06/07/2011

La vie secrète d'Hergé

Olivier Reitel.jpgJ'ai rencontré Olivier Reibel, auteur de La vie secrète d'Hergé, lors de l'AG des Amis de Hergé en mars 2011. Passionné par son ouvrage, Olivier m'a invitée à découvrir ses nombreuses recherches fouillées. Il m'a emmenée d'un album à l'autre de Tintin et Milou en attirant mon attention sur certains détails, un peu comme mon grand-père d'adoption le faisait. Curieuse d'en savoir davantage, j'ai acheté un exemplaire qui m'a été gentiment dédicacé. C'est aussi un honneur que mon ouvrage y soit renseigné, une première !

Olivier Reibel - Photo de Jean-Jacques Procureur

HergéSon livre est attrayant et se lit comme un roman. Le fait qu'il n'y ait pas de reproductions de vignettes ne m'a pas gênée. Ce qui m'a frappée en commençant la lecture, c'est une liste reprenant des albums de Tintin et Milou datant de la collaboration avec Edgar P. Jacobs. Or, je sais que le créateur de Blake et Mortimer était porté vers les sciences occultes et secrètes et que son influence a fort probablement eu des répercussions dans l'oeuvre d'Hergé. Nous savons aussi que Jacobs était heureux de travailler chez Hergé - il chantait en dessinant. Je suis convaincue qu'il y a eu des échanges en la matière, bien qu'Hergé, d'après les dires de Jacobs, restait à certains moments impénétrable. Jacobs le sera d'ailleurs tout autant sur les secrets de son oeuvre, à l'exception de quelques privilégiés, et certainement pas à un rival, soit-il un collaborateur de premier choix.

Dans son livre, Olivier Reibel se pose la question (p. 43) : pourquoi tant de références à la franc-maçonnerie écossaise dans Le Secret de la Licorne et Le Trésor de Rachkam le Rouge ? Chacun sait que ces deux albums ont été conçus pendant la collaboration avec Edgar P. Jacobs. J'ignore lequel des deux auteurs, Hergé ou Jacobs, en a eu l'idée et lequel a apporté le plus d'éléments significatifs. Jacobs était certes un érudit. Il n'aurait pas été franc-maçon, du moins il ne m'en a pas parlé. Le connaissant, je suis certaine que, dans le cas où il y aurait fait une courte intrusion (j'en doute très fort !) et qu'il aurait dès lors été autorisé à mentir à tout personne non-initiée, il se serait tu sur le sujet.

Mon avis pencherait plutôt sur Hergé pour l'apport des innombrables détails franc-maçonniques ajoutés çà et là dans les vignettes de ces deux albums. La franc-maçonnerie était un sujet que Jacobs abordait. M'a-t-il dit qu'Hergé avait été un temps franc-maçon ? C'est bien possible, mais je n'oserais l'affirmer. Au fil des pages de l'ouvrage, je me demande comment on peut en savoir autant sur des pratiques aussi secrètes que la franc-maçonnerie, si on n'y a pas été soi-même initié.

Ce livre nous apprend encore, par exemple, d'où provient l'expression "Tonnerre de Brest" !

Un livre, certes pointu, qui pourrait intéresser les passionnés d'Hergé et/ou de Jacobs ainsi que les amateurs de sens cachés.

17:09 Écrit par Viviane Quittelier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/06/2011

Vers un S.O.S. Météores ?

Des conditions climatiques exceptionnelles nous touchent actuellement. Une longue période de sécheresse inquiète tout particulièrement les agriculteurs et elle oblige les particuliers (comme moi !) à arroser fréquemment leurs nouvelles plantations. De mémoire d'hommes, on n'avait jamais vu cela à cette période de l'année ! Et pourtant, d'après la Dernière Heure de ce 1er juin 2011 (p. 09, climat), si "le printemps fut exceptionnel" et que l'ensoleillement "a battu le record absolu d'insolation de 1893", notre printemps d'aujourd'hui ne serait que "le 3e plus sec depuis le début des mesures en 1833". Notre mémoire serait donc bien courte !

Nous sommes en juin. Il fait particulièrement chaud et la neige tombe encore par endroits. Notre compatriote Jurgen Van den Broeck est dans les Alpes où il se prépare pour le prochain Tour de France... dans des conditions quasi hivernales. Exceptionnel ? Pas vraiment !

Les 1er et 2 juin 1953, on observait des précipitations de pluie et neige mêlées en Belgique, à la Baraque-Michel (cf. la Dh du 1er juin 2011, p. 44, record).

En juin 1953, Edgar P. Jacobs était en train de réaliser les premiers dessins de La Marque Jaune. Un article allait annoncer la nouvelle aventure de Blake et Mortimer dans le n° 29 du mercredi 22 juillet 1953. Chacun le sait, Jacobs se tient informé et les précipitations exceptionnelles de ce début juin 1953 dans Les Fagnes ne lui ont pas échappées.

sos meteores

Plus tard, il m'expliquera, qu'au tout début de S.O.S. Météores, il ne pouvait pas se limiter aux phénomènes climatiques survenus en Belgique (voir ci-dessus les coupures de journaux, S.O.S. Météores p. 3, case 1). Les localités touchées étaient trop petites, peu importantes ou mal connues, comme la Baraque-Michel qui n'est que le 3e point le plus haut du pays, culminant à 674 mètres d'altitude ! Je me souviens qu'il m'a cité cet exemple, sachant que je connaissais bien la région.

Edgar P. Jacobs a donc fait des recherches pour marquer des événements forts et, par la même occasion, toucher plus particulièrement les lecteurs français. Les titres de presse Orages violents sur la France, Les inondations en France ont été placés en grand, bien en vue au centre des informations. Les autres régions d'Europe (Grande-Bretagne, Italie, Espagne, Luxembourg, Allemagne) se trouvent aux extrémités, tandis que la Belgique a été complètement ignorée, sauf peut-être l'extrait de droite à l'arrière-plan. 

La présentation des coupures de presse semble avoir été mise pêle-mêle. Il n'en est rien. Tout a été à la fois pensé et pesé. Edgar P. Jacobs n'a rien fait au hasard. Chaque détail a son importance et aussi une histoire...

11:50 Écrit par Viviane Quittelier dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sos meteores |  Facebook |

30/05/2011

Villa du Dr. Grossgrabenstein (2)

Alain Lerman a réagi au message de Fred M. concernant la villa du Dr. Grossgrabenstein. Voir les commentaires (colonne de droite) ou cliquer sur ce lien.

La maison présentée sur le site ne correspond pas du tout à celle du Dr. Grossgrabenstein dans Le Mystère de la Grande Pyramide. Alain Lerman confirme que le lecteur faisait l'amalgame entre la maison de Mlle Wissa Wassef et les immeubles que son père a construits. Leur maison a d'ailleurs été ensuite transformée en ambassade d'un pays de l'Est (la Roumanie ?), avant d'être purement et simplement rasée pour laisser la place à de nouveaux ensembles immobiliers.
Merci Alain pour ces informations !

20:53 Écrit par Viviane Quittelier | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

21/05/2011

Allo, il y a quelqu'un ?

dyn008_small150_355_250_jpeg_2625092_c5a666ace3bc55243e76f4d13a207400.jpgOui, je suis bien en activité, malgré des apparences dormantes ! Il est vrai qu'il fait très chaud et particulièrement sec dans mon pays et que les envies à la sieste ne manquent pas...

Il faut aussi arroser journellement les nouvelles plantations, tenter de biner dans une terre dure comme du béton et sans se faire une tendinite, remettre régulièrement de l'eau dans l'étang, etc.

J'ai acheté les derniers livres parus ayant un lien avec Edgar P. Jacobs et je suis en train de les lire. Certains sont des pavés. Je note mes réflexions au fur à mesure, préparant ainsi une prochaine mise à jour sérieuse*...

(*Sérieux : Un terme bien jacobsien.)

17:20 Écrit par Viviane Quittelier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/04/2011

Villa du Dr. Grossgrabenstein

Au sujet de la villa du Dr. Grossgrabenstein...

 

Message reçu de Fred.M. :

"Bonsoir, je connais votre site depuis qq temps déjà. J´ai attendu (assez longtemps) avant de me décider à vous contacter. Voila, j´ai découvert EPJ avec le "Mystère de la grande pyramide" dans les revues "tintin" de mon père. Donc ce fût bien sur mon premier album, acheté en 1986 et reste mon préféré y compris parmi les reprises modernes. Je réalise des modèles - à titre privé et personnel, sans idée de revente- des lieux et architectures des aventures. Umino ie me prend plus de temps qu´escompté mais c´est bon. Mon problème et de ce fait ma question, concerne la villa du Dr. Grossgrabenstein en banlieue du Caire. Dans le livre "le monde d Edgar P Jacobs" de Claude le Gallo, page 112, il est écrit qu il s´agit de la maison de Melle Ceres Wissa Wassef. Or les documents trouvés sur internet (fenêtres arrondies, dômes) ne correspondent pas avec les dessins de EPJ (perron, fenêtres rectangulaires).  Auriez-vous l´amabilite de vérifier parmi vos docs perso ou lettres ce qu il en est ? J´aime réaliser des modèles à partir des dessins mais je n´aime pas "inventer" pour recréer. Il s agit de réaliser la villa du Dr. Grossgrabenstein de EPJ et non la mienne ! Je vous remercie d avance. meilleures salutations, FMD" 

 

VQ : Tout d'abord, merci Fred pour votre courrier. Hélas, je ne possède pas de documents personnels sur le sujet. 

La maison de Melle Cerès Wissa Wassef, présentée par Edgar P. Jacobs dans "Un Opéra de papier", Gallimard 1981, page 121, montre le côté Ebn Bakil en 1952. Le perron correspond au dessin en situation repris dans l'album du Mystère de la Grande Pyramide. Cette photo aurait donc bien servi de modèle. Cependant, comme l'a mentionné Claude Le Gallo dans son livre "Le monde d Edgar P. Jacobs", page 112, il "lui arriva (à Jacobs) de commettre quelques erreurs..."

La photo, provenant du site internet (voir le lien plus haut), montre une maison de Wissa Wassef à Harrania. Or je pense savoir que Wissa Wassef possédait plusieurs maisons. A mon avis, il ne s'agit pas de celle du Dr. Grossgrabenstein ou bien ce serait une vue prise d'un autre côté que le perron. 

N'ayant jamais eu la chance de me rendre en Egypte, pas plus qu'Edgar P. Jacobs d'ailleurs, je n'ai pas pu faire des recherches sur le terrain.

En espérant qu'un visiteur puisse nous apporter plus d'explications.
Je le remercie déjà !

12:32 Écrit par Viviane Quittelier dans Oeuvres d'E. P. Jacobs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : grande pyramide |  Facebook |

28/03/2011

En dédicace à Braine-l'Alleud

Je serai en dédicace au 1er Festival BD International de Braine-l'Alleud le dimanche 3 avril 2011.

 

mailing-bd-copie.jpg

La liste des 25 auteurs présents est la suivante (le classement est aléatoire et a été établi en fonction du timing des confirmations reçues) :

1. Yves Swolfs (Durango, Le Prince de la Nuit, Légende...)
2. Baloo (Les Ptits dragons, La mission infernale, Circus...)
3. Olivier Grenson (Niklos Koda, la femme accident, Carland Cross...)
4. Frédéric Mormont "Frémor" (Bois noir, illustrations...)
5. Jean-Marc Lainé (La méthode Largo Winch, les métiers de la BD, Grands Anciens...)
6. Christian Darasse (Tamara)
7. Thomas Legrain (L'Agence, Mortelle Riviera, Sisco)
8. Michel Espinosa (Oukase, L'histoire de l'Aéronautique)
9. Philippe Zytka (La nuit des Paras)
10. Antonio Lapone (Accords sensibles)
11. Virginie Vertonghen (La Vavache)
12. Mike Ratera (Le chant des Elfes, portfolio Seffana Vampires)
13. Seffana Seff (Top model vampirique, portfolio Seffana Vampires)
14. Viviane Quittelier (Edgar P. Jacobs, Témoignages Inédits)
15. Manu Tenret (Rantanplan)
16. Raphaël Schierer (Lefranc)
17. Cédric Hervan (Les voyages d'Alix, le dernier des Schoenfeld)
18. Alain Mounier (Box, Ambulance 13)
19. Bosse (Tamara)
20. Charel Cambré (Albert & Cie)
21. Nathalie Polfliet (Un ogre à la maison, un cadeau pour l'âne, illustrations...)
22. Michel Pierret (Les Aigles décapitées)
23. Picksel (L'hôpital des Fées, illustrations...)
24. Alexis Robin (Borderline)
25. Eduardo Ocana (Les carnets de Darwin)

Au plaisir de vous y rencontrer !

Antonio Lapone, que vous pourrez aussi rencontrer, a rendu un hommage à Edgar P. Jacobs.

11:54 Écrit par Viviane Quittelier dans Festival BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : epj temoignages inedits |  Facebook |

Enfin des nouvelles

Chers ami(e)s, 

"Plus de mises à jour depuis un mois, c'est le le calme plat... au plat pays", termes repris d'un courrier bien sympa reçu de Marc Jaune !

Les peintres avaient annoncé leur visite et ce fut un fameux remue-ménage dans la maison, une bonne remise à neuf de saison. Vous l'aurez compris : pas d'accès à l'étage et donc au bureau lorsque le peintre mettait une nouvelle couche de vernis sur l'escalier, pas d'accès au PC à cause des caisses entassées sur le sol, et surtout les déménagements successifs pour permettre à l'équipe de peintres de continuer son travail...

Je rallume enfin mon PC ! 

Les mises à jour prévues et annoncées viendront comme promis. Il y a du Jacobs dans l'air. Le maître du Bois des Pauvres mettait bien souvent du temps pour satisfaire ses lecteurs...

11:49 Écrit par Viviane Quittelier dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/02/2011

Voyage sous Paris

National Geographic France présente ce mois-ci Paris souterrain : fêtes, cérémonies et lieux secrets. On n'y relève aucune allusion à Blake et Mortimer, mais, dès les premières phrases de l'article, le lecteur peut faire un rapprochement avec L'Affaire du Collier

"CE SAMEDI MATIN, LE TAXI ROULE LENTEMENT sur les grandes avenues endormies quand, à un feu rouge, un vague mouvement attire mon attention : un homme en bleu de travail sort d'un trou dans le trottoir." (M 04020 - 137, National Geographic, férvrier 2011, page 6.)

Ce n'est certes pas tout-à-fait le début de l'histoire conçue par Edgar P. Jacobs, mais l'article de Neil Shea nous emmène dans les souterrains parisiens. Les plans détaillés permettent de bien comprendre l'histoire des lieux, celle des catacombes, des effondrements dont celui de 1961 entre Clamart et Issy-les-Moulineaux. On peut comparer et se rendre compte de ce que E. P. Jacobs a pu savoir au sujet des carrières parisiennes et les éléments qui lui manquaient, faute de n'avoir pu retourner sur place. Car la carrière dessinée dans l'album ne correspond pas à celle de Paris (cf. mon ouvrage p 283-285).

"... personne n'a jamais pénétré dans le présent puisard. L'eau y est immobile. La lumière de notre lampe se réfracte sur un vide vert émeraude." (National Geographic, férvrier 2011, p. 22-23.) Jacobs savait que la couleur régnant près des puits était d'un vert émeraude (L'Affaire du Collier, éditions du Lombard, p. 44-45).

Lorsqu'il a réalisé le shéma page 51, il s'est reporté aux cartographies des souterrains. Passionné d'Histoire, il y a représenté quelques Allemands et résistants de la Seconde Guerre mondiale. La chambre de garde serait celle des Allemands dans leur bunker. On peut reconnaître (d'après le croquis de la page 14, National Geographic, février 2011) le puits d'accès de l'IGC (Inspection Générale des Carrières) dans lequel une échelle mène au poste de guêt (L'Affaire du Collier, p. 51).  Gros Louis, Jo ou encore Herman pourraient être des résistants.
"Au bas de l'échelle, nous nous accroupissons dans un passage étroit..." (
National Geographic, férvrier 2011, page 6.) On peut remarquer l'espace restreint dans lequel Herman est assis !

L'inspiration du bain de Duranton dans un puits est certainement un amalgame entre ses joies de la baignade (plaisir du bain scolaire hebdomadaire du jeune Jacobs) et une allusion aux bains publics romains dont les vestiges dans le quartier latin en attestent l'existence.

Dans son article, Neil Shea fait référence à des oeuvres bien connues du créateur de Blake et Mortimer : Les Misérables de Victor Hugo, Le Fantôme de l'Opéra. Il y est aussi question d'une armée d'ouvriers qui, dans les années 1920, créèrent à plus de 40 m sous la banque de France un espace unique en son genre abritant les quelque 2.600 t de réserves d'or du pays. On y relève encore que des égouttiers affirment avoir trouvé des bijoux, portefeuilles, armes...

Olrik pensait avoir volé le vrai collier de la Reine, mais il s'était fait rouler comme un débutant... 

 

 

 

 

22:17 Écrit par Viviane Quittelier dans Actualité, Oeuvres d'E. P. Jacobs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : l'affaire du collier |  Facebook |

Convalescence

Quelques nouvelles brèves avant la reprise des mises à jour annoncées.

Le temps écoulé entre la formation de l'abcès dentaire, la prise des antibiotiques successifs, la rééducation de la mâchoire et les soins de la dent malade fut long : plusieurs semaines de repos forcé. La période de convalescence fut heureusement plus courte, bien que je ne sois pas encore au top.

J'ai accumulé beaucoup de retards dans tous les domaines, y compris le courrier. Se refaire une santé reste la chose primordiale en ce moment. J'espère que vous comprendrez. Merci !

21:54 Écrit par Viviane Quittelier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/01/2011

Ouvrez la bouche, dites aaa...

Cela fait plus d'un mois que ma mâchoire s'était contractée : cellulite péri-mandibulaire (abcès au menton) causée par une dent cariée mal soignée par une dentiste.

Après beaucoup de souffrances, privations culinaires et enfin 4 séances de kiné de rééducation, l'ouverture de la mâchoire est redevenue quasi normale depuis hier soir !

La dent en cause ne sera soignée ou arrachée qu'à la fin du mois (pas de place avant !), à moins qu'il n'y ait un désistement, ce que j'espère vivement...

En attendant ce jour, pas de sorties (trop de vent !), ni promenades pour les chiennes qui en sont privées depuis le 13 décembre 2010... Noisette grossit et, en plus, elle est gourmande !

Je dois encore beaucoup me reposer entre chaque mini-activité...

Patience jusqu'à ce que le risque d'un nouvel abcès soit réduit à zéro...

Des mises à jour sont prévues, dès que je pourrai m'y atteler de façon constructive. Merci pour votre compréhension !

18:35 Écrit par Viviane Quittelier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/12/2010

Joyeux Noël et meilleurs voeux 2011

Les intempéries anormales d'autrefois avaient inspiré S.O.S.Météores...

Il neige et j'en suis fort aise... Heureux les enfants d'aujourd'hui, car la neige a bel et bien manqué en Belgique depuis que j'ai grandi...

Hélas, une carie mal soignée par ma dentiste me cause beaucoup d'ennuis depuis le 11 décembre: gros abcès dentaire, fièvre, mâchoire bloquée ne me permettant pas de m'alimenter normalement, apathie et anémie, etc. Bref, un manque de forme total. Chose positive : je SAIS maintenant pourquoi je me trainais depuis des mois : une anémie provoquée par la belle carie profonde ! Et quand la malheureuse dent sera soignée (faudra pour cela pouvoir ouvrir grande la bouche et non de seulement 2 mm comme ce fut le cas !) j'emporterai mes skis vers l'un ou l'autre domaine vosgien. La voiture est prête, avec son équipement hiver...

En attendant, je me contente de regarder la neige tomber au travers de la fenêtre. Et, cette fois, il y en a beaucoup et elle reste bien blanche ! Un vrai Noël blanc...

Je pense aussi au Bois des Pauvres et à mes bons vieux souvenirs d'hiver. Voici, en guise de cadeau de fin d'année, deux photos inédites prises pendant l'hiver 1962 dans la propriété d'Edgar P. Jacobs. On me voit sur une luge en compagnie de ma grand-mère Jeanne et de mon père René. A l'arrière-plan, la villa du Bois des Pauvres...

photos A 003.jpg

Photos © Viviane Quittelier

 

photos A 002.jpg

JOYEUX NOEL & BONNE ANNEE 2011

 

 

19:06 Écrit par Viviane Quittelier dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : photo inedite |  Facebook |

10/12/2010

Quelques BD...

Le Jury Oecuménique, dont je suis membre depuis quelques années, décerne un prix pour la meilleure BD à valeurs humaines parue dans l'année écoulée. Le Prix est remis au Festival d'Angoulême.

Voici quelques BD retenues que j'ai appréciées :

Les chemins de traverse Le Roy.jpg

 

Les Chemins de traverse, Le Roy - Soulman, La Boite à bulles - 2010

 

Un mouvement de désobéissance civile, né en 2000, avec la vocation de créer des connexions judéo-arabes.

Quelques bulles que j'ai retenues :

"Ce sont des amis, des Juifs."

"Comment peux-tu accueillir des Juifs ?! Le peuple qui a tué ton frère !"

"Ne sommes-nous pas tous des frères ?"

Lire une interview de Maximilien Le Roy et voir quelques dessins de l'album.

 

 

Une autre BD sur le même conflit israélo-palestinien et du même auteur :

Faire le Mur, maximilien Le Roy, Casterman.jpg

 

Faire le Mur, Maximilien Le Roy, Casterman 2010

Se lit sur la couve verso :

"Le tout, c'est de savoir ce qu'on fait devant un mur : est-ce qu'on passe à côté, est-ce qu'on saute par-dessus, ou est-ce qu'on le défonce ?

Moi... j'ai envie de prendre une pioche..."

                 Jacques Brel

 

Ce qui m'a interpelée dans cet album, c'est la définition du mot TERRORISTE. Un exemple tiré de l'album :

"Sous l'occupation allemande, sur le sol français, Arméniens, Juifs, Hongrois et Polonais, Espagnols, Italiens... Tous unis pour la liberté. Ils ont été fusillés."

 

 

Voici un autre album d'un autre genre : d'une part un univers animalier onirique que j'ai bien aimé et celui des enfants dans un réalisme parfait. L'enseignante que j'ai été revois des attitudes de jeunes adolescents dans la rue, aux abords de l'école, en classe...

 

vol_cigogne_couv, Modrimane, Sarbacane.jpg

Le Vol de la Cigogne, Modrimane, sarbacane 2010

Sur la couve verso :

"Qu'est-ce qui est juste, ou injuste, d'un point de vue personnel - et au regard de la loi ?

C'est à ces questionnements fondamentaux et à cet apprentissage que sont confrontés les adolescents de ce livre, lorsque l'un deux apprend la mise en détention de son père."


L'histoire de témoignages de Viet kieu ayant quitté Saigon :

 

Quitter saigon Baloup.jpg

 

Quitter Saigon, Clément Baloup, La boîte à bulles 2010

Lire des revues de presse et voir quelques planches.

 


 

 

 

 

 

 

 

Enfin, le récit du premier génocide du 20è siècle, le génocide arménien :

 

bd-cahier-fleurs-laurent-galandon-viviane-nic-L-1.jpeg

 

Le Cahier à fleurs, T1 Mauvaise orchestration, Laurent Galandort & Viviane Nicaise, Bamboo édition 2010


Voir une vidéo tirée de l'album.


 

 

 

A suivre, mes réactions sur les nouveautés autour des Blake et Mortimer...

 

 

 

12:25 Écrit par Viviane Quittelier dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jury oecumenique |  Facebook |

07/12/2010

Des pas dans la neige...

Noisette et Beauty aiment la promenade quotidienne. Elles aiment la neige et moi aussi !

DSC02806.JPG

Les intempéries de ces derniers jours (neige, verglas, tempêtes...) nous ont obligées à rester blotties bien au chaud.

Je lis beaucoup et vous ferai part de mes impressions d'ici peu.

Oui, bien vu ! La voiture a changé, je roule maintenant avec celle de mon père. 

 

 

 

Le temps redevenu plus clément, j'emmène les chiennes pour faire le tour habituel.

DSC02824.JPG

Arrivées au-dessus du petit bois, nous nous trouvons devant un mur de neige que j'escalade non sans peine. Beauty n'a fait qu'un bond et Noisette l'a suivie sans se poser de questions.

 

 

 

 

 

DSC02826.JPG

La première dificulté passée, le chemin est agréable sur une trentaine de mètres...

 

DSC02808.JPGPuis, j'aperçois les trous des pas de ceux qui m'ont précédée. Je m'enfonce à mon tour jusqu'au genou. Beauty s'amuse, moi pas et Noisette essaie de se frayer un chemin pour rester en équilibre sur ses petites pattes. Je décide de marcher dans le champs, à côté du chemin, où la couche de neige est fine.

 

 

 

 

DSC02811.JPG

 

DSC02810.JPG

 

 

DSC02815.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces flaques d'eau gelée me rappellent de glacials souvenirs lorsque j'avais glissé un autre hiver et subi un bain de boue imprévu et inhabituel...

 

DSC02822.JPG

Cet hiver, sans raquettes sur le chemin, c'est pratiquement impraticable.

Je fais encore quelques pas à côté du champs, jusqu'à ce que j'atteigne la zone qui a été inondée lors des dernières pluies (la Belgique a eu sa part).

Les grandes flaques d'eau gelée comparables à des lacs sont recouvertes d'une fine couche de neige. Le risque est de ne pas les repérer. Je préfère faire demi-tour et rentrer à la maison. Les chiennes n'étaient pas du même avis et me l'ont fait comprendre en refusant d'avancer.

 

DSC02816.JPG

 

 

DSC02812.JPG

DSC02817.JPG

19:13 Écrit par Viviane Quittelier dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : noisette |  Facebook |

08/11/2010

Le Mystère de la Grande Pyramide comparé

 

MARC JAUNE m'a envoyé ce long message. Je pense que son travail de comparaison entre deux versions du Mystère de la Grande Pyramide pourrait aussi vous intéresser. J'y ai introduit quelques réflexions, en espérant qu'un visiteur du blog pourra répondre aux questions soulevées. C'est sans doute une opportunité de lancer un débat sur le sujet.

Je profite de cette mise à jour pour signaler que le site marquejaune.com est de nouveau accessible, dans une nouvelle version.
 
Et voici le texte envoyé par MARC JAUNE :
 

HELLO VIVIANE !!!

  

ENFIN, voici le fameux message annoncé depuis plusieurs semaines. Prenez quelques minutes pour le lire car il est assez long.


Il s’agit, en fait, d’une grande comparaison entre la version du Mystère de la Grande pyramide Tome 2 éditions Blake et Mortimer (B&M) et la version, que j’ai acquise récemment, des éditions Blue Circle (1985) fidèle aux dessins et aux couleurs de l’édition originale. 

Il est bien évident que je n’ai jamais eu la chance de lire cette aventure dans l’édition originale du Lombard donc, pour moi, c’est une sorte de redécouverte avec l’avantage du grand format (planches 34.5 x 45 cm au lieu du traditionnel 23 x 30).


blakeetmortimercouv04eo.jpgNous allons donc commencer, comme il se doit, par la couverture.

Sur l’original, l’édition grand format pour moi, le titre de l’album ressort très bien car il est dans un bandeau blanc dont les bords imitent le parchemin. Le nom de l’auteur est dans un cartouche égyptien en fond rouge du plus bel effet.

Ces deux éléments sont remplacés, sur l’édition B&M, par l’inscription, en haut, « les aventures de Blake et Mortimer par Edgar P. Jacobs » et à gauche on voit le dessin des têtes de nos deux héros. Le titre, quant à lui, n’est plus qu’en simple surimpression sur le soleil. Le nom de l’épisode présent sur l’original a disparu pour laisser place à un  simple « Tome 2 ». Toutes ces modifications ne me paraissent pas très judicieuses et, personnellement, je préfère nettement la couverture originale.

Les crocodiles et la statue sont dans la pénombre donc beaucoup moins visibles, la plate-forme où se tient le Cheik est d’un bleu pétrole alors qu’elle était violette au début. Le jaune du soleil est moins étincelant et le mur du temple est presque uniforme alors que Jacobs avait pris soin de faire tomber des éclats de plâtre afin de montrer l’usure du temps et d’apporter une touche d’authenticité. Même l’écharpe et la coiffe du Cheik ont viré au blanc alors, qu’à l’origine, elles étaient jaunes donc plus en harmonie avec le soleil éclatant.

Par contre, un détail m’a interpellé sur le dessin original. En haut à droite, au dessus du bandeau, Jacobs a dessiné le détail d’une autre statue qui surplombait la première. Elle a, évidemment, disparu sur la dernière couverture.

Et une question pour en finir : Que représente le cartouche situé en bas à gauche ? S’agit-il du nom d’Horus ou bien du propre nom de Jacobs en hiéroglyphes ?


Scan Mortimer - Copie.jpgAprès ce long préambule, nous allons attaquer le cœur de cette palpitante aventure, l’une de mes favorites. Il nous faut, d’abord, parler de la planche de garde. Dans l’édition originale il y a juste un résumé du tome 1 écrit en petits caractères, mais néanmoins agréable à lire. Dans l’édition B&M le résumé est retranscrit en majuscules avec un style de police qui est plus agressif pour l’œil du lecteur. Et, il y a un dessin supplémentaire. D’où provient-il ? D’une planche publiée dans Tintin ? Ou bien s’agit-il d’une commande réalisée spécialement pour la parution en album ?


171951page20.jpgA présent passons, si vous le voulez bien Viviane (NDLR : et vous, chers visiteurs), à la première planche page 3, et l’on constate immédiatement que les caractères d’impression sont différents entre les deux éditions. En effet, dans l’original, le texte semble ne pas être toujours de la même qualité, certains mots sont plus gras ou plus petits. De même, il y a des exclamations  en majuscules, ex. case 5 page 7, qui ne seront reproduites, ultérieurement, qu’en minuscules.

Et puis tous les textes sont sur fond blanc dans l’original alors, que dans l’édition B&M, il y a une différenciation avec un fond bleu ou jaune pour les « récitatifs ». C’est un bon choix, pour une fois, mais le ton jaune est un peu trop soutenu.

D’une manière générale, le trait est un peu plus gras et moins précis dans l’original, cela est certainement dû à des techniques d’impression moins précises qu’aujourd’hui. Mais grâce au maxi format des planches j’ai pu beaucoup mieux apprécier et, pratiquement découvrir, la prononciation allemande du Doktor Grossgrabenstein. En effet, avec l’écriture plus fine et plus serrée de l’édition B&M, un lecteur un peu rapide ne fait plus attention aux fautes de français car son cerveau corrige automatiquement ses erreurs. (Authentique, article paru dans Sciences et vie).


Maintenant, nous allons aborder le problème de la colorisation des planches de l’édition B&M. Là, il y a vraiment beaucoup de différences avec l’original voulu par Jacobs. J’aimerais bien connaitre la motivation et le but de certains choix faits par les coloristes afin de modifier à ce point l’édition de base. Qu’on en juge :

Dès la toute première case, la voiture conduite par Mortimer devient orange alors qu’elle était de couleur vert cacatois. Par la même occasion, la veste du professeur passe de brun à  gris. On constate que la tonalité ocre-brun, voulue par Jacobs, pour les extérieurs, disparait totalement avec le patchwork de couleurs de l’édition B&M. Les marches de la maison, page 3, case 5, sont même devenues jaunes !!

Voici plusieurs détails à relever concernant les visages. Les personnages, seulement les blancs évidemment, ont des joues roses. C’était un code, en usage dans la BD, pour montrer leur bonne santé. Ce procédé a été repris par Ted Benoit dans l’Affaire Francis Blake. Mais il disparait dans l’édition B&M.

De même, les visages originaux ne changeaient jamais de couleur quelque soit leur environnement (nuit, éclairages, etc…) Là aussi, dans la dernière édition ce n’est plus le cas.

Certains personnages comme le commissaire Kamal, Abdul Razek et même Abbas ont le visage beaucoup plus foncé dans les dessins originaux. Quant à Nasir, il ne semble pas avoir évolué. Où est donc la logique dans tout cela ?

Un petit aparté pour remarquer une mauvaise direction de flèche de phylactères en case 7, page 3. La case est restée inchangée dans l’édition B&M mais une erreur plus visible a été modifiée, en case 12 page 4, le « non d’une pipe » est, logiquement, redevenu le « nom d’une pipe ». Par contre, en case 1 page 5, l’écriture arabe a évolué d’une forme traditionnelle à une forme cursive un peu moins graphique.

Mais revenons à la colorisations des planches. En page 4, les murs du sous-sol de la villa, d’une belle couleur violette, deviennent d’un gris bien fade. Dans la même veine, il faut noter, en page 6, que le ciel est bleu foncé et se change, encore, en gris.

Page 9 : le sol égyptien est brun chez Jacobs et jaune (B&M). En page 13, encore plus fort, le ciel nocturne perd ses étoiles et les murs verdâtres du mastaba se transforment en bleus.


Continuons cet inventaire à la page 18, case 7, il a été rajouté un « CLIC », absolument pas nécessaire car Mortimer dit, case suivante : « Zut, enrayé ». Page 21, la veste de Jack a changé de couleur de marron à… vert et la chemise de Sharkey est passée du gris au … vert !! Histoire de mode, peut être ?


Chocolat Banania.jpgSur cette page 27, le bleu originel des murs de la villa est de toute beauté. Pourquoi, diantre, les repeindre en un gris bien fade. Juste un petit détail amusant, toujours dans cette planche en case 9, le policier en arrière-plan, vraisemblablement de type nubien, est le sosie du personnage dessiné sur les paquets de chocolat en poudre Banania. Etonnant, non !!

 

VQ : Il est vrai qu'Edgar P. Jacobs m'avait parlé du bonhomme souriant dessiné sur l'emballage du chocolat en poudre. J'avais oublié ce petit détail, sans doute parce que je n'étais pas grand amateur du produit que j'ai bien sûr consommé, comme beaucoup d'autres enfants...


MARC JAUNE :

A partir de la page 33, les murs des souterrains d’un rose pâle, du plus bel effet chez Jacobs, vont apparaîtrent en un orange plus tape à l’œil et, finalement moins esthétique.

Page 35, case 12 : les ombres délicatement dessinées sur le côté du visage de nos deux héros ont, une fois de plus, disparu dans l’édition B&M. De même que les deux « BOUM »

case 3 de la page 44.

Juste une remarque sur la case 1 page 42 : le canon de la mitraillette en gros plan me rappelle une scène un peu similaire d’un film d’Hitchcock, « la maison du Dr Edwards » de 1945, où l’on voit un révolver en gros plan menaçant I. Bergman. (à rapprocher également de la case 10 page 41).

En page 49, il faut noter que, là aussi, les égyptiens de l’antiquité ont la peau plus foncée que dans l’édition B&M. Page 52, case 5 le discours de l’initié est écrit avec certains mots en majuscules et d’autres soulignés. Bien sûr, cela sera uniformisé par la suite.

La fameuse bague donnée à Mortimer présente des gravures différentes entre la case 4 page 53 et la case 3 page 56. Erreur de continuité qui a échappé à tout le monde puisque les dessins n’ont pas été modifié depuis.

Je crois que j’aurais pu signaler, encore, d’autres différences entre ces deux éditions.

Il me semble que toutes ces modifications, au niveau de la couleur, n’améliore en rien la lisibilité du dessin et dénature les recherches qu’avait fait Jacobs à l’époque de la création de l’histoire. Qu’en pensez-vous ?

Peut être avez-vous, également, des informations en votre possession dont je n’ai pas connaissance et qui, pourraient expliquer ces choix en matière de recoloriage ?

 

VQ : J'ai effectivement été mise au courant d'explications de choix en matière de recoloriage. Sans doute n'y ai-je pas attaché beaucoup d'importance, en comparaison à d'autres explications reprises dans mon ouvrage. Edgar P. Jacobs n'avait jamais été satisfait des coloriages, déjà lors de la toute première impression. Hergé nous l'a d'ailleurs bien raconté dans sa préface pour La Guerre des Mondes.


MARC JAUNE : J’espère que ce message ne vous a pas paru trop long. En tout cas, je ne regrette vraiment pas l’achat, onéreux, de cet album en grand format car il m’a permis de redécouvrir une aventure que je pensais connaître par cœur.

Et, finalement, c’est peut être ça la magie d’Edgar P. Jacobs. By Jove !!!

  


MARC JAUNE

17:20 Écrit par Viviane Quittelier | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

16/10/2010

En dédicaces à Bruxelles

Beachflags maquette mauve Internet.jpg

Une occasion de me rencontrer à Bruxelles le mercredi 20 octobre 2010 à partir de 17h, au Salon BD, 24 Bd St Michel, 1040 Bruxelles (Métro Montgomery).

J'y serai en dédicaces, avec une expo sur E. P. Jacobs et des timbres philatéliques sur Blake et Mortimer et son créateur.

D'autres auteurs sont également attendus :

Dominique Bar, Geert De Sutter (ayant collaboré aux 3 formules du Pr Sato), Gaëtan Evrard, Floris...

Vous pourrez aussi découvrir 3 autres expositions en exclusivité :
- « P. Emmanuel d’Alzon
(1810-1880) et la famille de l’Assomption »,
- « BD chrétienne en Chine »,.
- « Manga le Messie ».

Et encore un fabuleux trésor de 25 ans à découvrir :

3000 BD classiques, 2000 BD chrétiennes - 40 langues !
affiches, revues, figurines,
dessins, timbres, ...

Inauguration
des expos à 17 h.

Réception
à partir de 19 h 15.

Accès :

- Porterie : 24 boulevard St Michel, 1040 Bruxelles
(Métro Montgomery).

- Parking : cour des primaires (1ère cour
via la rue du Collège St Michel, ou 2ème cour via la rue P. Eudore
Devroye).

Renseignements: téléphone (gsm) :
0478/26.97.28

11:08 Écrit par Viviane Quittelier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/10/2010

En dédicaces à St-Malo

http://static.skynetblogs.be/media/127460/4087280624.JPGLe stand Mosquito vous accueille au salon jusque dimanche 30 octobre inclus

Viviane Quittelier depuis son mobile

10:52 Écrit par Viviane Quittelier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/10/2010

Auteurs attendus au CRIABD

 

Auteurs attendus le mercredi 20 octobre 2010 au Salon BD du Collège Saint-Michel, 24 boulevard St-Michel, 1040 Bruxelles, à partir de 17 heures (c ette liste n'est pas complète, en attente des confirmations) :

 

 

 

DSC00572.JPGDominique Bar

 

à gauche sur la photo avec Brunor au Festival BD de Solliès-Ville en 2008 

 

 

 

 

 

 

 

DSC02057.JPGGeert De Sutter

 

présentant son dernier almbun au salon BD en avril 2010 : De verre bestemming

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tourbillonbonjour dessin Gaëtan Evrard.jpgGaëtan Evrard

 

photo : couverture d'un de ses livres en attendant de posséder une photo de l'illustrateur lui-même

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSC02047.JPGFloris

 

présentant son dernier album au salon BD en avril 2010 : Yael

 

 

 

 

 

 

 

 

 

VQ en dédicace.jpgViviane Quittelier

 

en dédicace au Festival BD d'Illzach 2009

22:21 Écrit par Viviane Quittelier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/09/2010

Fête de la BD

INVITATION A LA FÊTE DE LA BD

Quatre expositions en exclusivité dont "Qui est qui dans Edgar P. Jacobs"

En dédicace : Edgar P. Jacobs, Témoignages inédits


Vous pouvez cliquer sur l'image ci-dessous, celle-ci s'ouvrira dans une autre fenêtre et vous pourrez l'agrandir.

Au plaisir de vous rencontrer à cette manifestation !

 

 

 

 

invitation 20-10-2010.jpg

 

25/09/2010

En dédicaces à St Malo

http://static.skynetblogs.be/media/127460/3234522264.JPGVendredi 8 et samedi 9 octobre 2010.

Au plaisir de vous y rencontrer !

Viviane Quittelier depuis son mobile

22:08 Écrit par Viviane Quittelier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/08/2010

En dédicaces à Solliès-Ville 2010

http://static.skynetblogs.be/media/127460/4120020238.JPGLe Festival BD vous attend venez nombreux le ciel est bleu et sans nuages=
=20

Viviane Quittelier depuis son portable

10:28 Écrit par Viviane Quittelier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/08/2010

Festival BD de Solliès 2010

Affiche sollies 2010 (light).jpgLe 22ème Festival BD de Solliès-Ville vous attend du 27 au 29 août 2010.

J'y serai en dédicaces dans l'église St-Michel avec deux expositions :

"Qui est qui dans Jacobs" et "BD chrétienne chinoise"

Je jouerai aussi de l'orgue afin de vous faire découvrir cet instrument classé dont le buffet est le plus ancien en France.

Au plaisir de vous y retrouver nombreux.

18:20 Écrit par Viviane Quittelier dans A la mémoire d'Edgar P. Jacobs, Festival BD | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : festival bd, expo, orgue |  Facebook |

19/08/2010

Le parc de Wolvendael (2)

Le blog Blake, Jacobs et Mortimer reprend une hypothèse de Stéphane Vieillard (article du 15 février 2010). Le château de Troussalet serait celui du parc de Wolvendael à Uccle (Bruxelles) !

Extrait de l'article de Stéphane Vieillard :

le gros sharkey en rogne

 

"La gare de Versailles-Rive-Gauche, l'entrée des Loges-en-Josas, avec l'Eglise ; la maison du professeur Labrousse, à Jouy-en-Josas ; les étangs de la Geneste ; Buc et son aqueduc, la rue qui longe le parc du château, et qui fait un coude devant son entrée ; la maison de la vieille : tout correspond... sauf le château en lui-même. Le perron flanqué de sphinx, et d'où descend vindicatif le gros Sharkey, bras droit d'Olrik, n'est pas celui du Haut-Buc.

On connait le souci de réalisme et les méthodes minutieuses du créateur de la série Blake et Mortimer : E.P. Jacobs se documentait abondamment, faisait des repérages sur lieux. On a retrouvé deux polaroïds, que reproduisent fidèlement deux cases de l'album (Le perron avec les sphynx, et le château en flammes). Mais on supposait à tort que le véritable château de Troussalet se trouvait quelque part en Ile-de-France. Et, évidemment, on pouvait bien le chercher partout dans cette région, ainsi que le confesse l'auteur de cet excellent site : www.sosmeteores.net (complet et bien documenté). Et nous-même, nous avons fatigué bien des heures à chercher sur la toile et sur Google Earth cette bâtisse dans les environs de Paris.

troussalet en flammes

le perron avec les sphinxsEt puis, une hypothèse de bon sens : et si Jacobs s'était inspiré d'un château de Bruxelles ou de ses environs ?... Il a suffit de quelques clics. C'est le château du parc de Wolvendael, situé à Uccle, commune de la banlieue de Bruxelles, qui est le sujet photographié par Jacobs. Troussalet, c'est Wolvendael."


C'est grâce à mon père René qu'Edgar P. Jacobs a acheté un appareil photo Polaroid. C'était à l'époque des 3 formules du Pr Sato, au début des années 1970, quand les techniciens de l'entreprise Polaroid avaient développé un appareil de poche doté d'un système de miroirs semblable à celui des appareils reflex haut de gamme. La photo couleur apparaîssait en quelques secondes à peine et même les professionnels l'utilisaient. C'était encore un procédé qui permettait de prendre des photos libertines sans craindre de se voir épinglé par l'oeil d'un éventuel censeur moral oeuvrant dans un laboratoire.

Edgar P. Jacobs connaissait très bien le parc de Wolvendael, situé à Uccle, non loin de la villa du peintre Henri Quittelier et son château de style classique Louis XV. Un jour, dans son atelier, il m'en parla ainsi :

Quand je vis pour la première fois ce château - j'avais une quinzaine d'années - je fus frappé par la paire de sphinges ornant le large perron de quatre marches. Je ne m'attendais pas du tout à voir deux corps de lions au buste de femme dans un parc intitulé Wolvendael (wolven signifie loups), dans lequel on pouvait apervoir des loups il n'y a pas si longtemps ! Des loups auraient été plus logiques, mais peut-être moins classiques pour respecter le style du château...

A cette époque, je ne connaissais pas le château de Wolvendael. Son lien avec celui de Troussalet représenté dans S.O.S. Météores auquel le créateur de Blake et Mortimer a dû forcément faire allusion ne m'a pas marquée. Or, chose certaine, l'histoire des loups et des lions m'a bien été racontée dans son atelier, là où il m'expliquait ses aventures, un album ouvert devant lui sur sa table à dessin.

La ressemblance entre le château de Wolvendael et la case 3 de la page 49 de S.O.S. Météores est frappante. Il n'y a donc pas de doute possible, Troussalet est bien Wolvendael.

 

17:29 Écrit par Viviane Quittelier dans A la mémoire d'Edgar P. Jacobs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : sos meteores, wolvendael |  Facebook |

16/08/2010

Lecture de E.P.Jacobs, témoignages inédits

E. P. Jacobs, Témoignages inédits est désormais disponible en lecture numérique.

Vous trouverez les renseignements nécessaires dans la colonne de droite, rubrique "Mise en ligne numérique".

10:50 Écrit par Viviane Quittelier dans Actualité, Livres sur Edgar Jacobs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : epj temoignages inedits |  Facebook |

07/08/2010

Centaur Club

marquejaune.com n'est plus... centaurclub.com voit le jour...

Quelques explications provenant du Centaur Club :

Pourquoi ce forum ?

Messagede fred » Jeu 5 Aoû 2010 02:37

Le forum « marquejaune.com » a comblé en 2005, un manque sur internet : Un forum dédié à l'univers de Blake et Mortimer.
L'aventure est arrivée à son terme en Juillet 2010, mois pendant lequel « marquejaune » a fermé ses portes, en pleine gloire. Les membres du forum qui pendant tout ce temps avaient échangé des avis, ce sont retrouvés avec ce vide.
Les membres, les lecteurs, les passionnés de la série ont donc voulu perpétuer le forum, mais sous un autre nom tout en essayant de perenniser cet esprit.
En effet, sur internet , des blogs, des articles, certains sites qui parlent de « Blake & Mortimer » font référence au site marquejaune.com, et donc reprendre le même nom serait tromper le lecteur. Le nom de « centaurclub » est donc choisit. (Vous avez tous remarqué que c'est le nom du club de Blake et Mortimer à Piccadilly. Cf l'album « la marque jaune ».)

Il nous est malheureusement impossible de récupérer la base de donnée de l'ancien forum.
Le forum « centaurclub » repart donc de zéro... Un sacré coup d'Olrik et en absence de chronoscaphe, nous ne pouvons pas remonter à début Juillet 2010, pour essayer de sauvegarder tout.
Il y avait des dossiers, des études et des exclusivités sur « marquejaune.com », l'équipe du « centaur club » a retrouvé des archives et certaines interviews et les a remise sur « centaurclub » sous le pseudonyme de « marquejaune ».

Le forum est créé le 4 Août 2010...

"Le forum "centaurclub" est jusqu'à début Septembre en phase de lancement. L'équipe qui gère le forum est en train de remettre en ligne, ce qui a pu être récupéré du forum marquejaune.com.
Toutes inscriptions se fera par la validation de l'équipe du centaurclub pendant cette période."

Comme c'est une nouvelle aventure qui commence, nous sommes à l'écoute de vos suggestions pour améliorer « centaurclub »

« marquejaune » n'est plus...longue aventure au « centaurclub ».

L'équipe du centaur club.

22:53 Écrit par Viviane Quittelier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/07/2010

Fil de discussion

Le forum marquejaune.com n'est plus...

Grâce aux nombreuses améliorations apportées par l'équipe Skynet, il est désormais possible de participer à un débat sur ce blog : publier un commentaire et s'abonner au fil de discussion.

Seul inconvénient, j'ai dû prendre l'initiative de modérer les commentaires. A plusieurs reprises, des personnes ont tenté de publier des notes publicitaires n'ayant aucun rapport avec le sujet.

Intéressé(e) aux fils de discussions ? Le débat est lancé...

 

11:38 Écrit par Viviane Quittelier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/07/2010

Au 5ème Salon BD de Roubaix

DSC02168.JPG

 

 

Benoît Verley, un roubaisien de souche, était invité avec son exposition Jacobs, la marque du fantastique à la 5ème édition du Salon de la BD de Roubaix et des Arts graphiques.

(Photo Viviane Quittelier)

 

 

 

J'y étais aussi invitée pour présenter mon ouvrage à l'inauguration du Salon, lors d'un débat animé par Xavier Bétaucourt, et dédicacer pendant le Salon.

 

Voici un extrait de la page III (photos Ludovic Maillard) et l'article Confidences, dédicaces et autres curiosités... de Delphine Pommier paru dans Nord éclair du dimanche 25 avril 2010 :

 


Nord éclair 25-4-10.jpg"Fans des aventures de Blake et Mortimer, décidément ce salon est pour vous ! Aux côtés de Benoît Verley (lire page précédente), la petite-fille d'Edgar P. Jacobs y dédicace son livre. Un recueil d'anecdotes tourné en biographie sur le dessinateur belge. « Dans son atelier, il m'expliquait son travail et dans le salon, la cuisine ou le jardin, il me confiait ses souvenirs d'enfance, des anecdotes sur sa vie. Il voulait qu'un jour j'écrive sa vie. » Ce livre, E. P Jacobs, témoignages inédits , a été publié fin 2009, « 29 ans de confidences ! » Edgar P. Jacobs est le second mari de la grand-mère paternelle de Viviane Quittelier. Un grand-père qui a marqué son existence. Elle nous révèle que la BD n'a pas été son premier choix et que c'est presque contraint et forcé, qu'il s'est lancé dedans. « Il aimait dessiner mais pour lui, la BD était un art mineur », souligne Viviane Quittelier qui estime, elle, que son « grand-père de coeur » a porté la BD au-delà de l'art mineur. De ces confidences, on découvre aussi que toute la famille de Jacobs a été croquée dans les Blake et Mortimer, « pas dans des rôles principaux. Certains n'ont d'ailleurs jamais su qu'ils avaient été immortalisés par Edgar. Il faut dire qu'il leur avait réservé des rôles de méchants », s'amuse Viviane sans plus de commentaire. Elle aussi a été dessinée par Jacobs. Dans L'affaire du collier, son préféré : « Cc'est celui que j'ai le plus vécu. Il m'a dessinée en petite fille avec ma maman. » Un niveau de lecture qui promet un jeu de piste intéressant. Et pour ceux qui ne sont pas fans de Jacobs, rassurez-vous le salon propose pléthore d'autres auteurs - Franck Pé, Mangin, Bonnet, Domecq, Hennebaut, Baud, Pagot, Turf, Warnauts, Libessart, Cossu, Betaucourt.... Un conseil, pour la dédicace, venez tôt ! Le salon dispose aussi d'ateliers pour les jeunes, d'un stand librairie... dans une salle Watremez transformée le temps d'un week-end en temple de la BD !"

 

Notons les plus du 5ème Salon (toujours dans l'édition Nord éclair du 25 avril 2010) :


  • Le salon est multi-générationnel, entre les séances de dédicaces, les ateliers jeunesse, la bourse à la BD...
  • Les fans de Blake et Mortimer apprécieront sûrement de rencontrer la petite-fille adoptive de l'auteur, Edgar P. Jacobs qui l'a côtoyé pendant presque 30 ans.
  • Le salon fête ses 5 ans et entre dans la cour des grands rendez-vous bédéphiles de la région. Une preuve de sa qualité.

 

Une photo de la librairie du Salon (Furet du nord) et Frank Pé, le parrain du Salon, en train de dédicacer:

DSC02195.JPG


DSC02193.JPG

16:50 Écrit par Viviane Quittelier dans Festival BD | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : epj temoignages inedits, frank pé, benoît verley |  Facebook |

14/07/2010

Quelques brèves

Tout d'abord, je tiens à vous remercier pour votre fidélité. Avant les modifications de la maintenance des Skynetblogs, le compteur affichait plus de 59.000 visites depuis sa création en janvier 2008 !

Quoi de neuf sur la nouvelle plate-forme ?

Beaucoup de choses intéressantes et non des moindres : possibilité d'envoyer des Newsletters, de créer des albums photos, d'intercaler de nouvelles notes ou d'en déplacer, de mieux gérer les commentaires, etc... et surtout - ce que j'attendais avec impatience - la mise en mémoire automatique des nouvelles notes (utile lorsque que le PC s'éteint subitement comme le mien) et la possibilité de mettre à jour le blog depuis mon portable.

Ah, si j'avais pu directement publier une photo lorsque j'étais en dédicaces à St Malo, Illzach ou Angoulême ! Il n'y aurait pas eu les retards accumulés au fil des mois !

Dès à présent, ce sera possible !

Prochain rendez-vous au Festival BD de Solliès-Ville les 27-28-29 août 2010, en direct sur ce blog !

D'ici là, je tenterai de rattrapper mon retard et publier quelques albums photos...

Bonnes vacances à chacun et chacune ! Clin d'œil

11:08 Écrit par Viviane Quittelier dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/07/2010

Au Furet du Nord

Edgar P. Jacobs a participé à une séance de dédicaces au Furet du Nord, à Lille. Le 20 avril 1972, il a signé un album La Marque Jaune : "Pour Michel en toute sympathie avec le très cordial souvenir de… E. P. Jacobs".

 

Viviane au Furet du NordEn 2010, le Furet du Nord m'a invitée pour dédicacer Edgar P. Jacobs, Témoignages inédits, mais cette fois à Roubaix. C'était le 23 avril, presque 38 ans jour pour jour après mon grand-père.

 

Pendant le Salon BD de Roubaix qui a suivi, Michel m'a raconté sa rencontre avec le créateur de Blake et Mortimer. Il m'a fièrement montré son album La Marque Jaune avant de me demander de lui dédicacer mon ouvrage…

 

18:16 Écrit par Viviane Quittelier dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : epj temoignages inedits |  Facebook |

19/06/2010

Avant-propos de E.P.Jacobs, Témoignages inédits

 

E. P.Jacobs, Témoignages inédits est annoncé sur le site passiondulivre. On peut y lire un extrait, le début de l'avant-propos que voici :

 


Edgar P. Jacobs aimait se mettre dans la peau d'un personnage et prenait son rôle très au sérieux. Sa bande dessinée se devait d'être sérieuse également, tout autant que lui-même l'était. Ainsi posait-il pour les photographies officielles, devant sa bibliothèque ou sa panoplie d'armes, les lunettes à la main, pour affirmer l'aspect raisonnable et «british» de son oeuvre. Il cachait effectivement bien son jeu derrière ce masque figé, au point que certains le prenaient carrément pour un Anglais !


Homme joyeux de nature, il appréciait l'humour et savait rire. S'il travaillait énormément, il consacrait néanmoins une place importante aux moments de détente. Il prenait alors le temps de vivre, de respirer et de partager ses souvenirs. Il racontait les anecdotes de sa vie, les mimant avec plaisir tout en changeant son timbre de voix, en homme de théâtre qu'il était ! Je montais régulièrement dans son atelier pour le regarder travailler. Il m'expliquait ce qu'il était en train de faire, puis il prenait dans l'étagère placée derrière lui un de ses albums de bande dessinée pour me le commenter.


Je suis née le 7 juin 1956 à la clinique de Watermael-Boitsfort dans la banlieue de Bruxelles. Le lendemain, Edgar P. Jacobs y a conduit ma grand-mère paternelle, Jeanne Faignart. Il l'a accompagnée pour venir me voir dans la chambre de la maternité.


Jeanne Faignart avait épousé Henri August Quittelier en 1927. Elle avait eu avec lui un fils René, né en 1929, qui deviendra mon père, puis une fille Laurette. Ma grand-mère se sépara et demanda le divorce en 1952. L'année suivante, le créateur de Blake et Mortimer réalisait les premiers dessins de la Marque Jaune. Jeanne commença alors à partager sa vie en s'installant avec lui incognito dans l'agglomération bruxelloise. Elle le suivra dans le Brabant wallon et l'épousera plus tard en secondes noces.


Ma grand-mère admettait mes sorties dans les avenues calmes de Woluwe sous la garde de mes petites cousines âgées de quinze et treize ans. Par contre, lorsqu'elle apprend qu'elles m'ont emmenée à l'Expo '58, elle change de ton. Confier un bébé de deux ans à des gamines dans une manifestation aussi importante qu'une exposition universelle ! Jeanne est une femme réputée froussarde. Elle s'imagine les pires malédictions présentes dans les aventures de Blake et Mortimer. Elle craint que je ne sois victime d'un malheur ou d'un enlèvement. Au fond, elle veut se rassurer en me gardant près d'elle pendant quelques jours. Elle tente de convaincre mes parents en prétextant que l'air de la campagne est certainement plus bénéfique que celui de la ville et que j'y serais plus en sécurité. Elle me réclame et ma mère finit par accepter.

 

11:18 Écrit par Viviane Quittelier dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : epj temoignages inedits |  Facebook |

05/06/2010

Questions et réponses sur E. P. Jacobs (5)

Je suis maintenant confortablement installée dans un tout nouveau fauteuil de direction ! Quant à l'ordinateur, sa remise en état semble impossible pour certains problèmes. Je poursuivrai donc avec le matériel tel quel en attendant de me décider d'en acheter un nouveau. Chaque chose en son temps...

 

Comme promis, la suite des questions-réponses au sujet de mon ouvrage Edgar P. Jacobs, Témoignages inédits.

 

Patrick V : Il y a une chose pour laquelle tu pourrais m'aider : je ne visualise pas bien la disposition des lieux dans le Bois des Pauvres (la route de Genleau, le chemin menant à la villa, les sentiers 69 et 70). Pourrais-tu me faire un petit plan, cela m'aiderait lors de la relecture, car ton livre est si riche que je compte bien le relire.

 

Bois des Pauvres 001

VQ : Merci Patrick et à tous ceux qui se sont manifestés d'une manière ou d'une autre !

Voici quelques explications du plan ci-contre réalisé par E. P. Jacobs dans les années 1960.

 

Faignart : prairie et au fond (extrémité gauche) le Bois des Indiens.

La ligne oblique, séparant la prairie du verger, correspond à un talus au-dessus duquel je me cachais pour tirer sur les soi-disant Indiens de mon imagination.

Hachuré en vert : le bois de sapins Douglas et le bois de feuillus.

 

La route de Genleau est tracée à l'horizontale au sud (en dessous sur le plan).

Le chemin du Bois des Pauvres passe entre les propriétés Roch, Delpierre, Nyns et Goossens. 

On aperçoit le trait représentant la barrière à l'entrée de la propriété de Jacobs. 

La courbe à droite représente la séparation d'une pelouse et le bois de sapins Douglas ; le sentier n° 70 entrait dans la propriété en suivant cette courbe et se poursuivait vers l'est dans le bois ; l'ancien chemin d'accès à l'époque du docteur Galland suivait plus ou moins la courbe plus à l'est, carrément dans le bois.

Le chemin tracé à l'encre depuis la barrière est le chemin menant encore aujourd'hui à la villa.

On peut deviner le sentier n° 69 tracé au crayon depuis la barrière, longeant la propriété de Nyns et se poursuivant en partie dans la prairie.

 

12:05 Écrit par Viviane Quittelier dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : photo inedite, epj temoignages inedits |  Facebook |