22/12/2014

Beaux Arts met Jacobs à la une

Vient de paraître :

Jacobs hors série Beaux Arts.jpg

E. P. Jacobs y est mis à l'honneur à trois reprises : en couverture et pour deux albums : Le Lotus bleu et Le Mystère de la grande pyramide. Du grand Art...

Il est déjà cité dans la légende d'une photo du père de Tintin, "L'influence de Jacobs sur Hergé", au bas de la page 11 du hors-série. Il l'est encore dans le texte principal et indirectement par le biais des reproductions de planches colorisées. Nicolas Verstappen rappelle, dans son article sur Le Lotus bleu, que Jacobs a contribué à la mise en couleurs et à l'enrichissement des décors de l'album en 1946.

16 pages consacrées au Lotus bleu, 16 pages au Mystère de la grande pyramide.

La BD, c'est du sérieux! peut-on lire à côté d'une photo de Jacobs (page 27 du hors-série). Romain Brethes souligne dans son article les recherches sérieuses réalisées par l'auteur du Mystère de la grande pyramide. J'ajouterais que, sans cela, Jacobs n'aurait pas porté la BD là où elle se trouve et certainement pas en écrivant seulement des histoires de science-fiction sans fondements d'ordre historique, scientifique, archéologique, artistique, et j'en passe...

Plus on avance dans le temps, plus on découvre la richesse de l'oeuvre de Jacobs au travers des résultats découlant de nouvelles recherches.

"L'artiste du Bois des Pauvres a bien travaillé. L'histoire a dépassé la fiction" peut-on lire à la page 27 du hors-série.

Le dossier est tout aussi sérieux et les illustrations raviront les fans : deux reproductions de crayonné et l'histoire complète Le Trésor de Toutânkhamon (4 pages couleurs d'Edgar P. Jacobs), sans compter les vignettes, des photographies d’œuvres d'art, etc.

19/12/2014

329 dessins de E. P. Jacobs

Vient  de paraître

Jacobs 329 dessins.jpg

 

Un très bel album de plus de 300 pages présentant des dessins tirés des archives d'Edgar P. Jacobs, commenté par Daniel Couvreur.

Le tout premier crayonné, inédit, montre davantage une ébauche, une recherche de forme telle que décrite dans mon ouvrage :

Jacobs 329 dessins croquis ébauche -1200.jpg

"Son coup de crayon était extraordinaire. Pour faire un croquis, sa main allait très vite. Il exécutait les traits très légèrement, avec souplesse, en repassant plusieurs fois..."

(E. P. Jacobs, Témoignages inédits, p. 319.)

 

Viennent ensuite les croquis des principaux personnages d'après nature :

Jacobs 329 dessins Blake.jpg

puis des recherches de costume pour Le Rayon U, une brève introduction et enfin pas mal d'inédits ainsi que des ébauches de couverture pour chaque album de la série des Blake et Mortimer.

Ayant vu et touché autrefois la plupart de ces croquis, le papier épais de l'album, d'une excellente qualité, me gêne. Le lecteur ne peut se rendre compte au toucher du support utilisé par le maître. Bon nombre de ces esquisses ont été croquées sur du papier calque ou sur des feuilles assez fines provenant d'un bloc-notes.

Ceci dit, cet album luxueux rassemble un très grand nombre d'inédits, tant attendus par les fans. Ceux-ci seront comblés et le large dos toilé rouge fera sensation dans leurs bibliothèques. Le prix n'est pas donné, 69 €, mais la quantité d'inédits et l'aspect luxueux justifient largement la dépense.

(Les deux planches illustrées proviennent du site de Dargaud)

17/12/2014

Les cocktails de Blake et Mortimer

les cocktails de Blake et Mortimer.jpg

de Claire Dixsaut (auteur) et Erick Bonnier (photographies)

  • Editeur : LA MAISON (18 septembre 2014)

Présentation du bouquin "Les Cocktails de Blake & Mortimer" :


 

22:14 Écrit par Viviane Quittelier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/12/2014

Collection toilée de Blake et Mortimer (Le Soir)

Depuis le 10 octobre 2014, Le Soir propose une collection de l’univers d’Edgar P. Jacobs dans une série exclusive consacrée à Blake & Mortimer incluant ce guide hautement intéressant :

 

Guide Blake et Mortimer Le Soir couve 001.jpg

Le guide inédit écrit spécialement par Daniel Couvreur pour Le Soir a attiré toute mon attention. Mon nom y est cité un nombre incroyable de fois. Je serais tentée de dire qu'il s'y trouve pratiquement à toutes les pages... enfin presque si l'on ajoute toutes les citations de René et Henri Quittelier.

Il est vrai que le destin nous a conduit à connaître le créateur de Blake et Mortimer, que j'ai eu le privilège de passer de nombreuses heures à ses côtés, d'avoir pu le voir à l'oeuvre et qu'il m'ait révélé énormément sur sa vie, son travail et ses inspirations.

J'ai lu à plusieurs reprises au fil des pages de ce Guide des personnages de la série : "...Viviane Quittelier dans son livre de témoignages inédits..."

Il est regrettable, sans doute pour l'éditeur, que mon livre ne soit pas clairement renseigné, à savoir le titre complet et l'éditeur, à moins que je ne me trompe et qu'il soit bien repris quelque part dans ce livre...

Pour conclure avant de passer à la collection elle-même, ce livre est remarquable, aussi bien pour la présentation de chaque personnage que Londres vu par les héros.

 

A propos de la collection, elle comprend (d'après Le Soir) :

• Les tomes 19, 20, 21 de la collection officielle
• Le « Rayon U » (comme introduction à la collection)
• Le guide de Blake et Mortimer : un album inédit écrit pour Le Soir par Daniel Couvreur, décrivant les personnages de la série et proposant un guide de Londres vue par les héros
• 2 albums hommages à Blake & Mortimer « Les aventures de Philip et Francis »
• 2 serre-livres représentant les têtes de Blake & Mortimer.

Les collectionneurs se réjouissent et tant mieux pour eux !

Mais la série ne serait pas complète, à en croire le dessin présentant l'ensemble des 27 dos toilés et les deux serre-livres aux figurines de Blake et Mortimer au téléphone :

Guide Blake et Mortimer Le Soir vue ensemble collection 001.jpg

Soit +/- 50 cm de large et +/- 15 kg pour l'ensemble de la collection...

 

(J'ai feuilleté S.O.S. Météores. J'ai été étonnée de constater le nombre de cases
dans lesquelles un personnage est en train de téléphoner.)

 

Je déplore le titre repris en tête des couvertures et sur le verso de cette collection :

Les aventures de Blake et Mortimer d'après les personnages d'Edgar P. Jacobs

Guide Blake et Mortimer Le Soir verso tous albums 001.jpg

Que je sache, les albums tels Le Secret de l'espadon, Le Mystère de la Grande Pyramide, La Marque jaune ne sont pas "d'après" mais bien d'Edgar P. Jacobs. Or, toute la série se trouve dans cette liste, par ordre de parution depuis Le Secret de l'Espadon jusque Le Serment des 5 lords.

Je pense qu'il est important que les jeunes d'aujourd'hui et de demain puissent distinguer les Blake et Mortimer de Jacobs de ceux des repreneurs.

Mises à part ces quelques réflexions, la collection constitue un magnifique ensemble qui trouvera sa place dans les plus belles bibliothèques.

 

01/12/2014

La marque J, Olrik, les avatars...

Après Jacobs, la marque du fantastique et Olrik (tous deux parus chez Mosquito), René Nouailhat vient de signer un nouveau livre dans lequel il parle à nouveau de Jacobs et des "repreneurs" :

Les Avatars du Christianisme en bandes-dessinées

René Nouailhat

Fernelmont 2014

 

Avatars Christianisme Nouailhat.jpg

Présentation du livre par l'éditeur :

"La bande dessinée confessionnelle franco-belge est issue de la pastorale de la jeunesse des années 1930-40. Elle a donné ses codes à l’illustration de l’univers symbolique religieux. Les hebdomadaires Spirou et Tintin sont nés dans ce contexte. Les récits catho-laïques des années 50 en ont prolongé les modèles.Les productions qui ont fait événement dans les décennies traduisent les transgressions et les ruptures qui ont bouleversé le rapport au religieux dans les années 1960-90, avec la contestation libertaire de l’héritage chrétien, le délitement de l’institué catholique et la critique des représentations venue de l’expression religieuse elle-même. La BD illustre ce phénomène de façon spectaculaire.Le grand retour des dieux et du divin dans les récits dessinés de la fin du siècle dernier et les questionnements identitaires des années 2000 marquent de nouvelles postures à l’égard des religions. Ils ravivent les interrogations sur le mystère de l’existence, la fonction de l’imaginaire et la manière d’en traiter, par l’image qui ouvre à un au-delà d’elle-même et par le texte qui en accompagne l’intelligibilité et le sens.Ce parcours sur près d’un siècle de bandes dessinées montre aussi que, dans un champ culturel sécularisé, les références au christianisme restent privilégiées. Ses avatars, si éclatés et recomposés soient-ils, stimulent encore la créativité du neuvième art."

En savoir plus : où se procurer, diffusion...

A découvrir donc...

Olrik Nouailhat.jpg

J'ai terminé la lecture de Olrik ou le secret du mystère jacobs. Un livre passionnant que j'ai dévoré et bien apprécié. J'ai eu d'ailleurs pas mal d'échos très positifs d'autres lecteurs.

Il est question qu'une table ronde avec René Nouailhat, Michel Jans et moi-même à propos d'Olrik  soit inscrite au programme du festival BD d'Angoulême 2015. Nous attendons la confirmation et, si elle aura bien lieu, je vous tiendrai au courant du lieu, date, heure, etc.

 

29/11/2014

Panne du serveur

Suite à une panne du serveur, je n'ai pas pu accéder à Internet.

Désolée de ne pas avoir pu mettre à jour mon blog et d'autres activités via mon PC.

Merci de bien vouloir continuer à voter pour notre association de modélisme, dernière limite le 30 novembre 2014. Nous voilà en tête de la catégorie et ce serait formidable d'y rester jusque dimanche minuit !
Merci à chacun(e) de votre soutien !

A très bientôt pour des mises à jour...
Le week-end est très chargé (comme d'habitude...)

 

12:45 Écrit par Viviane Quittelier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/11/2014

Un nouveau piano

L'âge avance et je conserve l'esprit d'un enfant : j'attends un nouveau piano (celui dont rêve tout pianiste) et le temps me semble long, long... Je décompte les nuits, les jours et bientôt les heures...

 

 

 

 

Le nouveau piano est arrivé... Une merveille !

 

Bösendorfer model-170.jpg

 

Fabrication d'un Bösendorfer sur l'air de La Campanella :


12:27 Écrit par Viviane Quittelier dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/11/2014

Votez pour notre association

Ce serait sympa de voter massivement pour notre association de trains miniatures pleine de projets (voir plus bas : mission et prix) et que chacun(e) y contribue en quelques clics pour la faire passer en tête de sa catégorie. Dur, dur de rattraper les deux associations qui ont une longueur d'avance sur la nôtre. La première classée emporte automatiquement le prix.

Déjà un tout grand MERCI de participer au vote ! Voir plus bas "comment faire".

Notre projet de créer à Braine-l'Alleud un musée du tram vicinal en Brabant wallon touche de près les fans de Blake et Mortimer.

Edgar P. Jacobs a emprunté la ligne de chemin de fer vicinal pour se rendre à la butte du Lion de Waterloo.
La commune de Waterloo fait partie de Braine-l'Alleud.

Un de mes trains sur le réseau "HO courant continu" du club (AMFB) et en gare de Braine-l'Alleud :

DSC_0073.jpg

DSC_0075.jpg

La même loco chez moi lors d'un entrainement de roulage après un entretien.
Vue d'ensemble de mon réseau HO courant continu en construction (prise de vue en mars
 2014), le système blocs de sécurité a été débranché pour permettre à la loco de faire un tour de table sans s'arrêter et sans commander les signaux et les aiguillages.

 

 

Comment faire :

cliquer sur le site de la banque ING belge Solidarity Award
 
et ensuite:
- Sur la page d'accueil cliquer sur "votez pour votre association préférée"
 
- sélectionner la province : Brabant Wallon
- Sélectionner ensuite la catégorie : Jeunes

(ou directement
inscrire "amfb" dans la case recherche et lancer la recherche)
 
- Cliquez sur le logo AMFB
- En bas de la page cliquez sur "votez pour cette association"
- Sur la page suivante encodez votre adresse mail. - Puis répetez votre adresse mail. - Cochez je confirme avoir lu le règlement - Cliquez sur voter
 
Vous devriez recevoir un mail vous demandant de confirmer votre vote.
Merci de bien vouloir cliquer sur le lien pour confirmer.
 
Un seul vote par adresse mail (ou courriel)
Si vous en possédez plusieurs, et si le cœur vous en dit, vous pourrez recommencer l'opération et voter autant de fois que vous avez d’adresses mails. Vous pouvez aussi transmettre l'invitation à vos amis et connaissances.
 
A chaque fois merci ! Date limite : le 30/11/2014
 
 
Mission
Réunir des amateurs de chemin de fer réels et miniatures et partager la passion commune par des activités diverses : construction de réseaux miniatures, voyages en trains touristiques, visites d'expositions. Il nous tient à coeur de transmettre ce merveilleux hobby à caractère familial et intergénérationnel à la plus jeune génération. Pour ce faire nous développons un partenariat avec les écoles techniques de notre région pour créer un projet pédagogique visant à développer des liens entre adolescents par des réalisations communes. Nous gérons également une bibliothèque ferroviaire historique.
Prix
Développer notre communication envers les jeunes et assumer le déménagement de notre asbl vers la gare de Braine l'Alleud (nous avons un accord avec la SNCB) pour plus de visibilité et pour augmenter la surface disponible pour nos projets.
Créer dans cette gare un musée historique du vicinal en Brabant Wallon qui a un passé important et méconnu en ces temps ou il est opportun de rappeler les moyens de communications du siècle dernier au moment où le tout à la voiture n'existait pas encore.
Développer notre bibliothèque et financer notre projet pédagogique.

22:56 Écrit par Viviane Quittelier dans Actualité, Trains miniatures | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les carrières de Paris (2)

Suite de la visite du 13 septembre 2014

Une des premières galeries que nous empruntons avec notre guide :

DSC_0605.jpg

Il est évident que la couleur des pierres diffère des dessins de Jacobs dans L'Affaire du Collier.

Mon grand-père ne disposait pas suffisamment de photos des carrières parisiennes et il ignorait qu'elles étaient constituées de calcaire. Acculé face aux contraintes du journal Tintin, il n'avait pas le temps de retourner sur place. Il s'est rendu dans une carrière de schiste dans les Ardennes belges. Il en a reproduit les caractéristiques propres ne correspondant pas à celles des carrières de Paris (cf. Edgar P. Jacobs, témoignages inédits, p. 283-285).

Notre guide nous montre les différents outils, à quoi ils servaient et comment les utiliser :

DSC_0613.jpg

Un petit musée de pierres peintes ou gravées :

DSC_0610.jpg

Placées autrefois en-dessous du lieu indiqué, ces pierres ont aidé les ouvriers (ou des aventuriers) à se retrouver dans le dédale des galeries.


Au centre une pierre indiquant l'emplacement d'un puits de service :

DSC_0620.jpg

Vue agrandie de la pierre peinte :

DSC_0623.jpg

Le puits de service et l'accès au niveau du sol (le petit point blanc) quelque vingt mètres plus haut :

DSC_0622.jpg

 

 (A suivre...)

 ...Et des articles en cours de rédaction sur les nouvelles parutions

22:13 Écrit par Viviane Quittelier dans A la mémoire d'Edgar P. Jacobs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : carrières, affaire du collier |  Facebook |

10/10/2014

Pr Labrousse Prix Nobel ?

Je cite Le Monde du 09.10.2014 :

"Le prix Nobel de littérature 2014 a été attribué jeudi 9 octobre à l'écrivain français Patrick Modiano pour « son art de la mémoire ». Décerné à des auteurs dont l'œuvre « a fait la preuve d'un puissant idéal », cette récompense est considérée comme la plus prestigieuse dans le monde littéraire."

Benoît Verley, que nous connaissons tout particulièrement grâce à ses repérages de S.O.S. Météores sur le terrain et de l'exposition qu'il a réalisée sur le sujet, m'a envoyé ce petit mot que je souhaite partager :

"Bonjour, le choix de Patrick Modiano comme Prix Nobel de littérature 2014 m'amène à rappeler que celui-ci a habité 38 rue de Kurzène à Jouy-en-Josas dans son enfance, pendant deux ans, au milieu des années 50.

Il a certainement connu le professeur Labrousse...

Ci-joint la reproduction de l'article paru dans le magazine "Lire" n° 176 de mai 1990.

Bien à vous

Benoît"

 

Je remercie Benoît de m'avoir envoyé une copie de l'article Modiano, lieux de mémoire du magazine Lire n° 176 de mai 1990 :

 

Modiano-Jacobs 001.jpg

 

L'empreinte du frère absent... serait-ce celle du Pr Labrousse ?

 

Modiano-Jacobs 003.jpg

Modiano-Jacobs 004.jpg

Rêvons un peu...

La maison du 38 rue de Kurzène est très grande. Le Pr Labrousse y habitait dans les années 1950 en même que Patrick Modiano et sa famille. Le Pr Labrousse était érudit et possédait une fameuse bibliothèque (S.O.S. Météores p. 10 dernière case et haut de la p. 11.)

Et si c'était le Pr Labrousse qui recevait un Prix Nobel ?

Fort plausible dans un domaine scientifique...

Et pourquoi pas Edgar P. Jacobs lui-même, à titre posthume, pour son oeuvre ?

La fondation Nobel ne peut plus remettre de Prix Nobel à titre posthume depuis 1974. Une exception a été faite en 2011 pour le scientifique canadien Ralph Steinman, Prix Nobel de médecine.

Alors ? Tout devient possible...

 

Article et vidéo sur le Prix Nobel de littérature paru dans le Monde du 09.10.2014.

 

11:40 Écrit par Viviane Quittelier dans Actualité, Personnages d'E. P. Jacobs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : sos météores |  Facebook |

09/10/2014

Les carrières de Paris (1)

Visite des anciennes carrières de Paris
le 13 septembre 2014

Les journées "Affaire du Collier" organisées par Fred du Centaur Club se limitaient aux repérages en surface. Grâce à mon blog et aux rencontres qui en résultent, Gilles Thomas, spécialiste des souterrains (et connaisseur de l'oeuvre de Jacobs), m'a proposé une visite guidée dans les anciennes carrières. Une opportunité à ne pas manquer et dont les amis présents du Centaur Club ont pu profiter. J'ai donc réservé une place en Thalys, sur le tard et malheureusement au prix fort, mais cela en valait la dépense.

Grand merci à Gilles de nous avoir consacré une partie de son temps libre ! Notre visite dans les profondeurs parisiennes devait avant tout faire référence à L'Affaire du Collier.

Mini curriculum vitae de notre guide.

L'entrée utilisée pour notre visite fut celle de l’hôpital Cochin. Elle n'est accessible qu'avec une autorisation spéciale des responsables des anciennes carrières.

Vue de l'hôpital Cochin, difficile d'imaginer que les fondations de tels immeubles reposent sur un sous-sol complètement troué :

DSC_0586.jpg

Premier escalier accédant au niveau des caves :

DSC_0587.jpg

Arrivée dans une petite salle longue et étroite, transformée en musée, dans laquelle notre guide nous explique les panneaux et reproductions de vielles photos accrochés aux murs :

DSC_0592.jpg

DSC_0707.jpg

DSC_0701.jpg

Il est d’ailleurs question de rétablir l'entrée des anciennes carrières empruntée autrefois par Edgar P. Jacobs. Lors de sa visite souterraine, Jacobs a traversé la courette d'un ancien pavillon d'octroi (planche 39, case 3), est passé par une porte d'accès aux catacombes et est descendu par un escalier assez raide en colimaçon (planche 39, case 4).

Notre descente vers les anciennes carrières :

DSC_0594.jpg

DSC_0595.jpg

DSC_0597.jpg

Arrivés au niveau des carrières, plus de cent marches plus bas (planche 39, case 5), soit vingt mètres sous le trottoir :

DSC_0599.jpg

Et une porte comme celle du coffre-fort dessinée par Jacobs (planche 10, case 1) :

DSC_0600.jpg

(A suivre...) 

 

12:02 Écrit par Viviane Quittelier dans A la mémoire d'Edgar P. Jacobs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : carrières, affaire du collier |  Facebook |

02/10/2014

100.000 visites

Qui sera notre notre 100.000 ème visiteur ?

7 bougies.jpg

 

Blog créé le 5 janvier 2008, presque 7 années à votre service... 100.000 visites, cela se fête !

John Steed.jpg

 

Quelques statistiques :

en moyenne 800 visiteurs uniques chaque mois

avec des pics de plus de 70 visites les jours d'une nouvelle publication

et rarement moins de 30 visites les jours les moins visités

une fréquence plus élevée entre 10 et 15 h et vers 22 h

60 % des visiteurs viennent directement sur le blog (sans passer par un moteur de recherche)

Bravo à chacun(e) ! Et merci !!!apl001.gif

 

 

 

 

 

En cours de préparation :

  • la suite des repérages à Paris (en surface et en souterrain dans les anciennes carrières)

Et bien sûr des inédits assurés, à commencer par la réédition du livre A l'ombre de la ligne claire de Benoît Mouchart et encore d'autres inédits qui suivront (annonces de leurs parutions sur ce blog).

 

13:31 Écrit par Viviane Quittelier | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

22/09/2014

A l'ombre de la ligne claire revu par Benoît Mouchart

Passionnante contribution à l’histoire de la bande dessinée, À l’ombre de la ligne claire de Benoît Mouchart est réédité pour la première fois depuis sa parution en 2002. Le texte a été profondément revu et est augmenté de nouveaux documents d’archives.

J'ai rencontré Benoît cet été à Paris. Vous l'aurez compris, certains des nouveaux documents d'archives proviennent de ma collection.

alombreligne claire mouchart.jpg

A paraître en octobre 2014, une réédition certainement fort intéressante.

 

Lien vers l'éditeur Les impressions nouvelles à propos de A l'ombre de la ligne claire

Lire un extrait de A l'ombre de la ligne claire

Voici le communiqué de l'éditeur : Un portrait d’une personnalité énigmatique ! L’AUTEUR Auteur de plusieurs essais sur la bande dessinée et certains de ses grands auteurs (Hergé, Jacobs, Greg notamment), Benoît Mouchart a été dix années durant le directeur artistique du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême. Il est depuis le printemps 2013 directeur éditorial en charge de la bande dessinée chez Casterman. LE LIVRE Le personnage de Van Melkebeke a tout pour fasciner. « Perdant magnifique », il semble sorti d’un film noir ou d’une bande dessinée. Né à Bruxelles en 1904, dans un milieu des plus modestes, Jacques Van Melkebeke se rêvait peintre, et le devint. Mais ses innombrables tableaux, de facture plutôt académique, sont aujourd’hui bien oubliés. Et seul son rôle de « clandestin de la bande dessinée » vaut à l’artiste une gloire posthume dont il aurait été le premier surpris. Collaborateur du « Soir volé » et du Nouveau Journal sous l’Occupation, éphémère rédacteur en chef de Tintin en 1946, scénariste anonyme de quelques Corentin de Paul Cuvelier et de Hassan et Kadour de Jacques Laudy, Van Melkebeke fut surtout un proche d’Edgar Jacobs – qu’il connaissait depuis l’enfance – et de Hergé, qu’il rencontra en 1940. Comme l’écrit Benoît Mouchart, « les incertitudes charriées par la rumeur nourrissent des spéculations bien séduisantes. L’idée qu’un créateur privé de sa signature ait pu inspirer deux des plus grandes œuvres de la bande dessinée francophone ne manque indéniablement pas d’attrait pour les esprits romanesques. N’est-il pas tentant de voir en Van Melkebeke une sorte de professeur Septimus de la BD, agissant dans les souterrains de l’anonymat parce que la Justice l’y contraignait ? » Admirablement documenté, À l’ombre de la ligne claire ne cherche pas à donner corps à cette nouvelle légende. Mais il reconstitue de manière subtile ce « chaînon manquant » dans l’histoire de la bande dessinée belge. Auprès d’Hergé, Van Melkebeke joue le rôle d’un scénariste « maïeutique » ; il dialogue avec l’auteur des Aventures de Tintin davantage qu’il n’écrit pour lui, même si son apport est manifeste dans des récits comme L’Étoile mystérieuse, Le Secret de la Licorne et Les 7 boules de cristal. Grand lecteur, nourri de références culturelles hétéroclites, « Van Melk » aide Hergé à donner davantage d’épaisseur à ses récits. Mais lorsqu’il développera de façon plus méthodique, avec Bernard Heuvelmans, le scénario d’On a marché sur la Lune, Hergé rejettera son texte avant de rompre avec lui dans des circonstances tristement rocambolesques… Auprès de Jacobs, « l’ami Jacques » occupe une place plus importante encore. Modèle du professeur Mortimer, il est surtout le complice privilégié de l’élaboration de tous ses albums. « Interlocuteur extrêmement coriace mais toujours constructif », Van Melkebeke n’est pas étranger à la magie du Mystère de la Grande Pyramide ou de La Marque jaune. Il ne devrait pas retomber dans l’oubli.

11/09/2014

Olrik ou le secret du mystère Jacobs

Un essai de René Nouailhat vient de paraître aux éditions Mosquito :

 

Olrik ou le secret du mystère Jacobs

Olrik Nouailhat.jpg

 

Olrik ou le secret du mystère Jacobs, au titre très révélateur, suit les apparitions d'Olrik au fil des aventures de Blake et Mortimer, les étudie tout en conduisant le lecteur dans un monde des représentations dessinées, de fantasmes jacobsiens, d'alchimie, de fiction, d'artifices...

Cette analyse, facile à lire, va au-delà des nombreuses révélations de mon ouvrage E. P. Jacobs, Témoignages inédits et apporte bien des éclaircissements. Ce très bon essai nous invite aussi à lire et à relire tous les Blake et Mortimer. Je m'en réjouis. rené nouailhat,olrik

A paraître en octobre 2014.

 

En rapport avec le même sujet, je tiens également à souligner le magnifique portrait d'Olrik, le colonel indomptable de Daniel Couvreur paru dans Les personnages de Blake et Mortimer dans l'histoire, Historia, 2014, p. 45 - 47.

Les autres articles présentés dans ce hors-série d'Historia sont tout aussi excellents. Je n'ai eu que des avis positifs sur cette publication.

 

Pour rappel, René Nouailhat est l'auteur de Jacobs, la marque du fantastique, Mosquito.

02/09/2014

Repérages de l'Affaire du Collier (2)

Avis aux amateurs : prochaines journées "Affaire du Collier" les samedi 13/9 et dimanche 14/9/2014 à Paris.

Venez nombreux... une occasion de rencontres ! Bloquez déjà votre agenda !

Rendez-vous les 2 jours à 10 h Gare du Nord. Merci de bien vouloir s'inscrire pour la visite des dessous de Paris prévue vers 11 h le samedi (nombre de personnes limité).

 

La journée du 5 juillet 2014 à Paris axée sur les repérages de L'Affaire du Collier s'est bien déroulée. Elle fut pour moi une première en Thalys. Départ gare du Midi, à Bruxelles :

DSC_0324.jpg

 

Arrivée Gare du Nord à Paris, j'ai pris un taxi pour me rendre rue Berton rejoindre les quelques participants aux repérages du jour et surtout Fred, administrateur du site du Centaur Club et organisateur de la journée. Le soleil n'était pas au rendez-vous et la pluie annoncée non plus, fort heureusement. Bref, ce fut Paris sous un ciel gris.

Vue de la rue Berton en direction du fameux porche que franchiront Sharkey et ses comparses :

DSC_0326.jpg

 

Un peu plus loin dans la rue Berton, un poteau d’éclairage est bien visible, semblable à celui dessiné par Edgar P. Jacobs en bas de la page 20 de L'Affaire du Collier :

DSC_0331.jpg

L'entrée de la rue Berton de l'autre côté, en contrebas. On aperçoit le poteau d'éclairage dissimulé dans la verdure, presque à l'extrême droite et encore plus à droite de la photo l'immeuble actuel où devait se trouver le fameux porche de l'histoire :

DSC_0340.jpg

Carte postale montrant la vue ci-dessus, orientée plus vers la droite et à une autre époque. On peut également y distinguer le poteau, plus visible (moins de verdure sur le mur) :

rue berton grille.jpg

 

L'entrée de la rue Berton aujourd'hui au même endroit :

DSC_0337.jpg 

où Blake et Mortimer arrivent trop tard en bas de la p. 20, montage réalisé par Fred depuis la vue prise de l'autre côté de la rue et qui montre le poteau en entier (et non pas caché comme ce l'est actuellement en bas de la rue Berton où se passe l'histoire) : 

BM10-affaire-collier-pl18-D3-montagephoto.jpg

Vue sur le trottoir d'en face d'où apparaît Duranton, enfin presque... :

10525089_602724643159530_1248691893_n.jpg

Et ici le vrai Duranton (L'Affaire du Collier p. 34, case 1) :

BM10-affaire-collier-pl32-A1-album.jpg

 

 

Vue depuis les contrebas de la rue Berton, aux abords de la Seine :

 

DSC_0342.jpg

Nous avons longé la Seine jusqu'au pont. Pas la peine d'attendre le métro, il ne passera pas à cause des travaux, et encore moins la D.S. d'Olrik :

DSC_0347.jpg

Au même endroit (L'Affaire du Collier p. 34, case 7) :

BM10-affaire-collier-pl32-B7-album.jpg

Nous suivons le chemin de la D.S. en traversant le pont à pied et nous avons ensuite pris un bus (gratuit puisque la ligne de métro était fermée). Arrivés à une destination autre que celle espérée, nous avons dû marcher pour rejoindre la station Duroc :

DSC_0352.jpg

Même endroit dans l'Affaire du Collier, p. 35, case 1 :

 

BM10-affaire-collier-pl33-A1-album.jpg

J'ai ensuite dû quitter le groupe pour retrouver Benoît Mouchart qui m'attendait en face de la Gare du Nord. Une nouvelle édition de son livre sur Jacques Van Melkebeke paraitra en octobre 2014. Je l'annoncerai bientôt sur ce blog. 

Le groupe a continué son repérage place Denfert et au parc Montsouris. Voir le reportage de Fred sur le sujet.

Il est prévu de refaire le même parcours le samedi 13/9/2014 plus une visite d'une heure dans les dessous de la ville, la Mouffe le dimanche 14/9/2014.

Rendez-vous le samedi et le dimanche à 10 h Gare du Nord.

Voir aussi le Centaur Club sur le sujet.

29/08/2014

Interview sur E.P. Jacobs, Témoignages inédits

VQ à Radio Maria.jpg

Me trouvant au festival BD de Solliès-Ville cet été, j'ai eu l'opportunité d'être interviewée sur mon ouvrage à La Garde, une localité entre Solliès-Ville et Toulon. Du direct dans les studios de Radio Maria. C'était l'occasion d'aborder le chrétien chez Jacobs dans Blake et Mortimer. J'étais en compagnie de Roland Francart et nous avons eu la parole à tour de rôle, moi la première pour me présenter au tout début de l'interview.

J'ai repris à la minute 4.04 pour raconter la disparition d'Olrik et son retour dans L'Enigme de l'Atlantide. Olrik fait ses adieux à la page 11, case 8. J'attire l'attention, comme E. P. Jacobs me l'avait fait autrefois, sur la croix d'un fil téléphonique que tient Olrik à la page 11, case 10...

Le traître disparaît à jamais (page 12, case 11), du moins dans l'esprit d'E. P. Jacobs...

Sous la pression des lecteurs, après plus d'une vingtaine de semaines d'absence dans le journal Tintin, Olrik réapparaît... sous une forme étrange, page 37, case 9...

J'ai encore repris la parole à la minute 15.28 (église et orgue de Solliès-Ville) et poursuit en alternance avec Roland Francart jusqu'à la fin de l'interview. 

Pour sa part, Roland Francart enchaîne à la minute 1.30 pour présenter le grand auteur belge Jijé et notre expo "Jijé aux 100 facettes" exposée à Solliès-Ville 2014 et qui le sera également à Angoulême 2015 et dans d'autres festivals BD. Roland reprend à la minute 9.00 pour raconter ses débuts dans les festivals, ce qu'est le CRIABD, etc...

Je vous invite à écouter l'enregistrement dans son intégralité (17.56 min) ou les parties qui vous intéressent (voir les minutes indiquées plus haut) :


 

Pages en rapport sur le sujet dans E. P. Jacobs, Témoignages inédits :

(dans l'ordre de l'interview)

Le Chemin de Croix p. 227
La Résurrection p. 235
L'Ascension p. 190
La Cène p. 233.

 

Lien vers notre interview sur le site de Radio Maria

 

 

16:30 Écrit par Viviane Quittelier dans Interviews de Viviane | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/08/2014

Blake et Mortimer dans l'Histoire (2)

blake-188721.jpgJe vous avais annoncé que Le Point s'était associé à Historia pour la publication d'un hors-série entièrement dédié à Blake et Mortimer Les personnages de Blake et Mortimer dans l'histoire.

Ayant été sollicitée par l'équipe éditoriale aux fins de leur fournir quelques photos et documents, "mon petit bijou", déjà sélectionné par Mosquito pour la couve de E. P. Jacobs, Témoignages inédits, apparaît ici à la page 11 :

EPJ Dédicace à VQ 001 (2).jpg

Rien d'inédit, me direz-vous. Non, mais les photos et documents sélectionnés sont représentés en grand format, plus grand que leur taille réelle et, tout comme mon ouvrage, sur du papier d'excellente qualité. Prix : 8,90 €

Quant au contenu, j'avoue ne pas avoir encore tout lu. L'album est ouvert là sur la table et, au fil des jours, j'en poursuis la lecture.

Le portrait "Rencontre d'un auteur rare : Edgar P. Jacobs" par Michel Daubert m'a rappelé bien des souvenirs. J'y relève cependant quelques erreurs musicales. Edgar n'a pas été élève au Conservatoire Royal de Bruxelles, mais à l'académie de musique d'Etterbeek où il obtint un Prix d'Excellence ainsi que la Médaille du Gouvernement. Il a bien étudié Faust dans le cadre de ses études à l'académie, mais pas chanté à l'Opéra de Lille ! Des petites erreurs provenant sans doute des notes d'autrefois... Et si Edgar avait bluffé ? Michel Daubert a bien ressenti que Jacobs se résignait davantage au supplice de la question qu'à la soumission ! J'ai d'ailleurs beaucoup apprécié son portrait de Jacobs. Je vous invite à relire la fin de mon chapitre "Les soucis vestimentaires d'Edgar" (dans mon ouvrage p. 37-38-39) après avoir lu la description de Michel Daubert...

 

 

Historia B et M.jpgEn même temps, juillet 2014, Historia sortait le même album avec une autre couve, au prix de 9,90 €, soit un euro de plus.

Le contenu est semblable. Toutefois le choix du papier, sensiblement plus épais et plus lourd, apporte une meilleure reproduction des documents et photos. Certains n'y verront pas de différence. Croyez-moi, le maître du Bois des Pauvres m'a transmis ses exigences du détail et de la plus parfaite reproduction des couleurs. Combien de fois avait-il été déçu au vu du résultat dans le journal Tintin ou dans les albums.

A choisir, pour le graphisme, je préfère cet album.

Avis aux puristes...

 

 

31/07/2014

Hommage à Willy Brion (2)

willy,brionMerci de bien vouloir transmettre l'avis de décès à vos connaissances qui pourraient être intéressées.

Voir les cartes de souvenir/remerciements plus bas
les photos aussi plus bas et dans la publication précédente du 30.07.2014


Willy Brion - Citations et témoignages

Pour rappel, mon professeur de piano Willy Brion avait été cité dans ma bibliographie succincte de Jacques Fiérain dans son ouvrage La BD dans la province du Hainaut, éditions l'Age d'Or, p. 66.

Il a également été plusieurs fois cité dans mon ouvrage E. P. Jacobs, Témoignages inédits, Mosquito, dans lequel j'ai repris ses témoignages ayant un lien direct avec la vie et l'oeuvre d'Edgar P. Jacobs :

p. 2 (Remerciements),
p.70 (chapitre François Faignart, musicien et peintre amateur),
p. 86 (chapitre Le Service militaire),
p. 117 (chapitre 1942, une année charmière),
p. 188 texte + note de bas de page (chapitre Le Mystère de la Grande Pyramide). 

 

Willy Brion - Hommages

Après avoir rendu un hommage à mon cher professeur de piano et photos souvenirs (publication du 30/07/2014), place aux hommages :

d'anciens directeurs, élèves et parents d'élèves,

mais encore d'amis ayant un lien avec Edgar P. Jacobs ou la BD (voir plus bas, en-dessous de la photo du moulin de Fontvieille).

(copié-collé, d'où les différentes polices)

 

Anciens directeurs et préfets

Excellent  professeur très dévoué
Paul-Baudouin Michel, ex-directeur de l'académie de Woluwe-St-Lambert

Je garde de Mr Brion le souvenir d'un homme généreux, fidèle à ses engagements (que de temps consacré bénévolement aux Petits Chantres de St Michel) et suis fier et heureux d'avoir pu partager un bout de sa route lors de sa longue carrière à St Michel.
Roland Bekkers, ex-préfet du Parascolaire au collège St-Michel

 

Anciens élèves et parents d'anciens élèves

"Mr Brion" est quelqu'un qui a marqué toute mon adolescence et reste certainement une figure marquante, un maître rigoureux mais bon, attentif, soucieux de ses élèves. Je lui dois beaucoup, car c'est grâce à lui que j'ai pu progresser en piano, cet instrument qui me reste cher et vers qui je retourne toujours volontiers. 
Il a aussi été le professeur de Thérèse qui ne l'oublie pas.
Le goût du piano, la démarche vers une partition ou un morceau de musique est toujours emprunt de sa manière à lui d'expliquer. Je suis aussi très heureuse que Damien ( le 2ème , 16 ans) s'est mis aussi au piano (un peu tard) depuis 4 ans mais il avance très bien. C'est surement parce qu'il a entendu que je jouais encore et c'est grâce à Mr Brion. Mes parents entretemps ont reçu la nouvelle et ont aussi été très touchés comme les parents de Luc et Vincent d'ailleurs (NdlR Decleire). 
Dominique Hermans, ancienne élève et maman de Thérèse Decleire, ancienne élève également

 

Une page se tourne il fut bien plus qu’un simple professeur prenant le temps d’écouter ses élèves et surtout de tenter de découvrir qui ils étaient....je suis contente de lui avoir dit au revoir la semaine dernière.... il me disait combien ne plus jouer de piano lui manquait .... J’espère que là où il est, il a un auditoire qui ne se lassera pas de l’écouter...... merci pour tout Mr Brion....
Quel beau résume pour une vie si remplie.... Merci j ai appris des choses sur lui et ce malgré ses nombreux récits dont je me souviendrai encore longtemps......... Je n oublierai jamais les locaux de piano.... Et surtout je ne l oublierai jamais...
Anne Delrue, ancienne élève

J'ai été pendant quelques années élève de Willy Brion (à St Michel) (1956 à 62). J'ai été marqué à jamais par l'amour que vouait W. Brion à la musique de Bach. Je pense très souvent à W. Brion en écoutant Bach.
Guy Wezel, ancien élève

Coucou frangin !! Je confirme  sans réserve ce que tu témoignes.
Une grande partie de ce que je sais et de ce que je fais en musique, et de ce que je tente de transmettre à mes enfants, trouve de fait sa source indéniable dans l'enseignement reçu à St-Mich, en Humanités (1954-1960), de Willy Brion . Il n'y a aucun doute : quelle chance nous avons eue à l'Internat du Collège, et que de fameux souvenirs et amitiés artistiques ! Mais j'ignorais que Mr Brion était resté pédagogue pianiste si longtemps (années 2000 ?) à St-Michel ! . On aimerait croire que de tels maîtres-artistes sont..plus ou moins remplaçables dans le cadre scolaire actuel..!!!
Autre détail: il ne m'est absolument pas difficile de garder la mémoire concrète de ce grand Monsieur,  qui m' a beaucoup transmis, puisque je retrouve simplement, tout à fait régulièrement dans ma bibliothèque, ici à Charleroi, par les temps qui courent,   de nombreuses partitions d'origine que Willy Brion s'efforçait à l'époque , avec sa patience, et sa méthode, de me faire jouer plus ou moins valablement  ; je pense par exemple à la Sonatine de Joseph Jongen,etc., il y a aussi la 'Théorie Musicale' de Fernand Fontaine, etc.. . Conservons donc cette mémoire, et Courage à Mme Quittelier !.
Yves Wezel, ancien élève

J'apprécie toujours énormément mon professeur de piano, son talent musical et son approche pédagogique.
Aubry Springuel, ancien élève

Et je suis extrêmement reconnaissant d'avoir eu la chance de l'avoir revu quand ça allait bien. Je garde un souvenir impérissable de lui et à chaque fois que je joue quelque chose, il n'est jamais très loin...
Raoul Goffin, ancien élève

Mr. Brion etait un excellent professeur qui m a donne la passion pour le piano et la musique que je transmets maintenant a mes enfants. Il restera a jamais grave dans mes souvenirs d enfance...
Stépanie Panichelli, ancienne élève

un très grand merci pour ce bel éloge d'un grand Monsieur...Il a accompagné les progrès de ma plus jeune fille Stéphanie durant tant d'années. Aujourd'hui encore nous parlons de lui avec admiration, et ses conseils résonnent en nous quand les enfants de ses anciens élèves, mes petits-fils, recherchent à produire leurs premières mélodies au piano...
Viviane T., maman de Stéphanie Panichelli

Sur la route du retour vers Paris, je suis tombé par hasard sur France Musiques où l’on diffusait l’Intermezzo opus 118 de Brahms que j’aime beaucoup et que j’ai travaillé avec Mr Brion, cela m’a beaucoup ému aussi. Beaucoup de musiques que j’ai retenues par cœur et qui m’ont ensemencé, entre autres de nombreux Préludes et Fugues de Clavier bien tempéré, je les lui dois. Tout en nous ouvrant à la diversité du répertoire, il avait l’art de repérer avec quels compositeurs l’affinité était plus grande.

Merci d’avoir rappelé ces quelques étapes de sa vie. Il y avait des événements que je connaissais, d’autres que j’ignorais mais qui, mis en perspective, éclairaient davantage son trajet et sa plus grande humanité.

Vincent Decleire, ancien élève

Nous avions pour Mr Brion de la reconnaissance, une amitié sincère et de l'admiration pour tous ses efforts pour épanouir par la musique les jeunes.
Mr et Mme Decleire, parents de Vincent

 

À mon très cher et regretté Professeur...

Cher Monsieur Brion,
Les problèmes de santé m'empêchent d'être présente aujourd'hui, mais vous êtes et serez toujours dans mon cœur. En ce jour de célébration, je tiens à vous remercier une fois encore de m'avoir ouvert les portes du Royaume de la Musique dès la plus tendre enfance, toujours avec gentillesse, passion et patience... Comme vous le disiez à l'époque, vous étiez un peu comme mon «grand-père musical » et nous avons parcouru ensemble 12 longues et riches années...
Vous partez aujourd'hui, mais vous laissez derrière vous votre empreinte dans la vie et le cœur des très nombreux élèves que vous avez initiés et formés pendant plus d'un demi-siècle. Parmi ceux-ci, certains continuent de perpétuer votre message à leurs propres élèves, essayant de perpétrer votre grand sens musical et votre amour du piano et de la musique. 
Merci, tout simplement merci ... Et bonne route… vous nous manquerez... Je vous embrasse,
Anne-France Fosseur, ancienne élève

Delphine aimait beaucoup son professeur de piano.Il lui a transmis son amour de la musique.
(Willy et mon père ont eu ,comme professeur,Jean Absil ...)
Je compatis à votre peine (ainsi qu'à celle de Noisette)
Mireille Devaux, maman de Delphine Eggen

 

Anciens élèves et parents d'anciens élèves de Viviane Quittelier

Les quelques cours isolés et conseils que Willy Brion m'a donné restent figés dans ma mémoire et continueront de m'accompagner.
Grégory Bulnès, ancien élève de Viviane Quittelier

Il ne m'a jamais donné cours mais j'ai toujours écouté ses conseils avec beaucoup d'attention. Un homme remarquable pour lequel j'ai toujours ressenti beaucoup de respect et d'admiration. 
Olivier Halein, 
ancien élève de Viviane Quittelier

 

J'ai eu la chance de rencontrer quelques fois Monsieur Brion, il y a très longtemps 
au collège Saint Michel, puis aussi dans les années 90.
J'en garde le souvenir d'un homme doux et souriant.
Jean Fontaine, papa d'anciennes élèves de Viviane Quittelier

 

Amis ayant un lien avec Edgar P. Jacobs et/ou la BD 

Visite de plusieurs sites provençaux dont le moulin de Fontvieille
avec Willy Brion, Roland Francart, Dodo Nita, moi et bien sûr... Noisette :
 

willy,brion

 

 

René Nouailhat, auteur de Jacobs, la marque du fantastique, Mosquito :

Grande tristesse ! Nous avons eu la chance de rencontrer Willy Brion grâce à votre venue à Fontvieille (NdlR : lors d'un voyage au Festival BD de Solliès-Ville en 2008)Il restera dans notre mémoire et notre prière. Amitiés à Roland Francart.

(Je lui ai annoncé que mon livre sur Olrik était paru chez Mosquito, mais ne sera distribué en librairie qu'en octobre. J'y cite bien sûr beaucoup vos "Témoignages inédits").

Très cordialement, René avec Inge.

 

François Riche, fils de Daniel Riche, auteur d'un article sur Edgar P. Jacobs « Subversion et empire : Jacobs, une terre trop loin » dans le catalogue « Angoulême 90, le magazine ».

Sacré willy ! Je me souviendrai de cet homme attachant qui m'a fait l'honneur de dîner à la maison en ta compagnie et celle de Roland Francart - sans oublier la présence de Noisette.
(NdlR : lors d'un voyage au Festival BD de Solliès-Ville)

 

Dodo Nita, Auteur de Tintin en Roumanie, Festival BD en Roumanie, CRIABD :

 
Chere Viviane, je vous souhaite mes sinceres condoleances, d`autant plus que j`ai eu le plaisir de le connaitre (NdlR : lors d'un voyage au Festival BD de Solliès-Ville 2008).

 

Merci pour vos marques spontanées de sympathie, d'amitié et de reconnaissance.

J'ai lu les hommages que j'ai pu recevoir à temps pendant la messe de célébration du 25 juillet 2014 et j'ai invité les anciens élèves présents à témoigner eux-mêmes.

 

 
 
Au resto à La Farlède pendant le festival BD de Solliès-Ville 2009 :
 

willy,brion

 

 Petite sieste à l'ombre à Tarascon, pendant le voyage vers Solliès-Ville en 2010,
à côté de ma C5 car les zones d'ombre étaient rares et il marchait de plus en plus difficilement :

willy,brion

D'autres photos dans la publication précédente du 30.07.2014

Willy Brion - Cartes de souvenir/remerciements

Que les personnes qui l'ont connu et qui désireraient recevoir une carte de remerciements version papier m'envoient leur adresse postale via le lien à gauche "me contacter" ou via un commentaire (confidentiel qui ne sera pas publié). Des faire-parts sont aussi disponibles. Egalement disponibles par mail la carte de remerciements en format .pdf et le faire-part en .jpg. 

Contenu de cette carte recto/verso (pliable) & faire-part :

willy,brion

 willy,brion  willy,brion  willy,brion

 

 

 

 

 

 

 

 Merci encore de bien vouloir transmettre l'avis de décès à vos connaissances qui pourraient être intéressées.

12:04 Écrit par Viviane Quittelier dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : willy, brion |  Facebook |

30/07/2014

Hommage à Willy Brion


Hommage à mon cher professeur
et photos souvenirs

 

willy,brion

 

 

Voici ce que j'ai plus ou moins raconté lors de la messe de ses funérailles :
 

Tout d’abord j’aimerais dire à chacun, chacune, un tout grand merci d’être ici pour rendre un dernier hommage à un excellent pédagogue.

Mr Brion, Willy, vivait constamment dans le passé. Il aimait raconter des épisodes de sa vie dont certains m’ont été répétés des dizaines de fois…

A 17 ans, en 1937, Willy entre au Conservatoire Royal de Musique de Bruxelles dans le but de faire une carrière pianistique internationale. Mais il y aura la guerre…

En mai 1940, alors qu’il prépare son 1er diplôme de piano, il est rappelé et est envoyé avec sa troupe dans le Sud de la France. Il parvient à trouver un bon piano chez une dame et travaille son programme publique de mémoire, sans partitions. Sur l’ensemble, il coince à un seul endroit, à la recherche d’un accord qu’il ne trouve pas. De retour à Bruxelles, il s’empresse d’ouvrir sa partition et constate qu’il n’y avait pas d’accord, qu’il fallait tout simplement tenir le précédent. La date du concours est reportée en septembre à cause des événements. Willy obtient un 2nd Prix avec distinction dans la classe de Charles Scharrès. Il ne prend pas de vacances et se remet aussitôt au travail. Il obtient le 1er Prix avec distinction l’année suivante en 1941 après une année écourtée.

Il obtient également d’autres diplômes entre 1939 et 1947 : 1er Prix de Solfège, 1er Prix d’histoire de la Musique, 1er Prix d’harmonie, 1er Prix de Musique de chambre et 1er Prix de contrepoint.

Willy poursuit ses études en vue du diplôme Supérieur de piano, dit de Virtuosité. Le programme exigeait alors 3 années de préparation. Sur les conseils du papa (avenir incertain à cause de la guerre), Willy tente de se présenter au terme de 2 années seulement.

Pari gagné : il obtient le diplôme Supérieur de piano en 1943.

Heureusement, pas de session l’année suivante et le Concours Eugène Ysaye auquel il espérait se présenter est suspendu également. Willy souhaite se lancer dans une carrière de concertiste et espère pouvoir donner un premier récital dans le cadre du Conservatoire. Refus, Willy est considéré comme étant trop fort par rapport aux élèves. En compensation, il est envoyé en tournée en Allemagne occupée juste après la guerre. Il la fera, mais sa fiancée, Gilberte Vanhelmont n’apprécie guère la séparation…

Il l’épouse à l’église Ste Gertrude d’Etterbeek en 1947.

La 1ère session piano du Concours Reine Elisabeth a lieu en 1952. Willy a 31 ans au moment des inscriptions. Il écrit à la Reine pour obtenir une dérogation (30 ans maximum). Pas de réponse favorable, le règlement étant strict. Mais il obtient une compensation : devenir directeur du Conservatoire de Halifax. Son épouse ne voulait pas le suivre. Il n’aura pas d’autre choix que de rester en Belgique et faire carrière dans l’enseignement : académies de Forest et Woluwe-St-Lambert et au collège St-Michel de Bruxelles.

 

willy,brion

Willy Brion donnera un récital de piano au Palais des Beaux-Arts le 10 mars 1950...

 

willy,brion

 

... et jouera régulièrement en direct à la radio. Combiner les deux, l'enseignement à temps plein et les récitals, ce n’est pas facile. Finalement Willy se donnera à fond dans l’enseignement, sans compter les heures supplémentaires données à titre gracieux, aussi bien chez lui que dans le cadre des établissements scolaires où il prolonge régulièrement le temps imparti et encore le temps consacré bénévolement aux Petits Chantres de St-Michel (la chorale du Père Collart). 

Willy et son épouse n’auront pas d’enfants, mais ils prennent la charge d’un garçon de 13 ans qu’ils connaissaient (lien familial), mal traité par ses parents et placé par le juge jusqu’à sa majorité. Pierre Smeesters (Pierrot), décèdera  à l’âge de 49 ans.

Entretemps, j’ai entamé l’étude du piano à l'académie de musique de Woluwe-St-Lambert dans la classe de Philippe De Clerck, professeur conseillé par ma grand-mère paternelle pianiste (Jeanne, alors compagne d'Edgar P. Jacobs) qui connaissait mieux sa famille que les Brion, ignorant que son père, François Faignart, avait été l’accordeur du petit Willy…

 

François Faignart et son grand chapeau, tel que Willy s'en souvenait, un homme imposant
(alias Le Cheik dans Le Mystère de la Grande Pyramide) :

willy,brion

(c) Viviane Quittelier
Photo parue dans E.P. Jacobs, Témoignages inédits, Mosquito, p. 69

Après une année de cours, fin août, mon professeur de piano Philippe De Clerck est dans le coma et son épouse est très mal en point suite à un accident de voiture près de Gap. Fin septembre, presque à la clôture des inscriptions, je me retrouve sans professeur, on ne savait rien sauf que c’était très grave. J’ai pris le palmarès et j’ai comparé les résultats des élèves. J’en ai déduit que Mr Brion avait une excellente classe de piano. Je me suis adressée à lui. Il n’avait plus de place, mais accepte de noter mon nom et mon numéro de téléphone. Je me souviens de son coup de fil auquel j’ai répondu. J’avais été choisie, il ne me restait plus que la formalité à remplir auprès du directeur de l’académie, Paul-Baudouin Michel. Willy m’avouera des années après qu’il avait également été voir mes résultats dans les palmarès de l’académie avant de m’accorder la priorité…

Au terme de 3 années dans sa classe, mon jeu a plu au directeur de l’école de musique de Nassogne, André Maillé, qui m’engage directement comme professeur de piano. J’ai à peine 17 ans, pas encore de diplôme et je devais absolument entrer au Conservatoire avant 18 ans (règlement d’époque). Mr Brion décide alors de me prendre en charge pour poursuivre mon apprentissage du piano, retarder mon entrée dans la classe de piano au Conservatoire et j’assiste à des heures et des heures de cours dans ses classes (à St-Michel et Woluwe-St-Lambert) pour apprendre mon métier d’enseignante. Mon professeur me remplace à Nassogne lorsque je dois m’absenter pour motif d’obligations scolaires. Il s’aperçoit que je m’en sortais plutôt bien et il m’engage 2 ans plus tard pour le seconder au collège St Michel. J’ai à peine 19 ans. J’ai dû être une des toutes 1ères femmes enseignantes à entrer dans le collège encore réservé aux garçons.

Mr Brion récompensait ses meilleurs élèves et organisait avec eux des excursions d’un jour en Belgique, puis de 2, 3 jours et plus à Larochette (Grand-Duché de Luxembourg). Il ira jusqu’à 3 semaines avec son groupe à Guillestre (Hautes Alpes). Pierrot a fait partie de ces excursions et voyages. Je suis allée plusieurs fois à Guillestre, faisant également partie du groupe.

Chaque année Mr Brion recevait des élèves chez lui à un goûter de Noël. Il préparait des jeux, son épouse un goûter délicieux et la remise des récompenses se faisait en fin de journée. J’y ai été invitée à plusieurs reprises.

Au fond nous formions une très grande famille…

En 1993, son épouse Gilberte décède subitement. Dès qu'il a appris cette triste nouvelle, Willy est effondré. Le soir même du décès, il est venu frapper à ma porte, à l’âge de 73 ans. Je l’ai accueilli… aidé et soutenu jusqu’à la fin.

willy,brion

 

Quelques souvenirs de Willy Brion et sa chienne Noisette

qu'il avait été chercher à Animaux en périls.

 

Vacances en Savoie en 2007 :

willy,brion

 

willy,brion

 

willy,brion

 

 Le 30 décembre 2007, quand il pouvait encore lire :

willy,brion

 

En 2009 :

 

willy,brion

 

 En août 2010, en excursion à la ferme Libert :
(Malmedy, dans les Fagnes, voir
 E.P. Jacobs, Témoignages inédits, Mosquito, p. 104, p. 134 & 135)

willy,brion

 

Pendant le Festival BD de Solliès-Ville 2010, dans le jardin d'un resto à La Farlède :

willy,brion

 

Le 13 novembre 2013 :

willy,brion

 

Le 6 juillet 2014, 13 jours avant son départ :

willy,brion

 

willy,brion

 

18:03 Écrit par Viviane Quittelier dans inédit, Musique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : willy, brion, inédit |  Facebook |

21/07/2014

Willy Brion pianiste et pédagogue

J'ai la profonde tristesse d'annoncer le décès de Willy Brion ce 20 juillet 2014 à l'âge de 94 ans.

Il a été mon professeur de piano, ami puis compagnon.

En ce temps de vacances scolaires, merci à ceux et celles qui l'ont connu ou de par leurs connaissances faire circuler cet avis à d'autres de ses anciens élèves, aux enseignants et personnel du Collège St Michel (il y a enseigné jusqu'en 2007). Willy Brion (e.a. diplôme Supérieur de Piano "Conservatoire Royal de Musique de Bruxelles") a également enseigné le piano aux académies de musique de Forest et de Woluwe-St-Lambert entre 1945 et 1985.

willy brion

 

Pour info, la messe aura lieu ce vendredi à 10 h à l'église Ste-Gertrude de Lillois, rue Francq, GPS sentier du Pré Coquette (accès route asphaltée depuis le rond-point rue Francq et rue Gaston Dubois, face à la boulangerie Nicolas).

Annonce nécrologique 

Un service de condoléances sera assuré dès ce mardi 22 juillet 2014 sur le site des pompes funèbres.

Déjà merci pour vos marques de sympathie. 

 

17:25 Écrit par Viviane Quittelier dans Edgar P. Jacobs et ses proches, Musique | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : willy brion |  Facebook |

10/07/2014

Blake et Mortimer dans l'Histoire

Le Point s'est associé à Historia pour la publication d'un hors-série entièrement dédié à Blake et Mortimer.

Ayant été sollicitée par l'équipe éditoriale aux fins de leur fournir une série de photos et documents, je ne peux que vous conseiller cet album (déjà en librairie !) : 

 

blake-188721.jpg

 

 

02/07/2014

Repérages de l'Affaire du Collier

Fréric, administrateur du site Centaur Club, organise ce samedi 5 juillet 2014 une journée "Affaire du Collier" dans Paris.

J'y serai ! Je prendrai le TGV pour la 1ère fois et rejoindrai le groupe des participants sur les traces de Duranton.

Où, quand, planning, ... ?

Rendez-vous le 05 juillet 2014 à 9h30 : stations du "Président Kennedy" (ligne C du RER)

 

Duranton01.jpg

Reproduction du plan du Centaur Club (c)

 

Voir les informations sur le sujet dans le forum du Centaur Club.

(de préférence remonter au début du sujet)

20/05/2014

De nouveaux inédits...

Voici quelques brèves :

Je me suis rendue ce weekend au Festival BD de Roubaix. Ma visite surprise a enchanté les organisateurs.

Que de souvenirs lorsque j'y étais invitée d'honneur en avril 2010 : garer ma voiture devant La Piscine (où j'ai donné une conférence et où s'est déroulée l'inauguration du Festival), retrouver sa table de dédicaces (bien évidemment occupée par un dessinateur), fouler le trottoir devant l'hôtel où j'ai logé, celui de la librairie qui m'a reçue, revoir l'hôtel de ville et l'église St-Martin aux façades complètement nettoyées... et de nouveau sous un soleil radieux.

Nord éclair 25-4-10.jpg

 

Je serai au Festival BD de Solliès-Ville (Var) du 22 au 24 août 2014, présente dans l'église St-Michel, je tiendrai les orgues dont le buffet est le plus ancien de France, époque du Roi Soleil...

 

Je suis sollicitée par des éditeurs :

1) fournir des copies de photos originales pour illustrer des articles sur E. P. Jacobs

2) rédiger moi-même un article sur base de nouveaux inédits...

Plus de précision en temps utile...

Et en prime un nouvel inédit sur ce blog ?

By Jove !

18:01 Écrit par Viviane Quittelier dans Actualité, Festival BD | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/04/2014

Clin d'oeil à Jacobs

J'ai eu l'occasion de rencontrer Jacques Hiron, auteur de Carnets de Syldavie (Mosquito), à l'Assemblée Générale des Amis de Hergé en mars dernier. Jacques y avait présenté un exposé sur des couvertures clins d'oeil à Hergé, et parfois aussi simultanément à Jacobs ou à Blake et Mortimer.

Jacques m'a envoyé copies de quelques couvertures dédiées à Jacobs aux fins de vous les partager :

Couv Animal Lecteur de 2014 dessin Libon.jpg

couv de février 2008.jpg

Couv Lire de novembre 2012.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

FOCUS de janvier 2010.jpg

magazine danois de 1983.jpg

Dans l'ordre :

1. Couv Animal Lecteur de 2014 dessin Libon

2. couv de février 2008

3. Couv Lire de novembre 2012

4. FOCUS de janvier 2010

5. magazine danois de 1983

26/02/2014

Appareils photos

Une exposition de collections inédites d'anciens appareils photos se tient actuellement à Wavre et ce jusqu'au 9 mars 2014.

Une exposition qui semble intéressante, pour nous fans de Blake et Mortimer, car des appareils semblables à ceux dessinés dans L'Affaire du Collier y sont présentés. Une chasse me parait possible en s'y rendant avec un album, ce que je compte faire la semaine prochaine. Cette semaine, full time, ne pensez-pas que, si les infos se font rares sur ce blog, je me croise les bras. Je suis Webmaster sur d'autres sites et j'ai également des passions pour lesquelles je me consacre à fond depuis ma mise à la retraite. Je ne vous oublie pas non plus, loin de là, Blake et Mortimer me passionne toujours autant.

info sur le lieu : château de l'Ermitage

jours et heures d'ouverture : 
Du mardi au vendredi de 14 à 17h, les samedis et dimanches de 10 à 17h. Fermé le lundi.

article paru dans la dh/les sports

Je ne peux malheureusement pas vous faire partager la photo de l'article. En espérant que je pourrai prendre quelques photos sur place et vous les partager... Wait and see ?

11:31 Écrit par Viviane Quittelier dans Actualité, Documentation | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

10/01/2014

Jacobs à Lille

Un de nos fidèles lecteurs (que je remercie ici) a déniché un programme officiel n° 43 du 13-12-1931 du Grand Théâtre de Lille dont voici la page de garde :

Jacobs Lille 1.jpg

Jacobs y chantait pendant la saison 1931-32 et tenait les premiers rôles de baryton sous le nom de M. Jacob.

Voici une page intérieure du programme officiel avec la photo d'Edgar P. Jacobs, alias M. Jacob pour la circonstance :

Jacobs Lille 2.jpg

 

La photo reproduite est antérieure. Elle date de 1922 lorsque Jacobs avait signé son premier contrat d'artiste avec Léon Volterra aux côtés de Mistinguett pour La Grande Revue du Casino de Paris (cf Un Opéra de Papier page 39). C'est sans aucun doute la photo qu'il aura remise pour l'impression du programme.

19:33 Écrit par Viviane Quittelier dans A la mémoire d'Edgar P. Jacobs | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

02/01/2014

Années 2013 et 1953

Vous attendez une nouvelle mise à jour et elle n'arrive pas. Le temps passe vite, les occupations ne manquent pas et quelques petits soucis de santé ont retardé la réalisation de projets.

L'année 2013 s'est terminée semblable à celle de 1953 avec des températures très douces pour la saison. Je me souviens que mon grand-père de cœur m'a parlé de la fin de l'année 1953, qu'il n'y avait pas eu de gelée et que les géraniums avaient continué à croître. Les miens fleurissent encore à l'heure d'écrire ces lignes ! Je n'ai jamais vu cela. Habituellement une petite gelée vers la Toussaint leur donne le coup de grâce.

Et curieusement, si les deux années se ressemblent du point de vue climatique, les continuateurs de Blake et Mortimer viennent de terminer une suite à la fameuse Marque Jaune dont la première planche est parue en août 1953 dans le journal Tintin.

Vous ne l'ignorez pas, je ne suis pas favorable aux suites de Blake et Mortimer. Je lis les planches de L'Onde Septimus au fil de leurs parutions dans le quotidien la Dernière Heure les Sports. Et je dois reconnaître que cette fois je les lis avec un certain intérêt et éprouve même de l'impatience dans l'attente de découvrir la suite le lendemain. L'histoire me paraît plus proche de la pensée d'Edgar P Jacobs que les précédentes. Certaines cases sont familières, du déjà vu. Les dessins sont corrects. Mais avant de juger l'ensemble, j'attends d'avoir tout lu. J'en suis à la planche 42.

Je vous souhaite mes meilleurs vœux, une bonne année 2014 et que toutes vos espérances puissent se réaliser.

1953 15 (2).jpg

Une photo de René Quittelier prise pendant l'hiver 1952-1953. Son service militaire a duré deux ans et s'est terminé le 31 décembre 1953, il y a tout juste 60 ans.

19:40 Écrit par Viviane Quittelier dans A la mémoire d'Edgar P. Jacobs, Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : rené |  Facebook |

14/11/2013

EPJacobs et Tchernia sur Centaur Club

Notre ami Hudson a eu l'idée et la gentillesse d'ajouter le sujet Interview d'Edgar P. Jacobs par Pierre Tchernia sur le forum du Centaur Club (recherche : Tchernia)

Merci à lui !

Vos commentaires ici sont aussi les bienvenus afin de compléter les informations recueillies.

12:13 Écrit par Viviane Quittelier dans A la mémoire d'Edgar P. Jacobs | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

L'onde Septimus

L'Onde Septimus, le retour de La Marque Jaune et le nouveau Blake et Mortimer, paraît en exclusivité dans la DH.

Article annonce de la DH du 12 novembre 2013.

La première planche (numérotée 2) est parue dans la DH du mercredi 13 novembre 2013, la suivante dans la DH de ce jeudi 14 novembre 2013 et ainsi de suite...

Je pense que le quotidien belge peut se trouver dans certains kiosques en France et dans d'autres pays avec un jour ou deux de retard par rapport à la distribution belge.

Le journal peut aussi être lu en ligne (voir lien plus haut de l'article annonce ou via ce lien).

A vos marques jaunes... By Jove !

11:14 Écrit par Viviane Quittelier dans Posthume Jacobs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : l'onde septimus |  Facebook |

11/11/2013

Pierre Tchernia oublié ?

La presse nous parle de Pierre Tchernia abandonné dans une maison de retraite parisienne. Certains annoncent même son décès... par anticipation, en précisant : "Ce qui suit n'est pas de l'information. Personne (que nous sachions) n'est mort." Plutôt macabre et de mauvais goût !

Pierre Tchernia.jpg

Pierre Tchernia reste bien vivant dans nos mémoires. Son visage et sa voix particulière, très douce. Je me souviens d'une de ses interviews d'Edgar P. Jacobs. J'étais assez jeune. J'aimerais que ceux et celles parmi vous, chers lecteurs de ce blog, puissent m'aider à me rafraîchir la mémoire sur le sujet et à partager nos souvenirs.

J'ai beaucoup de flashs de Pierre Tchernia sur antenne, mais je ne peux discerner avec précision son interview jacobsienne. Je me souviens de l'annonce de mon grand-père pour qui il ne fallait, à tout prix, ne pas manquer d'écouter l'émission. Je l'ai bien sûr entendue et j'avais fort apprécié. Un enfant apprécie d'autant plus quand il s'agit d'un grand-père aimé qui passe sur antenne.

Était-ce du direct ou du différé ? Sur une chaîne française ou belge ? A la télévision ou à la radio ? Dans l'émission "La clé des champs" ou dans une autre ? En quelle année ? Et quel en était le contenu : sur le travail de Jacobs, sur un Blake et Mortimer particulier, sur un projet ? Voilà bien des questions que je me pose !

Mon père René était électricien spécialiste en télévision. Que ce soit chez Edgar P. Jacobs ou chez mes parents, nous pouvions capter toutes les chaînes de télévision et radios françaises et belges de l'époque. Un avantage qui ne m'aidera pas à discerner...

Une chose est sûre : Pierre Tchernia a créé l'émission La clé des champs en 1958-1959. J'avais 3 ans.

Merci à ceux qui en ont été les témoins de nous éclairer sur l'interview d'Edgar P. Jacobs  par Pierre Tchernia !

Notre ami Hudson a eu l'idée et la gentillesse d'ajouter le sujet Interview d'Edgar P. Jacobs par Pierre Tchernia sur le forum du Centaur Club (recherche : Tchernia)

Merci à lui !

Vos commentaires ici sont aussi les bienvenus afin de compléter les informations recueillies.

12:11 Écrit par Viviane Quittelier dans A la mémoire d'Edgar P. Jacobs, Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tchernia |  Facebook |