29/12/2016

Une nouvelle maquette de l'Espadon

J'ai annoncé une walking-conférence donnée par Jean Fontaine à Woluwe-St-Pierre, en octobre 2016.

Le public a répondu nombreux pour venir suivre, pas à pas, la vie du créateur de Blake et Mortimer et découvrir certaines révélations inédites.

Le scoop de la manifestation a été la présentation d'une nouvelle maquette de l'Espadon, longue de 116 cm ! 

2.jpg

Alessandro Tardioli et sa maquette exposée à Woluwe-St-Pierre:

IMG_20161005_183734.jpg

IMG_0043.JPG

 

Quelques photos reçues d'Alessandro :

production prototype.JPG

6.JPG

 

7.JPG

 

9.jpg

Et celle-ci prise par moi, à Woluwe-St-Pierre :

 

 

IMG_20161005_172632.jpg

 

 

 

 

29/01/2016

Blake et Mortimer à Angoulême 2016

Info de dernière minute : une rencontre de Jacobs, Blake et Mortimer à Angoulême pendant le Festival 2016.

René Nouailhat, auteur e.a. de La marque Jacobs et Olrik (Mosquito) parlera d'Edgar P. Jacobs ce samedi 30 janvier 2016 à Angoulême. Il donnera une conférence à 17 h dans l'église Saint-Martial :

"Le christianisme en Filigrane chez Blake et Mortimer" par René Nouailhat

Je pense bien que l'entrée est gratuite. Fans de Jacobs et de Blake et Mortimer, vous y serez les bienvenus !

By Jove !!!

15:14 Écrit par Viviane Quittelier dans Actualité, Festival BD | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

31/12/2015

Bonne année 2016

                                                  

Puisque le climat change, non pas dû à une machination d'un certain Miloch mais à l'espèce humaine toute entière et à ses inventions diaboliques, voici une photo de mon père avec Blacky.

C'était au Bois des Pauvres dans les années 1960, dans la propriété d'Edgar P. Jacobs.

1966. photos A 027.jpg

Je vous présente mes meilleurs vœux pour 2016 !

 

J'espère un retour à des conditions climatiques hivernales en hiver

 

et plus de sérénité sur le plan sécurité !

I am... all the thinks of.

 

 

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       

11:21 Écrit par Viviane Quittelier dans Actualité, Edgar P. Jacobs et ses proches | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

14/11/2014

Votez pour notre association

Ce serait sympa de voter massivement pour notre association de trains miniatures pleine de projets (voir plus bas : mission et prix) et que chacun(e) y contribue en quelques clics pour la faire passer en tête de sa catégorie. Dur, dur de rattraper les deux associations qui ont une longueur d'avance sur la nôtre. La première classée emporte automatiquement le prix.

Déjà un tout grand MERCI de participer au vote ! Voir plus bas "comment faire".

Notre projet de créer à Braine-l'Alleud un musée du tram vicinal en Brabant wallon touche de près les fans de Blake et Mortimer.

Edgar P. Jacobs a emprunté la ligne de chemin de fer vicinal pour se rendre à la butte du Lion de Waterloo.
La commune de Waterloo fait partie de Braine-l'Alleud.

Un de mes trains sur le réseau "HO courant continu" du club (AMFB) et en gare de Braine-l'Alleud :

DSC_0073.jpg

DSC_0075.jpg

La même loco chez moi lors d'un entrainement de roulage après un entretien.
Vue d'ensemble de mon réseau HO courant continu en construction (prise de vue en mars
 2014), le système blocs de sécurité a été débranché pour permettre à la loco de faire un tour de table sans s'arrêter et sans commander les signaux et les aiguillages.

 

 

Comment faire :

cliquer sur le site de la banque ING belge Solidarity Award
 
et ensuite:
- Sur la page d'accueil cliquer sur "votez pour votre association préférée"
 
- sélectionner la province : Brabant Wallon
- Sélectionner ensuite la catégorie : Jeunes

(ou directement
inscrire "amfb" dans la case recherche et lancer la recherche)
 
- Cliquez sur le logo AMFB
- En bas de la page cliquez sur "votez pour cette association"
- Sur la page suivante encodez votre adresse mail. - Puis répetez votre adresse mail. - Cochez je confirme avoir lu le règlement - Cliquez sur voter
 
Vous devriez recevoir un mail vous demandant de confirmer votre vote.
Merci de bien vouloir cliquer sur le lien pour confirmer.
 
Un seul vote par adresse mail (ou courriel)
Si vous en possédez plusieurs, et si le cœur vous en dit, vous pourrez recommencer l'opération et voter autant de fois que vous avez d’adresses mails. Vous pouvez aussi transmettre l'invitation à vos amis et connaissances.
 
A chaque fois merci ! Date limite : le 30/11/2014
 
 
Mission
Réunir des amateurs de chemin de fer réels et miniatures et partager la passion commune par des activités diverses : construction de réseaux miniatures, voyages en trains touristiques, visites d'expositions. Il nous tient à coeur de transmettre ce merveilleux hobby à caractère familial et intergénérationnel à la plus jeune génération. Pour ce faire nous développons un partenariat avec les écoles techniques de notre région pour créer un projet pédagogique visant à développer des liens entre adolescents par des réalisations communes. Nous gérons également une bibliothèque ferroviaire historique.
Prix
Développer notre communication envers les jeunes et assumer le déménagement de notre asbl vers la gare de Braine l'Alleud (nous avons un accord avec la SNCB) pour plus de visibilité et pour augmenter la surface disponible pour nos projets.
Créer dans cette gare un musée historique du vicinal en Brabant Wallon qui a un passé important et méconnu en ces temps ou il est opportun de rappeler les moyens de communications du siècle dernier au moment où le tout à la voiture n'existait pas encore.
Développer notre bibliothèque et financer notre projet pédagogique.

22:56 Écrit par Viviane Quittelier dans Actualité, Trains miniatures | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/10/2014

Pr Labrousse Prix Nobel ?

Je cite Le Monde du 09.10.2014 :

"Le prix Nobel de littérature 2014 a été attribué jeudi 9 octobre à l'écrivain français Patrick Modiano pour « son art de la mémoire ». Décerné à des auteurs dont l'œuvre « a fait la preuve d'un puissant idéal », cette récompense est considérée comme la plus prestigieuse dans le monde littéraire."

Benoît Verley, que nous connaissons tout particulièrement grâce à ses repérages de S.O.S. Météores sur le terrain et de l'exposition qu'il a réalisée sur le sujet, m'a envoyé ce petit mot que je souhaite partager :

"Bonjour, le choix de Patrick Modiano comme Prix Nobel de littérature 2014 m'amène à rappeler que celui-ci a habité 38 rue de Kurzène à Jouy-en-Josas dans son enfance, pendant deux ans, au milieu des années 50.

Il a certainement connu le professeur Labrousse...

Ci-joint la reproduction de l'article paru dans le magazine "Lire" n° 176 de mai 1990.

Bien à vous

Benoît"

 

Je remercie Benoît de m'avoir envoyé une copie de l'article Modiano, lieux de mémoire du magazine Lire n° 176 de mai 1990 :

 

Modiano-Jacobs 001.jpg

 

L'empreinte du frère absent... serait-ce celle du Pr Labrousse ?

 

Modiano-Jacobs 003.jpg

Modiano-Jacobs 004.jpg

Rêvons un peu...

La maison du 38 rue de Kurzène est très grande. Le Pr Labrousse y habitait dans les années 1950 en même que Patrick Modiano et sa famille. Le Pr Labrousse était érudit et possédait une fameuse bibliothèque (S.O.S. Météores p. 10 dernière case et haut de la p. 11.)

Et si c'était le Pr Labrousse qui recevait un Prix Nobel ?

Fort plausible dans un domaine scientifique...

Et pourquoi pas Edgar P. Jacobs lui-même, à titre posthume, pour son oeuvre ?

La fondation Nobel ne peut plus remettre de Prix Nobel à titre posthume depuis 1974. Une exception a été faite en 2011 pour le scientifique canadien Ralph Steinman, Prix Nobel de médecine.

Alors ? Tout devient possible...

 

Article et vidéo sur le Prix Nobel de littérature paru dans le Monde du 09.10.2014.

 

11:40 Écrit par Viviane Quittelier dans Actualité, Personnages d'E. P. Jacobs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : sos météores |  Facebook |

20/05/2014

De nouveaux inédits...

Voici quelques brèves :

Je me suis rendue ce weekend au Festival BD de Roubaix. Ma visite surprise a enchanté les organisateurs.

Que de souvenirs lorsque j'y étais invitée d'honneur en avril 2010 : garer ma voiture devant La Piscine (où j'ai donné une conférence et où s'est déroulée l'inauguration du Festival), retrouver sa table de dédicaces (bien évidemment occupée par un dessinateur), fouler le trottoir devant l'hôtel où j'ai logé, celui de la librairie qui m'a reçue, revoir l'hôtel de ville et l'église St-Martin aux façades complètement nettoyées... et de nouveau sous un soleil radieux.

Nord éclair 25-4-10.jpg

 

Je serai au Festival BD de Solliès-Ville (Var) du 22 au 24 août 2014, présente dans l'église St-Michel, je tiendrai les orgues dont le buffet est le plus ancien de France, époque du Roi Soleil...

 

Je suis sollicitée par des éditeurs :

1) fournir des copies de photos originales pour illustrer des articles sur E. P. Jacobs

2) rédiger moi-même un article sur base de nouveaux inédits...

Plus de précision en temps utile...

Et en prime un nouvel inédit sur ce blog ?

By Jove !

18:01 Écrit par Viviane Quittelier dans Actualité, Festival BD | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/02/2014

Appareils photos

Une exposition de collections inédites d'anciens appareils photos se tient actuellement à Wavre et ce jusqu'au 9 mars 2014.

Une exposition qui semble intéressante, pour nous fans de Blake et Mortimer, car des appareils semblables à ceux dessinés dans L'Affaire du Collier y sont présentés. Une chasse me parait possible en s'y rendant avec un album, ce que je compte faire la semaine prochaine. Cette semaine, full time, ne pensez-pas que, si les infos se font rares sur ce blog, je me croise les bras. Je suis Webmaster sur d'autres sites et j'ai également des passions pour lesquelles je me consacre à fond depuis ma mise à la retraite. Je ne vous oublie pas non plus, loin de là, Blake et Mortimer me passionne toujours autant.

info sur le lieu : château de l'Ermitage

jours et heures d'ouverture : 
Du mardi au vendredi de 14 à 17h, les samedis et dimanches de 10 à 17h. Fermé le lundi.

article paru dans la dh/les sports

Je ne peux malheureusement pas vous faire partager la photo de l'article. En espérant que je pourrai prendre quelques photos sur place et vous les partager... Wait and see ?

11:31 Écrit par Viviane Quittelier dans Actualité, Documentation | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

02/01/2014

Années 2013 et 1953

Vous attendez une nouvelle mise à jour et elle n'arrive pas. Le temps passe vite, les occupations ne manquent pas et quelques petits soucis de santé ont retardé la réalisation de projets.

L'année 2013 s'est terminée semblable à celle de 1953 avec des températures très douces pour la saison. Je me souviens que mon grand-père de cœur m'a parlé de la fin de l'année 1953, qu'il n'y avait pas eu de gelée et que les géraniums avaient continué à croître. Les miens fleurissent encore à l'heure d'écrire ces lignes ! Je n'ai jamais vu cela. Habituellement une petite gelée vers la Toussaint leur donne le coup de grâce.

Et curieusement, si les deux années se ressemblent du point de vue climatique, les continuateurs de Blake et Mortimer viennent de terminer une suite à la fameuse Marque Jaune dont la première planche est parue en août 1953 dans le journal Tintin.

Vous ne l'ignorez pas, je ne suis pas favorable aux suites de Blake et Mortimer. Je lis les planches de L'Onde Septimus au fil de leurs parutions dans le quotidien la Dernière Heure les Sports. Et je dois reconnaître que cette fois je les lis avec un certain intérêt et éprouve même de l'impatience dans l'attente de découvrir la suite le lendemain. L'histoire me paraît plus proche de la pensée d'Edgar P Jacobs que les précédentes. Certaines cases sont familières, du déjà vu. Les dessins sont corrects. Mais avant de juger l'ensemble, j'attends d'avoir tout lu. J'en suis à la planche 42.

Je vous souhaite mes meilleurs vœux, une bonne année 2014 et que toutes vos espérances puissent se réaliser.

1953 15 (2).jpg

Une photo de René Quittelier prise pendant l'hiver 1952-1953. Son service militaire a duré deux ans et s'est terminé le 31 décembre 1953, il y a tout juste 60 ans.

19:40 Écrit par Viviane Quittelier dans A la mémoire d'Edgar P. Jacobs, Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : rené |  Facebook |

11/11/2013

Pierre Tchernia oublié ?

La presse nous parle de Pierre Tchernia abandonné dans une maison de retraite parisienne. Certains annoncent même son décès... par anticipation, en précisant : "Ce qui suit n'est pas de l'information. Personne (que nous sachions) n'est mort." Plutôt macabre et de mauvais goût !

Pierre Tchernia.jpg

Pierre Tchernia reste bien vivant dans nos mémoires. Son visage et sa voix particulière, très douce. Je me souviens d'une de ses interviews d'Edgar P. Jacobs. J'étais assez jeune. J'aimerais que ceux et celles parmi vous, chers lecteurs de ce blog, puissent m'aider à me rafraîchir la mémoire sur le sujet et à partager nos souvenirs.

J'ai beaucoup de flashs de Pierre Tchernia sur antenne, mais je ne peux discerner avec précision son interview jacobsienne. Je me souviens de l'annonce de mon grand-père pour qui il ne fallait, à tout prix, ne pas manquer d'écouter l'émission. Je l'ai bien sûr entendue et j'avais fort apprécié. Un enfant apprécie d'autant plus quand il s'agit d'un grand-père aimé qui passe sur antenne.

Était-ce du direct ou du différé ? Sur une chaîne française ou belge ? A la télévision ou à la radio ? Dans l'émission "La clé des champs" ou dans une autre ? En quelle année ? Et quel en était le contenu : sur le travail de Jacobs, sur un Blake et Mortimer particulier, sur un projet ? Voilà bien des questions que je me pose !

Mon père René était électricien spécialiste en télévision. Que ce soit chez Edgar P. Jacobs ou chez mes parents, nous pouvions capter toutes les chaînes de télévision et radios françaises et belges de l'époque. Un avantage qui ne m'aidera pas à discerner...

Une chose est sûre : Pierre Tchernia a créé l'émission La clé des champs en 1958-1959. J'avais 3 ans.

Merci à ceux qui en ont été les témoins de nous éclairer sur l'interview d'Edgar P. Jacobs  par Pierre Tchernia !

Notre ami Hudson a eu l'idée et la gentillesse d'ajouter le sujet Interview d'Edgar P. Jacobs par Pierre Tchernia sur le forum du Centaur Club (recherche : Tchernia)

Merci à lui !

Vos commentaires ici sont aussi les bienvenus afin de compléter les informations recueillies.

12:11 Écrit par Viviane Quittelier dans A la mémoire d'Edgar P. Jacobs, Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tchernia |  Facebook |

01/01/2013

Meilleurs voeux 2013

Je vous souhaite une très heureuse année 2013 pleine de bonheur, de joies et tout ce qu'il faut pour ravir votre appétit jacobsien. Meilleurs voeux !

DSC_0022.jpg

 

21:19 Écrit par Viviane Quittelier dans A la mémoire d'Edgar P. Jacobs, Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/11/2012

La vie dessinée d'Edgar P. Jacobs

Il paraît qu'un article a été publié dernièrement dans le journal Métro de Bruxelles pour annoncer la publication de la BD La Marque Jacobs de Rodolphe et Louis Alloing et que mon nom y aurait été cité.

DSC_0708 Viviane.jpg

Je n'ai pas trouvé la trace de cet article sur Internet. Je remercie déjà le lecteur qui posséderait une copie et pourrait me la faire parvenir.

 

A propos de la BD La Marque Jacobs, voici le commentaire d'un de mes amis publié sur mon profil Facebook :

 très ému par cette bio bd ...

 

En savoir plus sur la publication de la BD La Marque Jacobs et son feu vert de la justice française :

Lire l'article de Daniel Couvreur paru dans le journal Le Soir du 7 novembre 2012.

08/11/2012

La Marque Jacobs

Inauguration de l'expo La Marque Jacobs au CBBD à Bruxelles.

Rodolphe et Louis Alloing devant l'affiche annonçant l'expo et la couverture de leur nouvelle BD :

DSC_0711.jpg

Louis Alloing me montre dessinée à côté de mon grand-père sur le panneau introductif de l'expo :

DSC_0706.jpg

Je suis en effet reprise dans l'album, exactement comme j'étais à l'époque et dans le même contexte :

 

DSC_0708 Viviane.jpg

Une BD que je vous invite à découvrir...


Interviews de Rodolphe et Louis Alloing

 


26/10/2012

In memoriam René

Il y a un an mon père René disparaissait.

Ce montage a été réalisé en sa mémoire :

 

René In memoriam 001.jpg

 

Cases de SOS Météores, Le Piège Diabolique et L'Affaire du Collier

11/10/2012

Les Quittelier

Après un article me concernant dans la rubrique "Un auteur de génie" (lien sur ce blog), la collection Hachette "Voitures & véhicules fantastiques, Blake et Mortimer", poursuit ses écrits sur les proches d'Edgar.

La rubrique "Les amis d'Edgar P. Jacobs" du fascicule 38 présente un article sur plusieurs membres de la famille Faignart-Quittelier qui ont occupé une place particulière dans la vie du créateur de Blake et Mortimer.

Il y est question du peintre Henri Quittelier et de François Faignart (mes deux arrières-grands-pères du côté paternel), mes grand-parents paternels (Jeanne Faignart et Henri Quittelier) et encore mes parents (Georgette et René Quittelier). Brieg Haslé, l'auteur de l'article, conclut en ces termes : "Nulle surprise que plusieurs membres de la famille Quittelier aient été croqués par le maître, devenant les modèles de nombreux personnages nés de sa main" (de la main d'Edgar P. Jacobs).  

Trois photos provenant de ma collection illustrent l'article. Les deux photos publiées en noir et blanc p. 243 et 268 dans mon ouvrage "E. P. Jacobs, Témoignages" sont reproduites dans le fascicule 38, la seconde en couleur et une troisième photo couleur inédite.

Voici la photo de la page 268 en couleur :

 

photo inedite


En savoir plus sur le fascicule n° 38

22/09/2012

Lasne au-delà des clichés

Jean-Jo Evrard m'avait contactée pour obtenir des renseignements sur Edgar P. Jacobs. Il préparait avec sa femme Dorothy un livre retraçant la vie à Lasne de plusieurs personnalités issues du patrimoine national. Le couple d'avocats honoraires au barreau de Bruxelles aimant la randonnée sont tombés amoureux des environs de Lasne et se sont installés à Ohain. Après avoir publié un premier livret de randonnées - Le Tour de Lasne à pied - en mai dernier, ils ont mené des recherches pour découvrir qui étaient les gens qu'ils avaient cités au passage. Ils ont rassemblé les documents et photos les concernant pour les publier dans un livre autre qu'un livret de randonnées. 

Lasne, au-delà des clichés de Dorothy Schuermans et Jean-Jo Evrard vient de sortir en librairie. Cet ouvrage nous fait découvrir une vingtaine d'artistes, écrivains et personnalités historiques qui sont soit nés à Lasne ou y ont passé leur enfance, y ont trouvé refuge pendant la guerre ou encore ont fait le choix délibéré d'y vivre, loin du bruit et des mondanités de la ville. 

Les auteurs sont classés par ordre alphabétique. Victor Hugo et Edgar P. Jacobs se suivent directement. Il n'y a qu'un pas, ou une page à tourner, pour passer du chemin creux d'Ohain, une photo couleur magnifique du chemin menant à la butte du Lion, à la villa du créateur de Blake et Mortimer, également une grande reproduction en couleur. On trouve aussi une photo inédite d'Edgar à l'entrée de sa propriété et d'autres illustrations liées à l'artiste

Victor Hugo a séjourné à Waterloo pour achever la rédaction de son roman Les Misérables. Il a naturellement parcouru les villages avoisinants et laissé des traces écrites sur ses allées et venues. J'avais repris, page 67 dans E. P Jacobs, Témoignages inédits, comment le grand écrivain avait trouvé le paysage d'Ohain "onduleux, varié, lumineux*".

Lasne, au-delà des clichés ne se limite pas à ces deux célébrités. Il met à l'honneur 27 personnalités qui ont été séduites par les vallées de la Lasne et du Smohain. Le texte, bien écrit et d'une grande clarté, nous emmène dans la région au travers des artistes et auteurs représentés. Un accent a été mis sur leur séjour dans la commune et l'influence de celle-ci sur leur parcours professionnel. Au fil des pages, on découvre de belles reproductions de photos de Lasne et des alentours, des demeures, des monuments, des statues, des oeuvres anciennes et contemporaines ainsi que des photos d'époque en noir et blanc. On peut relever un tas de renseignements intéressants et insoupçonnés. La région de Lasne est beaucoup plus riche qu'on ne le pense en dehors du champ de bataille de Waterloo.

Un album à feuilleter, un livre à lire et à relire au gré de ses envies ou encore un complément pour les fans de Jacobs...  

 

7.jpg

Lien vers le site des auteurs

Lien de l'article Lasne, au-delà des clichés paru dans La Libre et DH le 22 août 2012.


* Quelques adjectifs de Victor Hugo cités dans le livre Les rues de Lasne de Louis Evrard (p. 198). 

11/07/2012

Des démons aux jurons de Haddock

Le salon littéraire La Plume Vagabonde - auquel j'ai été invitée à présenter mon ouvrage - recevait Luc Beyer de Ryke pour son dernier livre La Belgique et ses démons paru aux éditions Mols. Il est vrai qu'en ces temps où des courants sous-jacents menacent la continuité de notre Royaume, je souhaitais rencontrer le célèbre journaliste et politicien belge. Sa carrière de présentateur du journal télévisé belge fut particulièrement longue, comme celle de Patrick Poivre d'Arvor à la télévision française.

LB1 10-5-2012.jpg

Luc Beyer de Ryke est bien connu dans le monde de Hergé. Lorsque Georges Rémi s'était rendu en Chine en 1973 dans l'espoir d'y retrouver Tchang, il était accompagné du journaliste et futur député européen Luc Beyer ! 

Bien informée de ses contacts étroits avec Hergé, Véronique Flabat-Piot, la présidente-fondatrice du salon La Plume Vagabonde, a tenu à me présenter à l'issue de la soirée à l'auteur invité:

LB2 10-5-2012.jpg

Photo Roland Flabat

 

Au moment où cette photo a été prise, Luc Beyer me parlait d'Edgar P. Jacobs qui, d'après les dires de Hergé, aurait inspiré le capitaine Haddock. Je lui ai répondu que, si c'était vrai puique Hergé l'avait également confié à son collaborateur, Edgar Jacobs prétendait ne pas réellement se reconnaître dans le personnage, à part quelques postures caractéristiques. C'était principalement l'abus d'alcool du capitaine Haddock qui l'embêtait. Jacobs ne buvait qu'en des circonstances bien particulières et s'est toujours limité dans la quantité. Il tenait à garder l'esprit le plus clair possible.  

Le capitaine est aussi réputé pour ses jurons et là l'influence de Jacobs a trouvé sa source. Je me suis rendue sur le site Wikipédia y relever le vocabulaire du capitaine Haddock. Voici quelques termes ou expressions que j'ai pu moi-même entendre de la bouche du créateur de Blake et Mortimer:

animal, bande de..., bandit, blague, bougre de..., brigand, brute, canaille, chauffard, énergumène, espèce de..., gaillard, zouave,...

Mais on est bien loin de l'imagination de Hergé qui a certainement donné plus d'ampleur au personnage qu'à son modèle. Jacobs aimait se défouler en lançant des termes forts lorsqu'une occasion se présentait et Hergé l'a certainement remarqué. Il lâchait ses mots en restant très sérieux. Cela me faisait sourire, non pas que je n'étais pas d'accord avec ses pensées, mais le côté burlesque et inattendu de ses réactions était un gag réussi.

Dans son ouvrage La Belgique et ses démonsLuc Beyer trace les débuts de l'histoire de la Belgique. La propension à se référer à César pour célébrer la Gaule résistante, puis pacifiée et civilisée se retrouve jusque dans la bande dessinée, peut-on lire à la page 15 de son dernier livre. Luc Beyer fait allusion à Alix créé par Jacques Martin. Il brosse un court portrait du dessinateur né à Strasbourg : "...naturalisé belge, c'est au Journal de Tintin dans l'entourage d'Hergé, d'Edgar P. Jacobs*, de Bob de Moor et d'autres artistes belges qu'il (Martin) réalisa l'essentiel de son oeuvre". 

BEYERdeRYKE-C-avecbandeau-BAT-web.jpg

Luc Beyer de Ryke fut à deux reprises parlementaire européen. Francophone de Flandre, il fut élu au conseil provincial et municipal de la ville de Gand, à l'époque où l'on comptait encore des représentants francophones au sein de la cité gantoise. Aujourd'hui, il n'y en a plus guère. Les temps ont bien changé ! Quand on pense que mon arrière-grand-père François Faignart, père de Jeanne qui devint l'épouse d'Edgar P. Jacobs, s'était marié à Gand. Son livret de mariage avait été rédigé en français !


* mis en évidence en caractères gras par moi.

01/06/2012

Au Festival BD d'Anzin-Saint-Aubin

Vous aurez l'occasion de me rencontrer au Festival BD d'Anzin-Saint-Aubin.

J'y serai le dimanche 10 juin 2012 dans la salle les Viviers, située chemin des Filatiers 62223 Anzin-Saint-Aubin.

VQ en dédicace.jpg


Lien du Festival : www.bdanzin.fr 

18:59 Écrit par Viviane Quittelier dans Actualité, Festival BD | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/01/2012

Datation de la Marque Jaune

La recherche de datation de La Marque Jaune a suscité bien des réactions et des hypothèses, des contradictions et incompatibilités de dates apparaissant dans chacune des suppositions, à savoir celle de Benoît Verley et Eric Saussine, Yves Sente et enfin Ted Benoit.

J'ai d'abord parcouru dans les très grandes lignes la longue démonstration de Benoît Verley/Eric Saussine puis la réponse d'Yves Sente. Non pas qu'elles ne m'intéressent pas - loin de là -, mais dans le seul but de ne pas subir une quelconque influence avant de me lancer dans une analyse développée ci-après. Puis, il y a eu l'avis de Ted Benoit.

Avant de relire les trois versions dans les moindres détails et de tenter de donner raison à telle supposition plutôt qu'à une autre, j'aimerais d'abord exposer ce que Edgar P. Jacobs m'a expliqué:

Il faut se rappeler, qu'avant La Marque Jaune, Jacobs s'était lancé dans deux très longs récits. Il n'était pas question d'entrer dans un quelconque format en dehors des parutions hebdomadaires du journal Tintin, ni d'envisager une lecture d'un seul trait. L'Enigme de l'Atlantide et les histoires suivantes auront exactement 64 pages. La Marque Jaune en a 68 et a dû être écourtée. Jacobs a écrit dans son Opéra de Papier que les dernières planches furent terminées en catastrophe ! Il a été contraint de réduire le nombre de pages et de remanier le découpage établi antérieurement sous les conseils de son ami Jacques Van Melkebeke. C'est à peu près alors qu'un certain format a été imposé par l'éditeur en vue d'imprimer l'histoire en un ou deux albums.

D'autre part, les parutions dans le journal Tintin se succédaient de semaine en semaine, à raison d'une planche pour Jacobs. Et Jacobs n'a pas toujours respecté ce délai, ayant de bonnes raisons expliquées dans mon livre E.P.Jacobs Témoignages inédits, édition Mosquito. En ce qui concerne La Marque Jaune, le décès de la mère de Jacobs a occasionné une interruption de l'histoire pendant une semaine dans le journal Tintin.

Jacobs orientait aussi sensiblement son scénario au fil de son travail et des planches. Il aimait insérer certains faits de sa vie privée, professionnelle ou en rapport avec le vécu des modèles de ses personnages.

Nous savons encore qu'en 1954-1955, immédiatement après l'élaboration de La Marque Jaune, Jacobs a remanié la page 49 du Mystère de la Grande Pyramide pour un problème de datation en vue de la parution de l'album. Il tenait à déplacer un article paru dans la presse en l'intercalant quelques pages plus loin, afin de laisser plus de temps à la police de mener son enquête. Ce changement a donc été réalisé dans le but d'une lecture continue, et non plus découpée au fil des semaines. Jacobs avait donc corrigé une erreur de logique évidente.

Jacobs a ainsi conclu son Opéra de Papier page 187 :

"...j'éprouve... l'étrange sentiment que tout ce que j'ai fait jusqu'ici, tant sur le plan du métier que sur le plan de la vie affective, n'est qu'un simple synopsis, une sorte d'avant-projet, que je devrais pouvoir remanier, corriger...

... Il faut donc se contenter d'un simple brouillon..."

Tout ceci pour en arriver au fait que Jacobs, qui travaillait à la semaine, se trouvait décalé par rapport au temps réel. Il vivait à la semaine, avec une durée d'une semaine entre une planche et la suivante. Ce qui explique le peu de temps qu'il avait laissé à la police dans Le Mystère de la Grande Pyramide (voir plus haut) dont les faits, dans le temps réel de la lecture dans le journal Tintin, se sont passés pendant plusieurs semaines.

Jacobs se référait aux dates du moment présent. Ce fut le cas pour représenter l'Ascension dans L'Enigme de l'Atlantide : parution le mercredi 28 mai 1952 dans le journal Tintin belge, à la veille de la fête religieuse (cf. mon livre E.P.Jacobs Témoignages inédits p. 190). Mais pour la fin de l'histoire de La Marque Jaune annonçant la Noël, Jacobs a préféré choisir la date de parution du journal français décalé de quelques semaines par rapport à l'édition belge. La dernière planche paraissait le mercredi 10 novembre 1954 dans le journal belge. L'édition spéciale du Tintin français de Noël 1954 est sortie le 16 décembre 1954, donnant l'idée à Blake de souhaiter un "Joyeux Noël à tous". Le tous s'adresse aussi bien aux Belges qu'aux Français, avec un léger décalage suivant les parutions. Mon grand-père a attiré toute mon attention sur les deux mots de la fin : "à tous". Ce petit détail en dit long pour déterminer l'année de l'histoire.

La Marque Jaune a donc dû être écourtée. Si elle avait été prolongée de quelques semaines comme cela était prévu au départ, la dernière planche aurait peut-être coïncidé avec la semaine de Noël. Qui sait ?

Jacobs a bien apporté les détails mentionnant les jours et les heures qui passent dans La Marque Jaune, mais il s'est limité à cela. Il n'a apporté aucune précision sur laquelle on peut se baser. Il m'en avait parlé. Tout est vague. Je pense me souvenir qu'il s'était fixé une histoire se déroulant en dix jours, afin de rappeler le chiffre "dix" des Dix petits nègres d'Agatha Christie, un policier qu'il aimait tout particulièrement.

Avant de déterminer l'année de La Marque Jaune (en 1951, 1954 ou 1953), relevons à présent d'autres sources :

La dernière planche du Mystère de la Grande Pyramide est parue début mai 1952. Jacobs s'est directement lancé à la recherche d'un thème intéressant pour sa nouvelle aventure, La Marque Jaune, qui débutera un an plus tard. Il va se baser sur un fait divers précis et daté :

"Dès 1952, des dizaines de milliers de gens dans le monde entier achetèrent leur première "TV" pour pouvoir assister au couronnement de la jeune reine d'Angleterre, Elisabeth II.
   - "Et si Olrik volait la couronne ?" se demanda brusquement Edgar P. Jacobs.
C'est au tour de cette idée d'une sidérante audace qu'orbitent les grands thèmes de La Marque Jaune...

... la Reine Elisabeth II au balcon de Buckingham Palace, lors de son couronnement, le 2 juin 1953. A peine deux mois plus tard, le 6 août (ndlr 1953), la couronne impériale sera volée par la Marque Jaune !"

(Extrait du dossier de Van Kerckhove, p. 3 et 4, annexe à Le Monde d'Edgar P. Jacobs de Claude Le Gallo - éditions du Lombard.)

Qu'est-ce qui prouve que la couronne sera bel et bien volée deux mois plus tard, le 6 août 1953, le jour de la parution dans le journal Tintin belge ? Tout au moins, cette supposition ne transparaît pas dans l'histoire où il est question d'un jour de décembre, le 7... Par déduction, le vol aurait été commis deux jours plus tôt que le 7 décembre, soit le 5 décembre... et donc certainement pas en août !

Si l'on se réfère au moment présent où Jacobs a dessiné la première planche, le récit de La Marque Jaune débuterait en été 1953. Or, cela semble faux ! Il est évident que l'histoire ne peut débuter en été, l'arbre de la case 2 n'a pas une seule feuille sur ses branches...

Mais Jacobs se fiche pas mal de l'été du moment. Il se souvient de son séjour à Londres en été 1952 : un temps caniculaire, sans le moindre brouillard. Il voulait une histoire qui se passe la nuit, dans la pluie et le brouillard. Il place donc le décor en hiver, peu importe le mois présent. Les conditions hivernales sont optimales pour l'ambiance qu'il veut mettre. Et s'il avait imaginé son histoire par anticipation, c'est-à-dire la faire commencer en hiver 1954 ?

Analysons maintenant les datations de Jacobs tout au long du récit :

L'histoire commence un dimanche à 1 h du matin. Confirmation avec le journal Monday du lendemain matin p. 6 : "douze heures après le vol".

Les heures du lundi s'écoulent : "au dehors, tout semble obscur" (page 7). Deux heures plus tard, on assiste à la sortie du Centaur Club. Big Ben sonne les douze coups de minuit en haut de la page 9. Il est mardi matin quand Vernay disparaît et que l'agent de police aperçoit une marque jaune sur le sol (page 10).

"Le jour se lève..." lit-on en bas de la page 10. C'est logiquement le mardi matin : "A l'arrêt du bus, il y a déjà du monde, malgré l'heure matinale." En haut de la page 12, la journée semble bien entamée.

 

p10.jpg

A la page 12, nous relevons enfin deux indices : la calendrier indique le 7 et, en bas de la page, il est écrit sur le papier "aujourd'hui 7 décembre, ... un événement intéressant se produira". Or la planche 10 (page 12) ne sort qu'en octobre 1953. L'histoire avait débuté en hiver. Jacobs avait fixé une date hivernale, sensiblement en avance par rapport au temps présent. Mais à quoi correspond cette date qui, apparemment, aurait été prise au hasard ? Il n'y a jamais eu de hasard chez Jacobs...

Le 7 décembre est le jour d'anniversaire d'une vieille connaissance !

Mon grand-père paternel Henri Quittelier, alias Olrik et la Marque Jaune, est né à St-Gilles (Bruxelles) le 7 décembre 1906... Jacobs profite des moindres occasions pour signer, habilement, les faits liés à ses modèles et rappeler une vieille histoire : "A moins que ce ne soit le début de quelque diablerie nouvelle !?..." (Parole de Blake dans la case ci-dessus.)

 

p10b.jpg

Explications du P.S., venant d'Edgar P. Jacobs:

L'événement intéressant qui se produira le 7 décembre en dehors du capitaine Blake et de son ami, le professeur Mortimer, outre le vol de la couronne d'Angleterre, n'est rien d'autre qu'un sujet de convoitise d'Henri Quittelier. Pas question à Edgar Jacobs de se mêler de ses affaires le jour de son anniversaire et "de rester en dehors (de cette affaire)". Jacobs s'est arrangé pour que la signature (le M) soit bien apposée sur le P.S., comme si on avait marqué le coup d'un poing ferme...

L'édition Blake et Mortimer modifiera la date du 7 décembre au 18 décembre lors d'une réédition en 1987. Ce choix est postérieur à la mort de Jacobs. Personnellement je ne peux m'y fier. La date a été adaptée, sans doute sur base d'un compte à rebours depuis le 24 décembre à minuit de la fin de l'histoire. Yves Sente relève que le calendrier indiquant le 7 a été laissé dans l'édition actuelle, en contradiction avec le papier daté au 18 (et non plus le 7 décembre dans l'édition du Lombard).

Poursuivons la recherche des éléments permettant de dater l'histoire:

Dès la page 13, les réverbères sont éclairés, "la nuit descend" et "lentement, Big Ben égrène les heures sur la cité inquiète..." Le bas de la page se passe au cours de la même nuit du mardi au mercredi.

Mercredi matin dès la case 5 de la page 14 : "Le lendemain matin au Yard...", "quinze minutes plus tard"... "le soir du même jour." Au milieu de la page 15 : "il est minuit moins le quart..."

Il est jeudi dès la page 16 : "Le lendemain matin...", "un moment plus tard...", "un quart d'heure plus tard...", "il est 16h30..." L'accident ferroviaire a lieu en pleine nuit.

Vendredi matin en haut de la page 22 : "le lendemain...", "vingt minutes plus tard...", "une heure plus tard..."
Le soir tombe, le lampadaire est allumé et l'on se souhaite la bonne nuit (bas de la page 24).

"Trois heures viennent de sonner... Il est samedi matin lorsque la Marque Jaune s'introduit dans l'appartement. Blake et Mortimer sont en pyjama jusqu'à la page 30. Par contre, ils se sont habillés quand l'inspecteur Kendall arrive chez eux (milieu de la page 30).

"Le même soir...", "pendant ce temps..." lit-on en haut de la page 34. Il est toujours samedi et nous assistons à la poursuite de la Marque Jaune dans les Docks. "Une demi-heure plus tard..." les recherches se poursuivent tard dans la nuit, dans le brouillard (page 42). Mortimer finit par sombrer dans le néant en bas de la page 49.

Il est dimanche dès la page 50 : " le lendemain matin...", "peu après...", "au même moment...", puis un passage dans le passé lorsque Septimus aborde l'histoire de l'Onde Méga page 51 et suivantes, tandis que l'on revient au présent lors des interventions de Mortimer.

Il est toujours dimanche en haut de la page 55 : "le même jour...", "une demi-heure plus tard...", "le même soir...", "peu après...", "quelques instants plus tard..."

Le lundi pointe en haut de la page 58 : "dès les premières heures du matin...", "pendant ce temps...", "quelques secondes plus tard...", "à ce moment...", "comme onze heures sonnent à Big Ben..." en haut de la page 62, il fait nuit dans la ville. "Quelques instants plus tard...", "à cet instant...", "juste au même moment...", "cependant...", "mais à ce moment...", "cependant...", "mais à cet instant...", et enfin "il est minuit: Joyeux Noël à tous !!!"

Le jour de Noël concluant l'histoire serait donc un mardi.

Jacobs laisse un vague désespérant pour qui veut situer La Marque Jaune avec précision dans le temps. Il ne mentionne aucune date à l'exception d'un lundi, d'un 7 décembre, d'un God save the Queen et d'un soir de Noël. La dernière planche de l'histoire ne paraît même pas un jour de Noël, ni dans la publication belge, ni dans la française. Alors qu'en penser ?

Le calcul de Benoît Verley semble logique: la fête de Noël tombe un mardi en l'année 1951.
Pour Yves Sente, l'histoire se termine en décembre 1954.
Ted Benoit affirme qu'elle se passe en 1953, comme cela a été établi il y a longtemps par Van Kerckhove. Il se base sur l'air d'un God save the Queen, preuve que la Noël dont il est question met à l'honneur une reine et non un roi. Les paroles du chant national aurait alors été God save the King si l'histoire s'était passée en 1951...

Personnellement, je sais, et personne ne me contredira, que l'histoire se déroule sur dix jours en décembre. Quant à dire si c'est du 16 au 25 décembre 1951, ou une autre semaine en 1953 ou en 1954, voire une autre année... Chacun a à la fois raison et tort, puisque d'autres parviennent à démontrer une autre possibilié !

Enfin, pour conclure, je me référerai aux dires de mon grand-père:

Les premiers dessins ont été commencés en été 1953, mais qu'est-ce qui prouve que la Marque Jaune va réellement s'emparer de la couronne impériale à ce moment-là ? L'histoire se déroule par anticipation dans le journal Tintin pour se terminer au moment présent, en décembre 1954...

Quoi de plus logique lorsque l'on est amené à faire de la science-fiction et que l'auteur va se lancer quelques années plus tard dans une aventure telle que Le Piège Diabolique où toutes les dates vont se mêler de manière chaotique...

Quant à la date du 7 décembre, serait-ce un mieux de la rétablir dans les albums, comme le propose Yves Sente ?

Oui, et pour plusieurs raisons:

Cette date correspond au calendrier de la case plus haut sur la même planche, elle a été choisie par Jacobs afin de dater (ou marquer) à jamais l'origine de La Marque Jaune et le jour où celle-ci s'occupe d'une affaire toute particulière... Sans cette date, avec un 18 décembre plutôt qu'un 7, on trahit un repaire important de la Marque Jaune.

Ceci dit, à part la date de naissance de mon grand-père paternel Henri Quittelier, rien n'est sûr ! Preuve d'un bon scénario établi sur de bons suspenses...

Et puis, toutes ces recherches et analyses valent-elles la peine ? Personne ne peut trancher de manière sûre et scientifique, même pas moi. A quoi bon vouloir à tout prix dater une histoire qui reste d'actualité, dans un décor des années 1950 ?

Dejà de son vivant, le créateur de Blake et Mortimer était intrigué par les questions de certains journalistes. Il m'a dit un jour que certains "cherchaient la petite bête et trouvaient des énigmes là où il n'y en avait pas". Et cela l'amusait de constater "qu'il y avait encore plus de suspenses dans ses histoires qu'il n'en avait imaginés".

Et pour le mot de la FIN, relevons la réflexion d'Yves Sente:

"Pour moi, c'est évidemment Jacobs qui fait foi et certainement pas le correcteur de l'éditeur... qui a peut-être simplement voulu s'amuser en insérant la date d'anniversaire de sa petite amie où que sais-je d'autre."

 

p10.jpg

inédit

Celui qui s'est amusé à insérer la date d'anniversaire d'une "vieille connaissance" alias la Marque Jaune n'est autre qu'Edgar P. Jacobs...

CQFD !

24/12/2011

Help Blake & Mortimer

Merry Christmas and best whishes ! &lt:-P Fête, soirée

 

Here is a message to the guys, all around the World, who had bought translation in english of the Blake & Mortimer comic books(voir traduction en français plus bas)

For a friend of mine, writer of books about Blake & Mortimer Serie, I do ask for your help, searching picts of the front covers and back sides, and ISBN number for these 3 books below :

 
1- The Secret of the Swordfish, Part 3 - Hard cover with grey dust jacket, published 1987 by Dargaud
2- The Mystery of the Great Pyramid, Part 2 – Hard cover with red dust jacket or not (I am not sure there is a dust jacket or a paperback…), published 1987 by Dargaud
3- The Yellow 'M' – Hard cover with paperback, published 1988 by Dargaud 

 
If you have three or one of these comic books, be kind enough to answer to me on this Blog or contact directly Alain LERMAN at this adress : as_lerman@yahoo.fr

I thank you very much in advance for him! Clin d'œil



en français :

Je profite de cette demande pour rappeler le précédent appel à l'aide concernant une réédition du Piège diabolique et de l'Affaire du collier :

Le Piège Diabolique et L'Affaire du Collier éditions Dargaud 1989 (ou 1990) 

Traduction des descriptions reprises plus haut en anglais :

1- The Secret of the Swordfish, tome 3 de 1987 par Dargaud, cartonné avec Dos toilé gris,
2- The Mystery of the Great Pyramid, tome 2 de 1987 par Dargaud, cartonné Dos toilé rouge,
3- The Yellow 'M' de 1988 par Dargaud, cartonné, mais j'ignore s'il y avait encore un Dos toilé ou un Dos papier ???

Encore merci pour votre collaboration si vous possédez une ou plusieurs de ces rééditions !

Les renseignements peuvent être envoyés à as_lerman@yahoo.fr et/ou en passant par ma messagerie (colonne de gauche : "me contacter")

Mes voeux en français pour 2012 ne vont pas tarder !
D'abord passer la fête de Noël en famille... Cool et à bientôt Sourire

18:15 Écrit par Viviane Quittelier dans Actualité, Appel aux collectionneurs | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/11/2011

Décès de René Quittelier

Décès de mon père René Quittelier

RQ 19-01-07.jpg


René QUITTELIER
9 mai 1929 – 27 octobre 2011

11:30 Écrit par Viviane Quittelier dans Actualité, Edgar P. Jacobs et ses proches | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

26/10/2011

Piège et Collier Ed. Dargaud

Le Piège Diabolique et L'Affaire du Collier éditions Dargaud 1989 (ou 1990)

Alain Lerman est à la recherche de quelques informations pour les rééditions du Piège Diabolique et de L'Affaire du Collier de 1989 (ou 1990) avec logo Dargaud en couve.

Tout possesseur d'une (ou des 2) de ces éditions est cordialement invité à le contacter directement pour voir s'il ou elle peut lui communiquer quelques informations et le visuel des couves...

Attention ! Il s'agit bien des éditions Dargaud datées de 1989 ou 1990, selon l'album, et qu'elles portent la mention "Editions Blake & Mortimer" en page de titre, mais portent le logo Dargaud en bas de couverture.

Alain Lerman et moi-même vous remercient pour ce petit coup de main.

Merci encore de ne donner suite que s'il s'agit bien de ces deux albums éditions Dargaud 1989 (ou 1990) !

18:55 Écrit par Viviane Quittelier dans Actualité, Appel aux collectionneurs | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/06/2011

Vers un S.O.S. Météores ?

Des conditions climatiques exceptionnelles nous touchent actuellement. Une longue période de sécheresse inquiète tout particulièrement les agriculteurs et elle oblige les particuliers (comme moi !) à arroser fréquemment leurs nouvelles plantations. De mémoire d'hommes, on n'avait jamais vu cela à cette période de l'année ! Et pourtant, d'après la Dernière Heure de ce 1er juin 2011 (p. 09, climat), si "le printemps fut exceptionnel" et que l'ensoleillement "a battu le record absolu d'insolation de 1893", notre printemps d'aujourd'hui ne serait que "le 3e plus sec depuis le début des mesures en 1833". Notre mémoire serait donc bien courte !

Nous sommes en juin. Il fait particulièrement chaud et la neige tombe encore par endroits. Notre compatriote Jurgen Van den Broeck est dans les Alpes où il se prépare pour le prochain Tour de France... dans des conditions quasi hivernales. Exceptionnel ? Pas vraiment !

Les 1er et 2 juin 1953, on observait des précipitations de pluie et neige mêlées en Belgique, à la Baraque-Michel (cf. la Dh du 1er juin 2011, p. 44, record).

En juin 1953, Edgar P. Jacobs était en train de réaliser les premiers dessins de La Marque Jaune. Un article allait annoncer la nouvelle aventure de Blake et Mortimer dans le n° 29 du mercredi 22 juillet 1953. Chacun le sait, Jacobs se tient informé et les précipitations exceptionnelles de ce début juin 1953 dans Les Fagnes ne lui ont pas échappées.

sos meteores

Plus tard, il m'expliquera, qu'au tout début de S.O.S. Météores, il ne pouvait pas se limiter aux phénomènes climatiques survenus en Belgique (voir ci-dessus les coupures de journaux, S.O.S. Météores p. 3, case 1). Les localités touchées étaient trop petites, peu importantes ou mal connues, comme la Baraque-Michel qui n'est que le 3e point le plus haut du pays, culminant à 674 mètres d'altitude ! Je me souviens qu'il m'a cité cet exemple, sachant que je connaissais bien la région.

Edgar P. Jacobs a donc fait des recherches pour marquer des événements forts et, par la même occasion, toucher plus particulièrement les lecteurs français. Les titres de presse Orages violents sur la France, Les inondations en France ont été placés en grand, bien en vue au centre des informations. Les autres régions d'Europe (Grande-Bretagne, Italie, Espagne, Luxembourg, Allemagne) se trouvent aux extrémités, tandis que la Belgique a été complètement ignorée, sauf peut-être l'extrait de droite à l'arrière-plan. 

La présentation des coupures de presse semble avoir été mise pêle-mêle. Il n'en est rien. Tout a été à la fois pensé et pesé. Edgar P. Jacobs n'a rien fait au hasard. Chaque détail a son importance et aussi une histoire...

11:50 Écrit par Viviane Quittelier dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sos meteores |  Facebook |

28/03/2011

Enfin des nouvelles

Chers ami(e)s, 

"Plus de mises à jour depuis un mois, c'est le le calme plat... au plat pays", termes repris d'un courrier bien sympa reçu de Marc Jaune !

Les peintres avaient annoncé leur visite et ce fut un fameux remue-ménage dans la maison, une bonne remise à neuf de saison. Vous l'aurez compris : pas d'accès à l'étage et donc au bureau lorsque le peintre mettait une nouvelle couche de vernis sur l'escalier, pas d'accès au PC à cause des caisses entassées sur le sol, et surtout les déménagements successifs pour permettre à l'équipe de peintres de continuer son travail...

Je rallume enfin mon PC ! 

Les mises à jour prévues et annoncées viendront comme promis. Il y a du Jacobs dans l'air. Le maître du Bois des Pauvres mettait bien souvent du temps pour satisfaire ses lecteurs...

11:49 Écrit par Viviane Quittelier dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/02/2011

Voyage sous Paris

National Geographic France présente ce mois-ci Paris souterrain : fêtes, cérémonies et lieux secrets. On n'y relève aucune allusion à Blake et Mortimer, mais, dès les premières phrases de l'article, le lecteur peut faire un rapprochement avec L'Affaire du Collier

"CE SAMEDI MATIN, LE TAXI ROULE LENTEMENT sur les grandes avenues endormies quand, à un feu rouge, un vague mouvement attire mon attention : un homme en bleu de travail sort d'un trou dans le trottoir." (M 04020 - 137, National Geographic, férvrier 2011, page 6.)

Ce n'est certes pas tout-à-fait le début de l'histoire conçue par Edgar P. Jacobs, mais l'article de Neil Shea nous emmène dans les souterrains parisiens. Les plans détaillés permettent de bien comprendre l'histoire des lieux, celle des catacombes, des effondrements dont celui de 1961 entre Clamart et Issy-les-Moulineaux. On peut comparer et se rendre compte de ce que E. P. Jacobs a pu savoir au sujet des carrières parisiennes et les éléments qui lui manquaient, faute de n'avoir pu retourner sur place. Car la carrière dessinée dans l'album ne correspond pas à celle de Paris (cf. mon ouvrage p 283-285).

"... personne n'a jamais pénétré dans le présent puisard. L'eau y est immobile. La lumière de notre lampe se réfracte sur un vide vert émeraude." (National Geographic, férvrier 2011, p. 22-23.) Jacobs savait que la couleur régnant près des puits était d'un vert émeraude (L'Affaire du Collier, éditions du Lombard, p. 44-45).

Lorsqu'il a réalisé le shéma page 51, il s'est reporté aux cartographies des souterrains. Passionné d'Histoire, il y a représenté quelques Allemands et résistants de la Seconde Guerre mondiale. La chambre de garde serait celle des Allemands dans leur bunker. On peut reconnaître (d'après le croquis de la page 14, National Geographic, février 2011) le puits d'accès de l'IGC (Inspection Générale des Carrières) dans lequel une échelle mène au poste de guêt (L'Affaire du Collier, p. 51).  Gros Louis, Jo ou encore Herman pourraient être des résistants.
"Au bas de l'échelle, nous nous accroupissons dans un passage étroit..." (
National Geographic, férvrier 2011, page 6.) On peut remarquer l'espace restreint dans lequel Herman est assis !

L'inspiration du bain de Duranton dans un puits est certainement un amalgame entre ses joies de la baignade (plaisir du bain scolaire hebdomadaire du jeune Jacobs) et une allusion aux bains publics romains dont les vestiges dans le quartier latin en attestent l'existence.

Dans son article, Neil Shea fait référence à des oeuvres bien connues du créateur de Blake et Mortimer : Les Misérables de Victor Hugo, Le Fantôme de l'Opéra. Il y est aussi question d'une armée d'ouvriers qui, dans les années 1920, créèrent à plus de 40 m sous la banque de France un espace unique en son genre abritant les quelque 2.600 t de réserves d'or du pays. On y relève encore que des égouttiers affirment avoir trouvé des bijoux, portefeuilles, armes...

Olrik pensait avoir volé le vrai collier de la Reine, mais il s'était fait rouler comme un débutant... 

 

 

 

 

22:17 Écrit par Viviane Quittelier dans Actualité, Oeuvres d'E. P. Jacobs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : l'affaire du collier |  Facebook |

24/12/2010

Joyeux Noël et meilleurs voeux 2011

Les intempéries anormales d'autrefois avaient inspiré S.O.S.Météores...

Il neige et j'en suis fort aise... Heureux les enfants d'aujourd'hui, car la neige a bel et bien manqué en Belgique depuis que j'ai grandi...

Hélas, une carie mal soignée par ma dentiste me cause beaucoup d'ennuis depuis le 11 décembre: gros abcès dentaire, fièvre, mâchoire bloquée ne me permettant pas de m'alimenter normalement, apathie et anémie, etc. Bref, un manque de forme total. Chose positive : je SAIS maintenant pourquoi je me trainais depuis des mois : une anémie provoquée par la belle carie profonde ! Et quand la malheureuse dent sera soignée (faudra pour cela pouvoir ouvrir grande la bouche et non de seulement 2 mm comme ce fut le cas !) j'emporterai mes skis vers l'un ou l'autre domaine vosgien. La voiture est prête, avec son équipement hiver...

En attendant, je me contente de regarder la neige tomber au travers de la fenêtre. Et, cette fois, il y en a beaucoup et elle reste bien blanche ! Un vrai Noël blanc...

Je pense aussi au Bois des Pauvres et à mes bons vieux souvenirs d'hiver. Voici, en guise de cadeau de fin d'année, deux photos inédites prises pendant l'hiver 1962 dans la propriété d'Edgar P. Jacobs. On me voit sur une luge en compagnie de ma grand-mère Jeanne et de mon père René. A l'arrière-plan, la villa du Bois des Pauvres...

photos A 003.jpg

Photos © Viviane Quittelier

 

photos A 002.jpg

JOYEUX NOEL & BONNE ANNEE 2011

 

 

19:06 Écrit par Viviane Quittelier dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : photo inedite |  Facebook |

10/12/2010

Quelques BD...

Le Jury Oecuménique, dont je suis membre depuis quelques années, décerne un prix pour la meilleure BD à valeurs humaines parue dans l'année écoulée. Le Prix est remis au Festival d'Angoulême.

Voici quelques BD retenues que j'ai appréciées :

Les chemins de traverse Le Roy.jpg

 

Les Chemins de traverse, Le Roy - Soulman, La Boite à bulles - 2010

 

Un mouvement de désobéissance civile, né en 2000, avec la vocation de créer des connexions judéo-arabes.

Quelques bulles que j'ai retenues :

"Ce sont des amis, des Juifs."

"Comment peux-tu accueillir des Juifs ?! Le peuple qui a tué ton frère !"

"Ne sommes-nous pas tous des frères ?"

Lire une interview de Maximilien Le Roy et voir quelques dessins de l'album.

 

 

Une autre BD sur le même conflit israélo-palestinien et du même auteur :

Faire le Mur, maximilien Le Roy, Casterman.jpg

 

Faire le Mur, Maximilien Le Roy, Casterman 2010

Se lit sur la couve verso :

"Le tout, c'est de savoir ce qu'on fait devant un mur : est-ce qu'on passe à côté, est-ce qu'on saute par-dessus, ou est-ce qu'on le défonce ?

Moi... j'ai envie de prendre une pioche..."

                 Jacques Brel

 

Ce qui m'a interpelée dans cet album, c'est la définition du mot TERRORISTE. Un exemple tiré de l'album :

"Sous l'occupation allemande, sur le sol français, Arméniens, Juifs, Hongrois et Polonais, Espagnols, Italiens... Tous unis pour la liberté. Ils ont été fusillés."

 

 

Voici un autre album d'un autre genre : d'une part un univers animalier onirique que j'ai bien aimé et celui des enfants dans un réalisme parfait. L'enseignante que j'ai été revois des attitudes de jeunes adolescents dans la rue, aux abords de l'école, en classe...

 

vol_cigogne_couv, Modrimane, Sarbacane.jpg

Le Vol de la Cigogne, Modrimane, sarbacane 2010

Sur la couve verso :

"Qu'est-ce qui est juste, ou injuste, d'un point de vue personnel - et au regard de la loi ?

C'est à ces questionnements fondamentaux et à cet apprentissage que sont confrontés les adolescents de ce livre, lorsque l'un deux apprend la mise en détention de son père."


L'histoire de témoignages de Viet kieu ayant quitté Saigon :

 

Quitter saigon Baloup.jpg

 

Quitter Saigon, Clément Baloup, La boîte à bulles 2010

Lire des revues de presse et voir quelques planches.

 


 

 

 

 

 

 

 

Enfin, le récit du premier génocide du 20è siècle, le génocide arménien :

 

bd-cahier-fleurs-laurent-galandon-viviane-nic-L-1.jpeg

 

Le Cahier à fleurs, T1 Mauvaise orchestration, Laurent Galandort & Viviane Nicaise, Bamboo édition 2010


Voir une vidéo tirée de l'album.


 

 

 

A suivre, mes réactions sur les nouveautés autour des Blake et Mortimer...

 

 

 

12:25 Écrit par Viviane Quittelier dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jury oecumenique |  Facebook |

16/08/2010

Lecture de E.P.Jacobs, témoignages inédits

E. P. Jacobs, Témoignages inédits est désormais disponible en lecture numérique.

Vous trouverez les renseignements nécessaires dans la colonne de droite, rubrique "Mise en ligne numérique".

10:50 Écrit par Viviane Quittelier dans Actualité, Livres sur Edgar Jacobs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : epj temoignages inedits |  Facebook |

14/07/2010

Quelques brèves

Tout d'abord, je tiens à vous remercier pour votre fidélité. Avant les modifications de la maintenance des Skynetblogs, le compteur affichait plus de 59.000 visites depuis sa création en janvier 2008 !

Quoi de neuf sur la nouvelle plate-forme ?

Beaucoup de choses intéressantes et non des moindres : possibilité d'envoyer des Newsletters, de créer des albums photos, d'intercaler de nouvelles notes ou d'en déplacer, de mieux gérer les commentaires, etc... et surtout - ce que j'attendais avec impatience - la mise en mémoire automatique des nouvelles notes (utile lorsque que le PC s'éteint subitement comme le mien) et la possibilité de mettre à jour le blog depuis mon portable.

Ah, si j'avais pu directement publier une photo lorsque j'étais en dédicaces à St Malo, Illzach ou Angoulême ! Il n'y aurait pas eu les retards accumulés au fil des mois !

Dès à présent, ce sera possible !

Prochain rendez-vous au Festival BD de Solliès-Ville les 27-28-29 août 2010, en direct sur ce blog !

D'ici là, je tenterai de rattrapper mon retard et publier quelques albums photos...

Bonnes vacances à chacun et chacune ! Clin d'œil

11:08 Écrit par Viviane Quittelier dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/07/2010

Au Furet du Nord

Edgar P. Jacobs a participé à une séance de dédicaces au Furet du Nord, à Lille. Le 20 avril 1972, il a signé un album La Marque Jaune : "Pour Michel en toute sympathie avec le très cordial souvenir de… E. P. Jacobs".

 

Viviane au Furet du NordEn 2010, le Furet du Nord m'a invitée pour dédicacer Edgar P. Jacobs, Témoignages inédits, mais cette fois à Roubaix. C'était le 23 avril, presque 38 ans jour pour jour après mon grand-père.

 

Pendant le Salon BD de Roubaix qui a suivi, Michel m'a raconté sa rencontre avec le créateur de Blake et Mortimer. Il m'a fièrement montré son album La Marque Jaune avant de me demander de lui dédicacer mon ouvrage…

 

18:16 Écrit par Viviane Quittelier dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : epj temoignages inedits |  Facebook |

19/06/2010

Avant-propos de E.P.Jacobs, Témoignages inédits

 

E. P.Jacobs, Témoignages inédits est annoncé sur le site passiondulivre. On peut y lire un extrait, le début de l'avant-propos que voici :

 


Edgar P. Jacobs aimait se mettre dans la peau d'un personnage et prenait son rôle très au sérieux. Sa bande dessinée se devait d'être sérieuse également, tout autant que lui-même l'était. Ainsi posait-il pour les photographies officielles, devant sa bibliothèque ou sa panoplie d'armes, les lunettes à la main, pour affirmer l'aspect raisonnable et «british» de son oeuvre. Il cachait effectivement bien son jeu derrière ce masque figé, au point que certains le prenaient carrément pour un Anglais !


Homme joyeux de nature, il appréciait l'humour et savait rire. S'il travaillait énormément, il consacrait néanmoins une place importante aux moments de détente. Il prenait alors le temps de vivre, de respirer et de partager ses souvenirs. Il racontait les anecdotes de sa vie, les mimant avec plaisir tout en changeant son timbre de voix, en homme de théâtre qu'il était ! Je montais régulièrement dans son atelier pour le regarder travailler. Il m'expliquait ce qu'il était en train de faire, puis il prenait dans l'étagère placée derrière lui un de ses albums de bande dessinée pour me le commenter.


Je suis née le 7 juin 1956 à la clinique de Watermael-Boitsfort dans la banlieue de Bruxelles. Le lendemain, Edgar P. Jacobs y a conduit ma grand-mère paternelle, Jeanne Faignart. Il l'a accompagnée pour venir me voir dans la chambre de la maternité.


Jeanne Faignart avait épousé Henri August Quittelier en 1927. Elle avait eu avec lui un fils René, né en 1929, qui deviendra mon père, puis une fille Laurette. Ma grand-mère se sépara et demanda le divorce en 1952. L'année suivante, le créateur de Blake et Mortimer réalisait les premiers dessins de la Marque Jaune. Jeanne commença alors à partager sa vie en s'installant avec lui incognito dans l'agglomération bruxelloise. Elle le suivra dans le Brabant wallon et l'épousera plus tard en secondes noces.


Ma grand-mère admettait mes sorties dans les avenues calmes de Woluwe sous la garde de mes petites cousines âgées de quinze et treize ans. Par contre, lorsqu'elle apprend qu'elles m'ont emmenée à l'Expo '58, elle change de ton. Confier un bébé de deux ans à des gamines dans une manifestation aussi importante qu'une exposition universelle ! Jeanne est une femme réputée froussarde. Elle s'imagine les pires malédictions présentes dans les aventures de Blake et Mortimer. Elle craint que je ne sois victime d'un malheur ou d'un enlèvement. Au fond, elle veut se rassurer en me gardant près d'elle pendant quelques jours. Elle tente de convaincre mes parents en prétextant que l'air de la campagne est certainement plus bénéfique que celui de la ville et que j'y serais plus en sécurité. Elle me réclame et ma mère finit par accepter.

 

11:18 Écrit par Viviane Quittelier dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : epj temoignages inedits |  Facebook |