sa mort, ont tous été remis par mes soins à la Fondation. Je sais que des vols ont été effectués dans la villa d'Edgar entre son décès et la remise des documents. Les voisins ont été témoins des va-et-vient nocturnes. »


Qu'on se le dise...

18:23 Écrit par Viviane Quittelier dans Oeuvres d'E. P. Jacobs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : originaux, expo, croquis, planches |  Facebook |

19/02/2008

E. P. Jacobs et "La Guerre des Mondes"

Edgar Jacobs a illustré « La Guerre des Mondes » d’Herbert G. Wells pour le journal Tintin.

Le tripode conçu avec l'aide scientifique de René Quittelier, Edgar peut commencer ses illustrations en noir et blanc, en tout une soixantaine. Celles-ci paraissent du 26 septembre 1946 au 17 avril 1947 à raison de deux pages par semaine (récit et illustrations), en même temps que les premières planches du Secret de l’Espadon et d’autres illustrations.

Couverture du n° 2 Année 1947Edgar réalise la couverture couleur du journal Tintin n° 2, année 1947.

Supplément au N° 12 Cahiers de la BDLes illustrations accompagnées des commentaires sont reprises dans le supplément au numéro 12 de la revue « les cahiers de la bande dessinée » daté du 2ème trimestre 1971 aux éditions Glénat.
En première page, une préface d'Hergé :
"... s'offre à vous, lecteurs avides, la Guerre des Mondes du magistral illustrateur Jacobs."

Cahier de la BD n° 30

Les illustrations accompagnées des commentaires sont encore reprises dans le numéro 30 de la revue « les cahiers de la bande dessinée » daté du 3ème trimestre 1976 aux éditions Glénat.

 

 

 

Jacobs Guerre des MondesLe récit d'Herbert Wells et les illustrations d’Edgar Jacobs sont réunies dans un album publié en 1986 aux éditions Blake et Mortimer & Dargaud.

Spot BD n° 4 septembre 1986Encore quelques illustrations de "La Guerre des Mondes" dans le Spot BD de septembre 1986. 



Histoire à suivre dans le prochain message :
E. P. Jacobs dans "La Guerre des Mondes".
Dans quelle illustration Edgar s'est-il représenté ?
Quel lien y a-t-il avec sa vie privée ?

17:00 Écrit par Viviane Quittelier dans Oeuvres d'E. P. Jacobs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la guerre des mondes |  Facebook |