06/07/2011

La vie secrète d'Hergé

Olivier Reitel.jpgJ'ai rencontré Olivier Reibel, auteur de La vie secrète d'Hergé, lors de l'AG des Amis de Hergé en mars 2011. Passionné par son ouvrage, Olivier m'a invitée à découvrir ses nombreuses recherches fouillées. Il m'a emmenée d'un album à l'autre de Tintin et Milou en attirant mon attention sur certains détails, un peu comme mon grand-père d'adoption le faisait. Curieuse d'en savoir davantage, j'ai acheté un exemplaire qui m'a été gentiment dédicacé. C'est aussi un honneur que mon ouvrage y soit renseigné, une première !

Olivier Reibel - Photo de Jean-Jacques Procureur

HergéSon livre est attrayant et se lit comme un roman. Le fait qu'il n'y ait pas de reproductions de vignettes ne m'a pas gênée. Ce qui m'a frappée en commençant la lecture, c'est une liste reprenant des albums de Tintin et Milou datant de la collaboration avec Edgar P. Jacobs. Or, je sais que le créateur de Blake et Mortimer était porté vers les sciences occultes et secrètes et que son influence a fort probablement eu des répercussions dans l'oeuvre d'Hergé. Nous savons aussi que Jacobs était heureux de travailler chez Hergé - il chantait en dessinant. Je suis convaincue qu'il y a eu des échanges en la matière, bien qu'Hergé, d'après les dires de Jacobs, restait à certains moments impénétrable. Jacobs le sera d'ailleurs tout autant sur les secrets de son oeuvre, à l'exception de quelques privilégiés, et certainement pas à un rival, soit-il un collaborateur de premier choix.

Dans son livre, Olivier Reibel se pose la question (p. 43) : pourquoi tant de références à la franc-maçonnerie écossaise dans Le Secret de la Licorne et Le Trésor de Rachkam le Rouge ? Chacun sait que ces deux albums ont été conçus pendant la collaboration avec Edgar P. Jacobs. J'ignore lequel des deux auteurs, Hergé ou Jacobs, en a eu l'idée et lequel a apporté le plus d'éléments significatifs. Jacobs était certes un érudit. Il n'aurait pas été franc-maçon, du moins il ne m'en a pas parlé. Le connaissant, je suis certaine que, dans le cas où il y aurait fait une courte intrusion (j'en doute très fort !) et qu'il aurait dès lors été autorisé à mentir à tout personne non-initiée, il se serait tu sur le sujet.

Mon avis pencherait plutôt sur Hergé pour l'apport des innombrables détails franc-maçonniques ajoutés çà et là dans les vignettes de ces deux albums. La franc-maçonnerie était un sujet que Jacobs abordait. M'a-t-il dit qu'Hergé avait été un temps franc-maçon ? C'est bien possible, mais je n'oserais l'affirmer. Au fil des pages de l'ouvrage, je me demande comment on peut en savoir autant sur des pratiques aussi secrètes que la franc-maçonnerie, si on n'y a pas été soi-même initié.

Ce livre nous apprend encore, par exemple, d'où provient l'expression "Tonnerre de Brest" !

Un livre, certes pointu, qui pourrait intéresser les passionnés d'Hergé et/ou de Jacobs ainsi que les amateurs de sens cachés.

17:09 Écrit par Viviane Quittelier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.