01/09/2013

Blake et Mortimer expliqués

J'ai apporté quelques précisions à la publication précédente Un manuscrit d'E. P. Jacobs en vous donnant le lien vers l'article original paru dans le magazine Plume n ° 62.

10:45 Écrit par Viviane Quittelier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/08/2013

Un manuscrit d'E.P.Jacobs

J'aimerais apporter quelques précisions en réponse à l'article "Un manuscrit inédit d'Edgar P. Jacobs" paru sur le blog Blake, Jacobs et Mortimer dont les sources proviennent du magazine Plume n° 62

(Il y a déjà un certain temps certes, mais des préoccupations familiales m'ont hélas fort éloignées du PC et m'ont forcées à négliger mon blog. Que l'on me pardonne, merci ! J'ai agi pour la bonne cause, il parait que les Viviane sont bonnes, peut-être trop bonnes...) 


Plume-manuscrit-un--opera-de-papier.jpeg

 

Plume-tapuscrit-un--opera-de-papier.jpeg.jpeg

 

Il s'agit de 2 pages réellement écrites par Edgar P. Jacobs, l'une manuscrite, la deuxième tapuscrite. Je peux le confirmer de source sûre, ayant vu les deux documents du vivant de Jacobs !

E. P. Jacobs l'avait d'ailleurs expliqué à Christian Goux :

"... J'avais donc donné un sysnopsis à la troisième personne. Mais, par la suite, on m'a dit qu'il serait préférable de l'écrire à la première personne..." (propos recueilli dans le Tintin n° 320, édition française du 23 octobre 1981, repris dans La Damnation d'Edgar P. Jacobs, Benoît Mouchart, François Rivière, Seuil Archimbaud, p. 290.)

Vous trouverez encore à la p. 320 de mon livre les explications de mon grand-père de coeur sur le sujet.

On ne retrouvera donc pas le contenu de ces deux documents dans Un Opéra de Papier. Plutôt un texte entièrement remanié et qui, malheureusement, ne répond pas au style que Jacobs aurait aimé :

"E. P. Jacobs est né un 30 mars, sous le signe du Bélier..."

Un style véridique qui est désormais entré dans l'Histoire...

 

Lire l'article original paru dans le magazine Plume n° 62

12:10 Écrit par Viviane Quittelier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/05/2013

René Nouailhat au Festival BD de Nice

 

René Nouailhat participera aux Tables Rondes du Festival de Nice le vendredi 31 mai 2013 à 19 h. Ce sera une occasion de rencontrer l'auteur de Jacobs, la marque du fantastique (Moquisto 2004) et de diverses études autour des aventures de Blake et Mortimer. René Nouaillat avait également entretenu une correspondance avec Edgar P. Jacobs.

Intervenants aux Tables Rondes

René Nouilhat

René Nouailhat

René Nouailhat est docteur ès lettres,
historien et pédagogue. Il est professeur
à l’Institut de formation pour l’étude et
l’enseignement des religions à Dijon.
Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont: 
La genèse du christianisme, de Jérusalem
à Chalcédoine
 (Cerf-CRDP 1976), Enseigner
le fait religieux, un défi pour la laïcité 
(Nathan 2003).
Sur le domaine de la Bande dessinée,
il est l’auteur de Jacobs, la marque du fantastique (Mosquito 2004).
Il animera la table ronde :
« BD et Monde Chrétien entre complicité et prise de distance » 
 le vendredi 31 mai à 19h. 

Lien sur le festival de Nice 2013 : http://bdchretienne.wordpress.com/a-propos/

Les intervenants présents :http://bdchretienne.wordpress.com/intervenants/

Les auteurs présents : http://bdchretienne.wordpress.com/les-auteurs/

 

11:21 Écrit par Viviane Quittelier dans A la mémoire d'Edgar P. Jacobs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rene nouailhat |  Facebook |

18/04/2013

La Marque Jacobs

Les cisconstances ont fait que j'ai reçu avec beaucoup de retard l'album La Marque Jacobs de Rodolphe et Louis Alloing qui m'était destiné. Je ne vais pas énumérer toutes les raisons des reports à chaque fois remis pour revoir l'ami chargé de me remettre l'album en question. Pensez bien que les conditions climatiques ont eu une grande part de responsabilités.

Une conductrice fut bien surprise, au coin de ma rue, de rater son virage sur la neige fraîche un dimanche matin et d'entrer tout droit dans un arbre, le coupant net sous le choc. Il valait mieux laisser sa voiture dans le garage, ce que je fis tant qu'il n'y avait pas réellement une urgence.

On se serait cru en plein coeur de S.O.S Météores : des témpératures extrêmes, l'air pollué même à la campagne où j'habite. Mon étang a exigé un nettoyage urgent, tant les pluies acides ont développé des algues vertes qui étouffent les malheureux poissons ayant échappé au héron affamé. Ce dernier n'avait qu'à marcher sur la glace (j'ai vu ses empreintes) et plonger son long bec dans le petit trou formé par les bulles d'air. Il reste 14 poissons adultes et une douzaine de petits. Une grenouille a pondu, les tritons sont revenus et les escargots d'eau douce ont repris leurs activités de printemps... 

Aussitôt reçu "La Marque Jacobs", aussitôt lu... d'une traite. J'ai beaucoup apprécié. Le scénario est bien construit. J'ai admiré les dessins, les décors tout particulièrement. J'ai été émue et dû essuyer quelques larmes en découvrant la page 90. J'avais bien vu les deux planches qui me concernent exposées au CBBD. Malgré cela je fus touchée de me revoir à côté de Pompon dans son atelier ou jouant avec lui dans la propriété du Bois des Pauvres. 
 

 

DSC_0708 Viviane.jpg


Certaines petites choses m'ont étonnées dans l'album. Par exemple la rencontre avec ma grand-mère Jeanne. J'ai été surprise de voir le modèle de la voiture de mon père en haut de la page 81. Peu importe, le scénario prime à cet endroit. Pour les puristes, mon père possédait une VW Coccinelle dont la couleur d'un vert voyant (seegreen) avait fait hurler Edgar lorsqu'il avait vu le véhicule pour la première fois. C'était une voiture d'occasion, à l'époque le choix était limité... 
J'ai relevé quelques erreurs de disposition des pièces, des meubles et objets dans la villa, sans importance pour le lecteur.

Dans l'ensemble, c'est un travail réussi tant au niveau du scénario que pour les dessins et les couleurs. Je félicite les auteurs !

Un livre qui se lit avec plaisir, qui se regarde aussi et que je recommanderais sans hésiter...

27/02/2013

Edgar P. Jacobs à Lasne

Vous êtes nombreux à consulter ce blog... espérant sans doute y découvrir une nouvelle mise à jour qui n'arrive pas...

Mea culpa ! Les jours se suivent, les tâches ne manquent pas, le temps passe trop vite, m'obligeant bien souvent à reporter au lendemain, puis au surlendemain...

En attendant de nouvelles informations, voici une photo inédite d'Edgar P. Jacobs devant l'entrée de sa propriété "Le Bois des Pauvres". 

004.jpg

16:39 Écrit par Viviane Quittelier dans A la mémoire d'Edgar P. Jacobs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : photo inedite |  Facebook |

01/01/2013

Meilleurs voeux 2013

Je vous souhaite une très heureuse année 2013 pleine de bonheur, de joies et tout ce qu'il faut pour ravir votre appétit jacobsien. Meilleurs voeux !

DSC_0022.jpg

 

21:19 Écrit par Viviane Quittelier dans A la mémoire d'Edgar P. Jacobs, Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/11/2012

La vie dessinée d'Edgar P. Jacobs

Il paraît qu'un article a été publié dernièrement dans le journal Métro de Bruxelles pour annoncer la publication de la BD La Marque Jacobs de Rodolphe et Louis Alloing et que mon nom y aurait été cité.

DSC_0708 Viviane.jpg

Je n'ai pas trouvé la trace de cet article sur Internet. Je remercie déjà le lecteur qui posséderait une copie et pourrait me la faire parvenir.

 

A propos de la BD La Marque Jacobs, voici le commentaire d'un de mes amis publié sur mon profil Facebook :

 très ému par cette bio bd ...

 

En savoir plus sur la publication de la BD La Marque Jacobs et son feu vert de la justice française :

Lire l'article de Daniel Couvreur paru dans le journal Le Soir du 7 novembre 2012.

08/11/2012

La Marque Jacobs

Inauguration de l'expo La Marque Jacobs au CBBD à Bruxelles.

Rodolphe et Louis Alloing devant l'affiche annonçant l'expo et la couverture de leur nouvelle BD :

DSC_0711.jpg

Louis Alloing me montre dessinée à côté de mon grand-père sur le panneau introductif de l'expo :

DSC_0706.jpg

Je suis en effet reprise dans l'album, exactement comme j'étais à l'époque et dans le même contexte :

 

DSC_0708 Viviane.jpg

Une BD que je vous invite à découvrir...


Interviews de Rodolphe et Louis Alloing

 


26/10/2012

In memoriam René

Il y a un an mon père René disparaissait.

Ce montage a été réalisé en sa mémoire :

 

René In memoriam 001.jpg

 

Cases de SOS Météores, Le Piège Diabolique et L'Affaire du Collier

11/10/2012

Les Quittelier

Après un article me concernant dans la rubrique "Un auteur de génie" (lien sur ce blog), la collection Hachette "Voitures & véhicules fantastiques, Blake et Mortimer", poursuit ses écrits sur les proches d'Edgar.

La rubrique "Les amis d'Edgar P. Jacobs" du fascicule 38 présente un article sur plusieurs membres de la famille Faignart-Quittelier qui ont occupé une place particulière dans la vie du créateur de Blake et Mortimer.

Il y est question du peintre Henri Quittelier et de François Faignart (mes deux arrières-grands-pères du côté paternel), mes grand-parents paternels (Jeanne Faignart et Henri Quittelier) et encore mes parents (Georgette et René Quittelier). Brieg Haslé, l'auteur de l'article, conclut en ces termes : "Nulle surprise que plusieurs membres de la famille Quittelier aient été croqués par le maître, devenant les modèles de nombreux personnages nés de sa main" (de la main d'Edgar P. Jacobs).  

Trois photos provenant de ma collection illustrent l'article. Les deux photos publiées en noir et blanc p. 243 et 268 dans mon ouvrage "E. P. Jacobs, Témoignages" sont reproduites dans le fascicule 38, la seconde en couleur et une troisième photo couleur inédite.

Voici la photo de la page 268 en couleur :

 

photo inedite


En savoir plus sur le fascicule n° 38

22/09/2012

Lasne au-delà des clichés

Jean-Jo Evrard m'avait contactée pour obtenir des renseignements sur Edgar P. Jacobs. Il préparait avec sa femme Dorothy un livre retraçant la vie à Lasne de plusieurs personnalités issues du patrimoine national. Le couple d'avocats honoraires au barreau de Bruxelles aimant la randonnée sont tombés amoureux des environs de Lasne et se sont installés à Ohain. Après avoir publié un premier livret de randonnées - Le Tour de Lasne à pied - en mai dernier, ils ont mené des recherches pour découvrir qui étaient les gens qu'ils avaient cités au passage. Ils ont rassemblé les documents et photos les concernant pour les publier dans un livre autre qu'un livret de randonnées. 

Lasne, au-delà des clichés de Dorothy Schuermans et Jean-Jo Evrard vient de sortir en librairie. Cet ouvrage nous fait découvrir une vingtaine d'artistes, écrivains et personnalités historiques qui sont soit nés à Lasne ou y ont passé leur enfance, y ont trouvé refuge pendant la guerre ou encore ont fait le choix délibéré d'y vivre, loin du bruit et des mondanités de la ville. 

Les auteurs sont classés par ordre alphabétique. Victor Hugo et Edgar P. Jacobs se suivent directement. Il n'y a qu'un pas, ou une page à tourner, pour passer du chemin creux d'Ohain, une photo couleur magnifique du chemin menant à la butte du Lion, à la villa du créateur de Blake et Mortimer, également une grande reproduction en couleur. On trouve aussi une photo inédite d'Edgar à l'entrée de sa propriété et d'autres illustrations liées à l'artiste

Victor Hugo a séjourné à Waterloo pour achever la rédaction de son roman Les Misérables. Il a naturellement parcouru les villages avoisinants et laissé des traces écrites sur ses allées et venues. J'avais repris, page 67 dans E. P Jacobs, Témoignages inédits, comment le grand écrivain avait trouvé le paysage d'Ohain "onduleux, varié, lumineux*".

Lasne, au-delà des clichés ne se limite pas à ces deux célébrités. Il met à l'honneur 27 personnalités qui ont été séduites par les vallées de la Lasne et du Smohain. Le texte, bien écrit et d'une grande clarté, nous emmène dans la région au travers des artistes et auteurs représentés. Un accent a été mis sur leur séjour dans la commune et l'influence de celle-ci sur leur parcours professionnel. Au fil des pages, on découvre de belles reproductions de photos de Lasne et des alentours, des demeures, des monuments, des statues, des oeuvres anciennes et contemporaines ainsi que des photos d'époque en noir et blanc. On peut relever un tas de renseignements intéressants et insoupçonnés. La région de Lasne est beaucoup plus riche qu'on ne le pense en dehors du champ de bataille de Waterloo.

Un album à feuilleter, un livre à lire et à relire au gré de ses envies ou encore un complément pour les fans de Jacobs...  

 

7.jpg

Lien vers le site des auteurs

Lien de l'article Lasne, au-delà des clichés paru dans La Libre et DH le 22 août 2012.


* Quelques adjectifs de Victor Hugo cités dans le livre Les rues de Lasne de Louis Evrard (p. 198). 

17/08/2012

Cosey et l'esprit montagne

Je suis abonnée à la revue Alpes magazineJ'aime beaucoup la montagne que ce soit en été pour les randonnées ou l'hiver pour le ski.

064040136001.jpg

Dans le numéro 136 d'août-septembre 2012 un article est consacré à Cosey et tout particulièrement à son chef-d'oeuvre A la recherche de Peter Pan.

J'ai particulièrement apprécié cette histoire restituant l'atmosphère magique et envoûtante du Valais d'autrefois. Je suis allée en classes de neige aux Marécottes dans le Valais. On nous appelait "les poussins". Ci-dessous, mes copines de classe et notre monitrice de ski aux Marécottes en janvier 1967. Ne me cherchez pas, c'est moi qui ai pris la photo avec le Kodak offert par Pompon (Edgar P. Jacobs) pour mes dix ans !

Les Marécottes janvier 1967 004.jpg

Bernard Cosey allait régulièrement skier dans cette station de la vallée du Trient. Nous nous y sommes peut-être croisés sans le savoir. Cosey sera invité au prochain festival de Solliès-Ville les 24, 25 et 26 août. J'y serai également pour tenir les orgues historiques de l'église St-Michel, rencontrer ou revoir des fans de Jacobs et aussi dédicacer. 

Quant à l'article Cosey Dessiner les montagnes dans ce n° 136 d'Alpes magazine, je le conseille vivement aux admirateurs de Cosey et la revue à tous ceux qui, comme moi, rêvent de magnifiques paysages montagnards... 

A tous les "Poussins" de Woluwe-St-Lambert (nous sommes très nombreux), voici un lien vers une visite du village des Marécottes et de la Creusaz, ainsi que pas mal de commentaires.

Encore un article rédigé par un poussin pour Le Figaro.

19:44 Écrit par Viviane Quittelier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/07/2012

Haddock: Hergé et Jacobs

Edgar P. Jacobs se retrouve dans le capitaine Haddock d'après les dires d'Hergé, mais il n'est pas le seul à y avoir apporté une part de lui-même. Le père de Tintin et Milou nous éclaire sur ses propres influences dans ses personnages principaux. Voici ce qu'il a répondu en 1971 à un journaliste lors d'une interview filmée:

"... et quant au capitaine Haddock, eh bien, lui se met parfois en colère, ce qui m'arrive aussi... et il aime bien un bon verre de Whisky, ce que j'aime bien aussi... Donc il y a une part de tous mes personnages dans moi-même..." 

Ce qui explique qu'Edgar P. Jacobs ne se retrouvait pas vraiment dans le capitaine Haddock, à part quelques postures

images.jpg

et expressions caractéristiques: animal, bande de..., bandit, blague, bougre de..., brigand, brute, canaille, chauffard, énergumène, espèce de..., gaillard, zouave,... Il buvait aussi un bon verre de Whisky pour accompagner ses invités, avec modération.

Lien vers la vidéo complète (durée 14 minutes)

19:23 Écrit par Viviane Quittelier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/07/2012

Des démons aux jurons de Haddock

Le salon littéraire La Plume Vagabonde - auquel j'ai été invitée à présenter mon ouvrage - recevait Luc Beyer de Ryke pour son dernier livre La Belgique et ses démons paru aux éditions Mols. Il est vrai qu'en ces temps où des courants sous-jacents menacent la continuité de notre Royaume, je souhaitais rencontrer le célèbre journaliste et politicien belge. Sa carrière de présentateur du journal télévisé belge fut particulièrement longue, comme celle de Patrick Poivre d'Arvor à la télévision française.

LB1 10-5-2012.jpg

Luc Beyer de Ryke est bien connu dans le monde de Hergé. Lorsque Georges Rémi s'était rendu en Chine en 1973 dans l'espoir d'y retrouver Tchang, il était accompagné du journaliste et futur député européen Luc Beyer ! 

Bien informée de ses contacts étroits avec Hergé, Véronique Flabat-Piot, la présidente-fondatrice du salon La Plume Vagabonde, a tenu à me présenter à l'issue de la soirée à l'auteur invité:

LB2 10-5-2012.jpg

Photo Roland Flabat

 

Au moment où cette photo a été prise, Luc Beyer me parlait d'Edgar P. Jacobs qui, d'après les dires de Hergé, aurait inspiré le capitaine Haddock. Je lui ai répondu que, si c'était vrai puique Hergé l'avait également confié à son collaborateur, Edgar Jacobs prétendait ne pas réellement se reconnaître dans le personnage, à part quelques postures caractéristiques. C'était principalement l'abus d'alcool du capitaine Haddock qui l'embêtait. Jacobs ne buvait qu'en des circonstances bien particulières et s'est toujours limité dans la quantité. Il tenait à garder l'esprit le plus clair possible.  

Le capitaine est aussi réputé pour ses jurons et là l'influence de Jacobs a trouvé sa source. Je me suis rendue sur le site Wikipédia y relever le vocabulaire du capitaine Haddock. Voici quelques termes ou expressions que j'ai pu moi-même entendre de la bouche du créateur de Blake et Mortimer:

animal, bande de..., bandit, blague, bougre de..., brigand, brute, canaille, chauffard, énergumène, espèce de..., gaillard, zouave,...

Mais on est bien loin de l'imagination de Hergé qui a certainement donné plus d'ampleur au personnage qu'à son modèle. Jacobs aimait se défouler en lançant des termes forts lorsqu'une occasion se présentait et Hergé l'a certainement remarqué. Il lâchait ses mots en restant très sérieux. Cela me faisait sourire, non pas que je n'étais pas d'accord avec ses pensées, mais le côté burlesque et inattendu de ses réactions était un gag réussi.

Dans son ouvrage La Belgique et ses démonsLuc Beyer trace les débuts de l'histoire de la Belgique. La propension à se référer à César pour célébrer la Gaule résistante, puis pacifiée et civilisée se retrouve jusque dans la bande dessinée, peut-on lire à la page 15 de son dernier livre. Luc Beyer fait allusion à Alix créé par Jacques Martin. Il brosse un court portrait du dessinateur né à Strasbourg : "...naturalisé belge, c'est au Journal de Tintin dans l'entourage d'Hergé, d'Edgar P. Jacobs*, de Bob de Moor et d'autres artistes belges qu'il (Martin) réalisa l'essentiel de son oeuvre". 

BEYERdeRYKE-C-avecbandeau-BAT-web.jpg

Luc Beyer de Ryke fut à deux reprises parlementaire européen. Francophone de Flandre, il fut élu au conseil provincial et municipal de la ville de Gand, à l'époque où l'on comptait encore des représentants francophones au sein de la cité gantoise. Aujourd'hui, il n'y en a plus guère. Les temps ont bien changé ! Quand on pense que mon arrière-grand-père François Faignart, père de Jeanne qui devint l'épouse d'Edgar P. Jacobs, s'était marié à Gand. Son livret de mariage avait été rédigé en français !


* mis en évidence en caractères gras par moi.

12/06/2012

Timbre Blake et Mortimer

De nouveaux timbres BD seront émis en Belgique le 17 septembre 2012, dont un reprenant les personnages de Blake et Mortimer. Il s'agit de la 10e et dernière émission This is Belgium de l'année, Belgique, pays de la BD :

 

Timbres BD B&M septembre 2012 001.jpg

18:16 Écrit par Viviane Quittelier | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

08/06/2012

Anniversaire et Champagne

Un anniversaire, ça se fête !

DSC_0436 (2).jpg


Thierry, fan de philatélie et de BD, avait fêté ses 50 ans. Habitant en Champagne et vigneron, il a tenu à partager sa fête en offrant à ses amis une bouteille de Champagne gravée or et personnalisée. Chaque bouteille porte à l'arrière le nom du destinataire :

 

DSC_0472.jpg


La venue d'amis canadiens en Europe fêter leur noces d'émeraude, de cousins français et l'approche de mon anniversaire était l'occasion de déboucher la magnifique bouteille gravée à mon nom. Mais avant de déguster le breuvage divin, la bouteille fut photographiée sous tous les angles :

DSC_0429.JPG

 

DSC_0431.JPG

 

A votre santé !

19:54 Écrit par Viviane Quittelier dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tintin, champagne |  Facebook |

01/06/2012

Au Festival BD d'Anzin-Saint-Aubin

Vous aurez l'occasion de me rencontrer au Festival BD d'Anzin-Saint-Aubin.

J'y serai le dimanche 10 juin 2012 dans la salle les Viviers, située chemin des Filatiers 62223 Anzin-Saint-Aubin.

VQ en dédicace.jpg


Lien du Festival : www.bdanzin.fr 

18:59 Écrit par Viviane Quittelier dans Actualité, Festival BD | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/05/2012

Sur le champ de bataille de Waterloo

Passionné d'histoire, le jeune Edgar P. Jacobs s'amusait à reproduire les grandes batailles avec des petits soldats de plomb. Il était plein d'admiration devant les exploits de Napoléon et avait réalisé un dessin à la plume de l'Empereur vers l'âge de quinze ans:

 

L'Empereur Napoléon 001.jpg

Déjà à cinq ou six ans, le tout jeune gamin avait visité les principaux sites du champ de bataille de Waterloo avec ses parents. Combien de fois il y est retourné par la suite, en empruntant le chemin de fer vicinal qui passait tout près de la butte du Lion, mais aussi au volant de sa voiture. Sa villa du Bois des Pauvres était située non loin de la célèbre butte. A la venue du comte de Flandre qui s'était perdu en chemin sur le champ de bataille, Edgar P. Jacobs est parti à sa rescousse. Il l'a retrouvé à l'auberge des Trois canards et avait comparé sa rencontre à celle historique de Wellington et de Blücher... 

 

Une photo officielle d'une reconstitution historique mise en exergue à proximité du musée:

 

P1070093.jpg

 

J'ai participé cette semaine à une promenade instructive sur le circuit du champ de bataille de Waterloo avec une bande de copains marcheurs. Une occasion de profiter de la nature qui reverdit en ce mois de mai, malgré des températures plutôt basses pour la saison, comme on peut le constater aux tenues vestimentaires. On me voit au fond à droite, à moitié cachée:
 

P1070103.jpg


Nous venons à peine d'entamer le circuit pour revivre les hauts faits de la bataille de Waterloo. Ci-dessus, n
ous nous trouvons pratiquement à l'emplacement de l'arrêt du tram vicinal d'autrefois. 


P1070115.jpg


Notre guide du jour, Jacques, avait potassé sa matière depuis plusieurs semaines. Les grandes batailles sont aussi son dada. Il aborde ici les armes utilisées et nous montre leurs dimensions
Nous apprenons le rôle de l'artillerie lourde et légère, les tactiques, les erreurs... et aussi l'existence des femmes qui accompagnaient les troupes, à savoir les vivandières et même des prostituées intégrées dans un système régenté et très strict. 

Noisette nous accompagne et écoute attentivement les explications du guide: 

 

P1050755.JPG


Une dalle commémorative aux unités du 6e régiment d'artillerie à pied du colonel Hulot qui, le 18 juin 1815, ont appuyé de leurs feux efficaces les attaques du 1er corps d'armée français: 

 

P1070110.jpg

 

Le mémorial dédié aux derniers combattants de la Grande Armée:

 

P1070123.jpg



La fin du circuit et le retour vers la célèbre butte du Lion:

 

P1070158.jpg


 Le sommet de la butte et son Lion symbolisant la victoire, la gueule ouverte tournée vers la France vaincue, la patte sur un boulet de canon représentant la paix que l'Europe a conquise à l'issue de la bataille: 

 

P1070161.jpg


Puis, nous passons à table pour fêter l'anniversaire de l'une des nôtres. C'est la tradition au sein de notre groupe. C'est aussi une partie de plaisir, les blagues vont bon train...

 

_DSC0033.jpg


... et furent entrecoupées de nouvelles représentations guerrières:

 

_DSC0071.jpg


Merci à Jacques pour son travail de recherches et de partage,
Merci à Brigitte et Jean-Louis pour leur reportage photos. 


On vient de commencer les travaux de réhabilitation de la butte du Lion en vue du bicentenaire qui aura lieu en juin 2015. 

Le but est de redonner aux visiteurs le décor de la morne plaine décrite par Victor Hugo.

Lors de notre visite, des bûcherons abattaient des arbres qui cachaient la vue du Lion depuis le parking face à la taverne-restaurant Au bivouac de l'Empereur.  

Quelques chiffres:

- 18 juin 1815

- la butte fut achevée en 1826

- 126 villes portent le nom de Waterloo à travers le monde dont une en Antarctique

- 18 juin 2015, deux cents ans après la bataille
 

Voir la vidéo du futur mémorial souterrain:

 

 
Le futur Memorial du Lion de Waterloo - Ma-Tvideo France3
Découvrez la visite virtuelle du futur mémorial souterrain de 6.000 m2; dont le chantier a débuté ce mercredi 9 mai 2011
Mots-clés : lion waterloo furlan



17:15 Écrit par Viviane Quittelier | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : waterloo, butte du lion, napoléon |  Facebook |

03/05/2012

La gare de Crefeld Nord

Nous avons repéré l'endroit du camp où Edgar P. Jacobs a fait son service militaire en 1924-1925. L'entrée devait se trouver sur la Hückelsmaystrasse, à l'extrémité sud-ouest du territoire de Krefeld. On peut observer un net recul du champ sur Google Earth le long de la Hückelsmaystrasse. La limite du champ, strictement parallèle à la chaussée de chaque côté de ce recul, devient courbe entre deux arbres. Elle contourne une zone apparemment impossible à labourer à cause des fondations encore existantes dans le sol. 

Mon grand-père m'a raconté qu'il devait marcher un peu moins de six kilomètres entre la gare de Crefeld et le camp. Lorsque j'ai programmé la Hückelsmaystrasse depuis l'ancienne gare de Crefeld-Nord, mon GSP indiquait bien cette distance entre les deux croix tracées sur la carte, en passant par la Forstwaldstrasse:

Crefeld gare & camp Termonde 001.jpg


Voici quelques vues de la gare de Crefeld-Nord, aujourd'hui musée et curiosité touristique:

 

DSC_0303.JPG



DSC_0304.JPG

 

 

DSC_0305.JPG


La gare, le quai, une locomotive et le personnel en 1900:

 

DSC_0291 (2).jpg


Le chef de gare entré en fonction le 1er octobre 1924, quand Edgar se trouvait à Crefeld:

 

DSC_0289.JPG


Ces deux documents d'époque sont exposés dans la Nordbanhof, 
ancienne gare de Crefeld-Nord:

 

DSC_0301.JPG


dont voici le buffet prêt à accueillir les prochains clients:

 

DSC_0294.JPG


et 
l'ancien guichet de billets au centre de la photo:

 

DSC_0296.JPG


Il y eut quelques affrontements au début de l'occupation, notamment en janvier 1923
, devant la carence de l'Allemagne dans le paiement des réparations en espèces et en charbon. La France et la Belgique ont dès lors procédé au contrôle du Bassin Industriel de la Rhur. L'Allemagne y opposa une résistance passive officielle, doublée d'une résistance active par des bandes d'agitateurs. La réplique énergique entraîna la réquisition des gares, l'exploitation des réseaux par des cheminots français et belges, la saisie des marks et des stocks, et bien d'autres mainmises. Les troupes y furent associées et des attentats se produisirent en 1923. Une vingtaine de soldats belges et français furent tués et une soixantaine blessés, côté allemand 300 tués et 2000 blessés.

Le gouvernement allemand mis fin à la résistance passive le 20 septembre 1923, quelques mois avant l'arrivée d'Edgar P. Jacobs à Crefeld. Le dernier détachement belge a quitté la Rhur le 20 juillet 1925, seulement quelques semaines après le retour d'Edgar en Belgique.

Pour conclure, voici un écrit d'un critique militaire anglais réputé, le colonel Repington: 

"Les troupes belges sont pour la plupart jeunes... excellemment entraînées et bien dressées. Elles font honneur à leur pays*."

Edgar P. Jacobs en faisait partie. 

*Extrait de Histoire de la Belgique contemporaine, 1914-1970, La renaissance du livre, p. 354.


N.B. Ce livre, imprimé en Belgique, n'aborde pas les écrits vantant les troupes françaises pendant l'occupation en Allemagne, ni l'honneur qu'elles ont certainement rendu à leur pays, au même titre que les troupes belges. 



22:18 Écrit par Viviane Quittelier | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

24/04/2012

Camp de Termonde à Crefeld

J'ai passé une semaine en Allemagne pour décourvrir la région de la Rhur qui fut occupée autrefois par des militaires belges et français après la guerre de 1914-1918.

Edgar P. Jacobs nous a raconté dans "Un Opéra de Papier" ses douze mois de service militaire passés en 1924-1925 à Crefeld, en Allemagne, dans le camp de Termonde. 

Il ne s'était pas trompé pour orthographier le nom de la localité avec un C.
Crefeld n'est devenue Krefeld qu'en 1929, après le retrait des troupes. 

Voici une vue aérienne du camp de Termonde sur le territoire de Crefeld:

Camp Termonde.jpg

 

Et une autre photo montrant l'entrée du camp, fort semblable à celle publiée par Edgar P. Jacobs dans "Un Opéra de Papier" p. 45:
 

Camp Termonde entrée.jpg

 

De passage à Krefeld, je me suis renseignée pour savoir où se trouvait cet ancien camp militaire belge. J'ai appris qu'il avait été laissé à l'abandon, tombé en ruine. Je me suis rendue sur le lieu qu'on m'avait indiqué, en espérant avoir été correctement informée :
 

DSC_0315.JPG

On pouvait apercevoir un bois à l'arrière du camp sur la photo précédente. Est-ce le même bois, ou bien la végétation a-t-elle recouvert les vestiges de l'occupation belge à cet endroit ? 

 

Crefeld ancien camp Termonde 001 (2).jpg


Plan sur Google
 
 

La première zone boisée est fort clairsemée, lorsqu'on l'observe sur Google EarthLe bois de haute futaie borde un étang. Or, un étang se trouvait effectivement à l'arrière du camp, d'après les dires de mon grand-père. Le bois de haute futée serait celui qui existait à l'époque. Et si mes souvenirs sont exacts, les barraquements étaient construits en bois. Il ne reste donc plus que des champs cultivés à l'avant-plan et la nature a repris le dessus sur la partie arrière du camp... 

 

DSC_0312.JPG

21:43 Écrit par Viviane Quittelier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/04/2012

Idéfix

Marc Jaune, fan assidu de ce blog et correspondant régulier, m'a demandé dernièrement si j'appréciais Astérix et Obélix :

- J'étais abonnée au journal Tintin, pas au journal Pilote dans lequel paraissaient les histoires d'Astérix et Obélix. Lorsque le 1er album est sorti chez Dargaud en 1974, j'avais 18 ans et, si je connaissais leur existence, je n'avais lu aucune de ces aventures jusque là. J'étais alors pour Astérix et Obélix au même point que Jacobs pour Tintin et Milou pendant la seconde guerre mondiale... 

Et curieusement, c'est... Edgar P. Jacobs qui m'a invitée quelques années plus tard à découvrir les histoires d'Astérix et Obélix ! Il était fasciné par le druide Panoramix, constamment en toge blanche, et sa potion magique. Il aimait tout particulièrement le chien Idéfix, d'abord son nom qu'il trouvait marrant, mais aussi son côté écologique. Je me souviens que mon grand-père (de coeur) m'avait expliqué que ce chien mignon s'oppose à ce qu'on abbatte un arbre. Cet aspect rejoignait son idéologie : abattre un arbre malade, d'accord, mais pas un arbre en bonne santé !

images.jpg

A la suite de cette conversation, j'ai lu quelques albums pris au hasard. Mon choix fut mal récompensé, pas d'Idéfix dans la sélection et je n'ai pas poursuivi mes recherches. A cette époque, je me destinais vers la profession musicale. Je gardais en mémoire les bonnes séries humoristiques du journal Tintin : Boule et Bill, Modeste et Pompon, Gaston Lagaffe, Taka Takata, Max l'explorateur, Clifton... mais aussi la fameuse marmite à la potion magique...

13:23 Écrit par Viviane Quittelier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

31/03/2012

Dans un auteur de génie

La remarquable collection Hachette "Voitures et véhicules fantastiques Blake et Mortimer" se poursuit au fil des quinzaines. 

Le numéro 32 me présente dans la rubrique "Un auteur de génie".

A la page 10, on y découvre comment je suis devenue la petite-fille adoptive du célèbre dessinateur, quelques souvenirs d'enfance, des sources et documents ayant servi de base à mon ouvrage biographique. 

La page suivante reprend quelques propos recueillis par Brieg F. Haslé, dont une présentation de ma grand-mère Jeanne, compagne puis épouse d'Edgar P. Jacobs, et de son fils, mon père René Quittelier... 

A découvrir... 

Pour fêter l'événement et vous remercier de votre fidélité, voici une photo inédite de la villa d'Edgar P. Jacobs:

9-4-2009_007.JPG

Jeanne et Viviane au Bois des Pauvres

Photo inédite (c) Viviane Quittelier

 

En savoir plus sur le numéro 32 de la collection Hachette 

12:42 Écrit par Viviane Quittelier | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : photo inedite |  Facebook |

16/03/2012

Interview / Vidéo

J'ai été interviewée au Festival BD de Pont-à-Celles le 19 novembre 2011.

Cette interview m'a rappelé des souvenirs : Edgar P. Jacobs m'avait dit avoir été frappé par les questions hautement intelligentes que de très jeunes parisiens lui avaient posées lors d'un voyage à Paris. Jamais il n'avait cru que des jeunes de moins de quinze ans pouvaient s'intéresser à son oeuvre et encore moins en connaître à fond les détails.

Je félicite la journaliste en herbe qui m'a posé les questions. Sa préparation ne convenait pas du tout à mon cas particulier, n'étant pas directement auteur d'une bande dessinée, mais la petite-fille d'un grand maître. La questionneuse, très jeune, fut surprise de m'entendre dire, lors de la séance d'essai, que j'avais fait mes études au Conservatoire de Musique, rien à voir avec la BD ! Elle n'avait jamais entendu parler d'Edgar P. Jacobs, ni de Blake et Mortimer...

Je vous invite à découvrir cette vidéo :


 

Si la vidéo n'est pas visible, vous pouvez cliquer sur le lien de mon nom ci-dessous :

Viviane Quittelier par lepiranese

11:52 Écrit par Viviane Quittelier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/01/2012

Datation de la Marque Jaune

La recherche de datation de La Marque Jaune a suscité bien des réactions et des hypothèses, des contradictions et incompatibilités de dates apparaissant dans chacune des suppositions, à savoir celle de Benoît Verley et Eric Saussine, Yves Sente et enfin Ted Benoit.

J'ai d'abord parcouru dans les très grandes lignes la longue démonstration de Benoît Verley/Eric Saussine puis la réponse d'Yves Sente. Non pas qu'elles ne m'intéressent pas - loin de là -, mais dans le seul but de ne pas subir une quelconque influence avant de me lancer dans une analyse développée ci-après. Puis, il y a eu l'avis de Ted Benoit.

Avant de relire les trois versions dans les moindres détails et de tenter de donner raison à telle supposition plutôt qu'à une autre, j'aimerais d'abord exposer ce que Edgar P. Jacobs m'a expliqué:

Il faut se rappeler, qu'avant La Marque Jaune, Jacobs s'était lancé dans deux très longs récits. Il n'était pas question d'entrer dans un quelconque format en dehors des parutions hebdomadaires du journal Tintin, ni d'envisager une lecture d'un seul trait. L'Enigme de l'Atlantide et les histoires suivantes auront exactement 64 pages. La Marque Jaune en a 68 et a dû être écourtée. Jacobs a écrit dans son Opéra de Papier que les dernières planches furent terminées en catastrophe ! Il a été contraint de réduire le nombre de pages et de remanier le découpage établi antérieurement sous les conseils de son ami Jacques Van Melkebeke. C'est à peu près alors qu'un certain format a été imposé par l'éditeur en vue d'imprimer l'histoire en un ou deux albums.

D'autre part, les parutions dans le journal Tintin se succédaient de semaine en semaine, à raison d'une planche pour Jacobs. Et Jacobs n'a pas toujours respecté ce délai, ayant de bonnes raisons expliquées dans mon livre E.P.Jacobs Témoignages inédits, édition Mosquito. En ce qui concerne La Marque Jaune, le décès de la mère de Jacobs a occasionné une interruption de l'histoire pendant une semaine dans le journal Tintin.

Jacobs orientait aussi sensiblement son scénario au fil de son travail et des planches. Il aimait insérer certains faits de sa vie privée, professionnelle ou en rapport avec le vécu des modèles de ses personnages.

Nous savons encore qu'en 1954-1955, immédiatement après l'élaboration de La Marque Jaune, Jacobs a remanié la page 49 du Mystère de la Grande Pyramide pour un problème de datation en vue de la parution de l'album. Il tenait à déplacer un article paru dans la presse en l'intercalant quelques pages plus loin, afin de laisser plus de temps à la police de mener son enquête. Ce changement a donc été réalisé dans le but d'une lecture continue, et non plus découpée au fil des semaines. Jacobs avait donc corrigé une erreur de logique évidente.

Jacobs a ainsi conclu son Opéra de Papier page 187 :

"...j'éprouve... l'étrange sentiment que tout ce que j'ai fait jusqu'ici, tant sur le plan du métier que sur le plan de la vie affective, n'est qu'un simple synopsis, une sorte d'avant-projet, que je devrais pouvoir remanier, corriger...

... Il faut donc se contenter d'un simple brouillon..."

Tout ceci pour en arriver au fait que Jacobs, qui travaillait à la semaine, se trouvait décalé par rapport au temps réel. Il vivait à la semaine, avec une durée d'une semaine entre une planche et la suivante. Ce qui explique le peu de temps qu'il avait laissé à la police dans Le Mystère de la Grande Pyramide (voir plus haut) dont les faits, dans le temps réel de la lecture dans le journal Tintin, se sont passés pendant plusieurs semaines.

Jacobs se référait aux dates du moment présent. Ce fut le cas pour représenter l'Ascension dans L'Enigme de l'Atlantide : parution le mercredi 28 mai 1952 dans le journal Tintin belge, à la veille de la fête religieuse (cf. mon livre E.P.Jacobs Témoignages inédits p. 190). Mais pour la fin de l'histoire de La Marque Jaune annonçant la Noël, Jacobs a préféré choisir la date de parution du journal français décalé de quelques semaines par rapport à l'édition belge. La dernière planche paraissait le mercredi 10 novembre 1954 dans le journal belge. L'édition spéciale du Tintin français de Noël 1954 est sortie le 16 décembre 1954, donnant l'idée à Blake de souhaiter un "Joyeux Noël à tous". Le tous s'adresse aussi bien aux Belges qu'aux Français, avec un léger décalage suivant les parutions. Mon grand-père a attiré toute mon attention sur les deux mots de la fin : "à tous". Ce petit détail en dit long pour déterminer l'année de l'histoire.

La Marque Jaune a donc dû être écourtée. Si elle avait été prolongée de quelques semaines comme cela était prévu au départ, la dernière planche aurait peut-être coïncidé avec la semaine de Noël. Qui sait ?

Jacobs a bien apporté les détails mentionnant les jours et les heures qui passent dans La Marque Jaune, mais il s'est limité à cela. Il n'a apporté aucune précision sur laquelle on peut se baser. Il m'en avait parlé. Tout est vague. Je pense me souvenir qu'il s'était fixé une histoire se déroulant en dix jours, afin de rappeler le chiffre "dix" des Dix petits nègres d'Agatha Christie, un policier qu'il aimait tout particulièrement.

Avant de déterminer l'année de La Marque Jaune (en 1951, 1954 ou 1953), relevons à présent d'autres sources :

La dernière planche du Mystère de la Grande Pyramide est parue début mai 1952. Jacobs s'est directement lancé à la recherche d'un thème intéressant pour sa nouvelle aventure, La Marque Jaune, qui débutera un an plus tard. Il va se baser sur un fait divers précis et daté :

"Dès 1952, des dizaines de milliers de gens dans le monde entier achetèrent leur première "TV" pour pouvoir assister au couronnement de la jeune reine d'Angleterre, Elisabeth II.
   - "Et si Olrik volait la couronne ?" se demanda brusquement Edgar P. Jacobs.
C'est au tour de cette idée d'une sidérante audace qu'orbitent les grands thèmes de La Marque Jaune...

... la Reine Elisabeth II au balcon de Buckingham Palace, lors de son couronnement, le 2 juin 1953. A peine deux mois plus tard, le 6 août (ndlr 1953), la couronne impériale sera volée par la Marque Jaune !"

(Extrait du dossier de Van Kerckhove, p. 3 et 4, annexe à Le Monde d'Edgar P. Jacobs de Claude Le Gallo - éditions du Lombard.)

Qu'est-ce qui prouve que la couronne sera bel et bien volée deux mois plus tard, le 6 août 1953, le jour de la parution dans le journal Tintin belge ? Tout au moins, cette supposition ne transparaît pas dans l'histoire où il est question d'un jour de décembre, le 7... Par déduction, le vol aurait été commis deux jours plus tôt que le 7 décembre, soit le 5 décembre... et donc certainement pas en août !

Si l'on se réfère au moment présent où Jacobs a dessiné la première planche, le récit de La Marque Jaune débuterait en été 1953. Or, cela semble faux ! Il est évident que l'histoire ne peut débuter en été, l'arbre de la case 2 n'a pas une seule feuille sur ses branches...

Mais Jacobs se fiche pas mal de l'été du moment. Il se souvient de son séjour à Londres en été 1952 : un temps caniculaire, sans le moindre brouillard. Il voulait une histoire qui se passe la nuit, dans la pluie et le brouillard. Il place donc le décor en hiver, peu importe le mois présent. Les conditions hivernales sont optimales pour l'ambiance qu'il veut mettre. Et s'il avait imaginé son histoire par anticipation, c'est-à-dire la faire commencer en hiver 1954 ?

Analysons maintenant les datations de Jacobs tout au long du récit :

L'histoire commence un dimanche à 1 h du matin. Confirmation avec le journal Monday du lendemain matin p. 6 : "douze heures après le vol".

Les heures du lundi s'écoulent : "au dehors, tout semble obscur" (page 7). Deux heures plus tard, on assiste à la sortie du Centaur Club. Big Ben sonne les douze coups de minuit en haut de la page 9. Il est mardi matin quand Vernay disparaît et que l'agent de police aperçoit une marque jaune sur le sol (page 10).

"Le jour se lève..." lit-on en bas de la page 10. C'est logiquement le mardi matin : "A l'arrêt du bus, il y a déjà du monde, malgré l'heure matinale." En haut de la page 12, la journée semble bien entamée.

 

p10.jpg

A la page 12, nous relevons enfin deux indices : la calendrier indique le 7 et, en bas de la page, il est écrit sur le papier "aujourd'hui 7 décembre, ... un événement intéressant se produira". Or la planche 10 (page 12) ne sort qu'en octobre 1953. L'histoire avait débuté en hiver. Jacobs avait fixé une date hivernale, sensiblement en avance par rapport au temps présent. Mais à quoi correspond cette date qui, apparemment, aurait été prise au hasard ? Il n'y a jamais eu de hasard chez Jacobs...

Le 7 décembre est le jour d'anniversaire d'une vieille connaissance !

Mon grand-père paternel Henri Quittelier, alias Olrik et la Marque Jaune, est né à St-Gilles (Bruxelles) le 7 décembre 1906... Jacobs profite des moindres occasions pour signer, habilement, les faits liés à ses modèles et rappeler une vieille histoire : "A moins que ce ne soit le début de quelque diablerie nouvelle !?..." (Parole de Blake dans la case ci-dessus.)

 

p10b.jpg

Explications du P.S., venant d'Edgar P. Jacobs:

L'événement intéressant qui se produira le 7 décembre en dehors du capitaine Blake et de son ami, le professeur Mortimer, outre le vol de la couronne d'Angleterre, n'est rien d'autre qu'un sujet de convoitise d'Henri Quittelier. Pas question à Edgar Jacobs de se mêler de ses affaires le jour de son anniversaire et "de rester en dehors (de cette affaire)". Jacobs s'est arrangé pour que la signature (le M) soit bien apposée sur le P.S., comme si on avait marqué le coup d'un poing ferme...

L'édition Blake et Mortimer modifiera la date du 7 décembre au 18 décembre lors d'une réédition en 1987. Ce choix est postérieur à la mort de Jacobs. Personnellement je ne peux m'y fier. La date a été adaptée, sans doute sur base d'un compte à rebours depuis le 24 décembre à minuit de la fin de l'histoire. Yves Sente relève que le calendrier indiquant le 7 a été laissé dans l'édition actuelle, en contradiction avec le papier daté au 18 (et non plus le 7 décembre dans l'édition du Lombard).

Poursuivons la recherche des éléments permettant de dater l'histoire:

Dès la page 13, les réverbères sont éclairés, "la nuit descend" et "lentement, Big Ben égrène les heures sur la cité inquiète..." Le bas de la page se passe au cours de la même nuit du mardi au mercredi.

Mercredi matin dès la case 5 de la page 14 : "Le lendemain matin au Yard...", "quinze minutes plus tard"... "le soir du même jour." Au milieu de la page 15 : "il est minuit moins le quart..."

Il est jeudi dès la page 16 : "Le lendemain matin...", "un moment plus tard...", "un quart d'heure plus tard...", "il est 16h30..." L'accident ferroviaire a lieu en pleine nuit.

Vendredi matin en haut de la page 22 : "le lendemain...", "vingt minutes plus tard...", "une heure plus tard..."
Le soir tombe, le lampadaire est allumé et l'on se souhaite la bonne nuit (bas de la page 24).

"Trois heures viennent de sonner... Il est samedi matin lorsque la Marque Jaune s'introduit dans l'appartement. Blake et Mortimer sont en pyjama jusqu'à la page 30. Par contre, ils se sont habillés quand l'inspecteur Kendall arrive chez eux (milieu de la page 30).

"Le même soir...", "pendant ce temps..." lit-on en haut de la page 34. Il est toujours samedi et nous assistons à la poursuite de la Marque Jaune dans les Docks. "Une demi-heure plus tard..." les recherches se poursuivent tard dans la nuit, dans le brouillard (page 42). Mortimer finit par sombrer dans le néant en bas de la page 49.

Il est dimanche dès la page 50 : " le lendemain matin...", "peu après...", "au même moment...", puis un passage dans le passé lorsque Septimus aborde l'histoire de l'Onde Méga page 51 et suivantes, tandis que l'on revient au présent lors des interventions de Mortimer.

Il est toujours dimanche en haut de la page 55 : "le même jour...", "une demi-heure plus tard...", "le même soir...", "peu après...", "quelques instants plus tard..."

Le lundi pointe en haut de la page 58 : "dès les premières heures du matin...", "pendant ce temps...", "quelques secondes plus tard...", "à ce moment...", "comme onze heures sonnent à Big Ben..." en haut de la page 62, il fait nuit dans la ville. "Quelques instants plus tard...", "à cet instant...", "juste au même moment...", "cependant...", "mais à ce moment...", "cependant...", "mais à cet instant...", et enfin "il est minuit: Joyeux Noël à tous !!!"

Le jour de Noël concluant l'histoire serait donc un mardi.

Jacobs laisse un vague désespérant pour qui veut situer La Marque Jaune avec précision dans le temps. Il ne mentionne aucune date à l'exception d'un lundi, d'un 7 décembre, d'un God save the Queen et d'un soir de Noël. La dernière planche de l'histoire ne paraît même pas un jour de Noël, ni dans la publication belge, ni dans la française. Alors qu'en penser ?

Le calcul de Benoît Verley semble logique: la fête de Noël tombe un mardi en l'année 1951.
Pour Yves Sente, l'histoire se termine en décembre 1954.
Ted Benoit affirme qu'elle se passe en 1953, comme cela a été établi il y a longtemps par Van Kerckhove. Il se base sur l'air d'un God save the Queen, preuve que la Noël dont il est question met à l'honneur une reine et non un roi. Les paroles du chant national aurait alors été God save the King si l'histoire s'était passée en 1951...

Personnellement, je sais, et personne ne me contredira, que l'histoire se déroule sur dix jours en décembre. Quant à dire si c'est du 16 au 25 décembre 1951, ou une autre semaine en 1953 ou en 1954, voire une autre année... Chacun a à la fois raison et tort, puisque d'autres parviennent à démontrer une autre possibilié !

Enfin, pour conclure, je me référerai aux dires de mon grand-père:

Les premiers dessins ont été commencés en été 1953, mais qu'est-ce qui prouve que la Marque Jaune va réellement s'emparer de la couronne impériale à ce moment-là ? L'histoire se déroule par anticipation dans le journal Tintin pour se terminer au moment présent, en décembre 1954...

Quoi de plus logique lorsque l'on est amené à faire de la science-fiction et que l'auteur va se lancer quelques années plus tard dans une aventure telle que Le Piège Diabolique où toutes les dates vont se mêler de manière chaotique...

Quant à la date du 7 décembre, serait-ce un mieux de la rétablir dans les albums, comme le propose Yves Sente ?

Oui, et pour plusieurs raisons:

Cette date correspond au calendrier de la case plus haut sur la même planche, elle a été choisie par Jacobs afin de dater (ou marquer) à jamais l'origine de La Marque Jaune et le jour où celle-ci s'occupe d'une affaire toute particulière... Sans cette date, avec un 18 décembre plutôt qu'un 7, on trahit un repaire important de la Marque Jaune.

Ceci dit, à part la date de naissance de mon grand-père paternel Henri Quittelier, rien n'est sûr ! Preuve d'un bon scénario établi sur de bons suspenses...

Et puis, toutes ces recherches et analyses valent-elles la peine ? Personne ne peut trancher de manière sûre et scientifique, même pas moi. A quoi bon vouloir à tout prix dater une histoire qui reste d'actualité, dans un décor des années 1950 ?

Dejà de son vivant, le créateur de Blake et Mortimer était intrigué par les questions de certains journalistes. Il m'a dit un jour que certains "cherchaient la petite bête et trouvaient des énigmes là où il n'y en avait pas". Et cela l'amusait de constater "qu'il y avait encore plus de suspenses dans ses histoires qu'il n'en avait imaginés".

Et pour le mot de la FIN, relevons la réflexion d'Yves Sente:

"Pour moi, c'est évidemment Jacobs qui fait foi et certainement pas le correcteur de l'éditeur... qui a peut-être simplement voulu s'amuser en insérant la date d'anniversaire de sa petite amie où que sais-je d'autre."

 

p10.jpg

inédit

Celui qui s'est amusé à insérer la date d'anniversaire d'une "vieille connaissance" alias la Marque Jaune n'est autre qu'Edgar P. Jacobs...

CQFD !

18/01/2012

Datation de la Marque Jaune

Encore un peu de patience pour découvrir mes réactions concernant la datation de la Marque Jaune, le sujet est long à développer...

Je viens de terminer. La nuit porte conseil...

Je prendrai encore le temps de relire et de vérifier avant de publier !

Merci pour votre compréhension !

"Et maintenant, si nous voulons être d'attaque demain, allons nous coucher... Bonne nuit..."
(page 24, dernière case de La Marque Jaune)

23:36 Écrit par Viviane Quittelier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/01/2012

Le lampadaire d'E.P.Jacobs

Edgar P. Jacobs aimait beaucoup son lampadaire dont l'abat-jour surmontait un magnifique pied en fer forgé. L'abat-jour diffuse une lumière jaunâtre et douce, absolument pas lugubre. Le voici en couleur et de près dans mon intérieur :

photo inedite

 

Une seule photo d'époque montre ce lampadaire placé devant la bibliothèque de ma grand-mère Jeanne. Cette photo, inédite et D.R., a été prise par G. Durand en 1967, dans le salon du Bois des Pauvres :

photo inedite

Et toujours le même lampadaire, dans mon intérieur, mais ici en noir et blanc.
Que ce soit dans un décor anglais ou moderne, cet abat-jour rayonne de clarté !

 

photo inedite

Et bientôt mes réactions concernant la datation de La Marque Jaune...

12:21 Écrit par Viviane Quittelier dans A la mémoire d'Edgar P. Jacobs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : photo inedite |  Facebook |

01/01/2012

Bonne année 2012

 

Bonne année 2012 et meilleurs voeux !

 

DSC03152.JPG

A l'avant-plan, une rose de Noël et une orchidée...

Observez bien les détails de l'arrière-plan...

Le portrait est celui de mon père exécuté en 1944 par le peintre Henri Quittelier.
La ressemblance avec
le major Watson (Le Rayon U) n'est pas due au hasard...

Et le lampadaire jaunâtre... d'où provient-il ?
Des explications lors de la prochaine mise à jour...

18:04 Écrit par Viviane Quittelier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/12/2011

Help Blake & Mortimer

Merry Christmas and best whishes ! &lt:-P Fête, soirée

 

Here is a message to the guys, all around the World, who had bought translation in english of the Blake & Mortimer comic books(voir traduction en français plus bas)

For a friend of mine, writer of books about Blake & Mortimer Serie, I do ask for your help, searching picts of the front covers and back sides, and ISBN number for these 3 books below :

 
1- The Secret of the Swordfish, Part 3 - Hard cover with grey dust jacket, published 1987 by Dargaud
2- The Mystery of the Great Pyramid, Part 2 – Hard cover with red dust jacket or not (I am not sure there is a dust jacket or a paperback…), published 1987 by Dargaud
3- The Yellow 'M' – Hard cover with paperback, published 1988 by Dargaud 

 
If you have three or one of these comic books, be kind enough to answer to me on this Blog or contact directly Alain LERMAN at this adress : as_lerman@yahoo.fr

I thank you very much in advance for him! Clin d'œil



en français :

Je profite de cette demande pour rappeler le précédent appel à l'aide concernant une réédition du Piège diabolique et de l'Affaire du collier :

Le Piège Diabolique et L'Affaire du Collier éditions Dargaud 1989 (ou 1990) 

Traduction des descriptions reprises plus haut en anglais :

1- The Secret of the Swordfish, tome 3 de 1987 par Dargaud, cartonné avec Dos toilé gris,
2- The Mystery of the Great Pyramid, tome 2 de 1987 par Dargaud, cartonné Dos toilé rouge,
3- The Yellow 'M' de 1988 par Dargaud, cartonné, mais j'ignore s'il y avait encore un Dos toilé ou un Dos papier ???

Encore merci pour votre collaboration si vous possédez une ou plusieurs de ces rééditions !

Les renseignements peuvent être envoyés à as_lerman@yahoo.fr et/ou en passant par ma messagerie (colonne de gauche : "me contacter")

Mes voeux en français pour 2012 ne vont pas tarder !
D'abord passer la fête de Noël en famille... Cool et à bientôt Sourire

18:15 Écrit par Viviane Quittelier dans Actualité, Appel aux collectionneurs | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/12/2011

Festival BD Pont-à-Celles 2011

 

Souvenirs du 3ème Festival BD de Pont-à-Celles 2011 :

VIVIANE-QUITTELIER Pont-à-Celles.jpg

 

 

DSC03130.JPG

 

et Clin d'œil

 

JOYEUX NOËL à chacun(e) !

 

18:15 Écrit par Viviane Quittelier dans Expo sur Edgar P. Jacobs, Festival BD | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/11/2011

Au 3ème Festival BD de Pont-à-Celles

Je suis invitée au 3ème Festival BD de Pont-à-Celles le samedi 19 novembre 2011.

J'y aurai un stand avec mon exposition "Qui est qui dans Jacobs", un complément à l'ouvrage "E. P. Jacobs, Témoignages inédits".

 

DSC01877.JPG


Pont-à-Celles se trouve entre Nivelles et Charleroi (Belgique)

Au plaisir de vous y rencontrer, dédicacer...