10/08/2014

Blake et Mortimer dans l'Histoire (2)

blake-188721.jpgJe vous avais annoncé que Le Point s'était associé à Historia pour la publication d'un hors-série entièrement dédié à Blake et Mortimer Les personnages de Blake et Mortimer dans l'histoire.

Ayant été sollicitée par l'équipe éditoriale aux fins de leur fournir quelques photos et documents, "mon petit bijou", déjà sélectionné par Mosquito pour la couve de E. P. Jacobs, Témoignages inédits, apparaît ici à la page 11 :

EPJ Dédicace à VQ 001 (2).jpg

Rien d'inédit, me direz-vous. Non, mais les photos et documents sélectionnés sont représentés en grand format, plus grand que leur taille réelle et, tout comme mon ouvrage, sur du papier d'excellente qualité. Prix : 8,90 €

Quant au contenu, j'avoue ne pas avoir encore tout lu. L'album est ouvert là sur la table et, au fil des jours, j'en poursuis la lecture.

Le portrait "Rencontre d'un auteur rare : Edgar P. Jacobs" par Michel Daubert m'a rappelé bien des souvenirs. J'y relève cependant quelques erreurs musicales. Edgar n'a pas été élève au Conservatoire Royal de Bruxelles, mais à l'académie de musique d'Etterbeek où il obtint un Prix d'Excellence ainsi que la Médaille du Gouvernement. Il a bien étudié Faust dans le cadre de ses études à l'académie, mais pas chanté à l'Opéra de Lille ! Des petites erreurs provenant sans doute des notes d'autrefois... Et si Edgar avait bluffé ? Michel Daubert a bien ressenti que Jacobs se résignait davantage au supplice de la question qu'à la soumission ! J'ai d'ailleurs beaucoup apprécié son portrait de Jacobs. Je vous invite à relire la fin de mon chapitre "Les soucis vestimentaires d'Edgar" (dans mon ouvrage p. 37-38-39) après avoir lu la description de Michel Daubert...

 

 

Historia B et M.jpgEn même temps, juillet 2014, Historia sortait le même album avec une autre couve, au prix de 9,90 €, soit un euro de plus.

Le contenu est semblable. Toutefois le choix du papier, sensiblement plus épais et plus lourd, apporte une meilleure reproduction des documents et photos. Certains n'y verront pas de différence. Croyez-moi, le maître du Bois des Pauvres m'a transmis ses exigences du détail et de la plus parfaite reproduction des couleurs. Combien de fois avait-il été déçu au vu du résultat dans le journal Tintin ou dans les albums.

A choisir, pour le graphisme, je préfère cet album.

Avis aux puristes...

 

 

Les commentaires sont fermés.