13/11/2017

Sur les pas de Jacobs dans la joaillerie Wolfers

Un extrait de mon livre :

"J’ai d’abord été engagé par la maison Wolfers comme dessinateur de bijoux et d’orfèvrerie. C’était un travail méticuleux exigeant une très grande précision. Je devais reproduire les sujets dans les moindres détails. C’était mal payé, mais intéressant − je dois le reconnaître aujourd’hui − cela m’a apporté énormément par la suite."

(Edgar P. Jacobs, témoignages inédits p. 75)

Réouverture du magasin de joaillerie Wolfers Frères, 1912
Me 29-11-2017 - Di 30-12-2018
 
au Musée du Cinquantenaire, là où Edgar P. Jacobs s'est tant de fois rendu avec son ami Jacques Van Melkebeke.
 
Une occasion de suivre les pas du créateur de Blake et Mortimer, de retrouver son univers et les décors qu'il a connus.
 
 

"105 ans après l’inauguration solennelle de la joaillerie Wolfers Frères en 1912, l’intérieur de ce magasin mythique sera de nouveau visible dans sa configuration d’origine.  Pour accueillir cet intérieur,  le Musée du Cinquantenaire a choisi une salle de forme et de superficie quasiment identiques à l’espace aménagé jadis par Victor Horta dans le bâtiment situé rue d’Arenberg, à Bruxelles.  Sur base d’une étude historique approfondie, les vitrines et les présentoirs seront de nouveau agencés de la façon imaginée par Horta. Le mobilier du magasin Wolfers, qui était présenté jusqu’ici de façon provisoire dans le musée, a été démonté, tandis que les autres éléments intérieurs ont été sortis de la réserve dans laquelle ils étaient stockés.  Les portes d’entrée originales seront également intégrées à la nouvelle présentation, de sorte que les visiteurs pénétreront dans la salle de la même manière que la clientèle de la joaillerie le faisait à l’époque.

L’intérieur du magasin a été restaurée selon les règles de l’art. Les meubles, réalisés en acajou de Cuba, ont été nettoyés et la couche de vernis originelle remise à neuf. Le revêtement de velours à l’intérieur des armoires a été recréé sur base du tissu original. La patine des ornements en bronze a été rafraîchie. Ainsi, l’harmonie des coloris telle que Horta l’avait voulu à l’origine sera de nouveau visible. Le rouge sombre de l’acajou poli, le vert foncé du velours et les accents dorés de la quincaillerie s’associent ainsi de façon harmonieuse avec  le mauve des murs.  Grâce à cette restauration et cette reconstruction poussées, les visiteurs auront réellement l’impression de franchir les portes de cet ancien temple bruxellois de l’objet de luxe."

Toutes les infos sur le site du Musée

header_image_wolfers_0.jpg

16:38 Écrit par Viviane Quittelier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.